Gaetano Cardillo
Articles

Combler les lacunes de prévoyance: à quoi faut-il veiller?

Comment apparaît une lacune de prévoyance et comment la combler? Gaetano Cardillo, formateur des conseillers clientèle au Credit Suisse, répond à des questions à ce sujet. Son conseil: traiter suffisamment tôt le problème des lacunes de prévoyance.

Les versements définis par la loi dans l’AVS (1er pilier) et la caisse de pension (2e pilier) assurent un revenu régulier aux retraités. Cependant, celui-ci ne suffit généralement pas à maintenir le niveau de vie habituel. On parle alors de lacune de prévoyance.

De nombreux actifs n’ont pas conscience de l’influence des lacunes de prévoyances sur leur niveau de vie une fois retraités. Gaetano Cardillo sait comment éviter une chute du niveau de vie.

Les lacunes de prévoyance sont-elles un problème de niche ou le sujet concerne-t-il tout le monde?

En principe, ce sujet concerne tout le monde, et mieux vaut s’en préoccuper tôt. Avec le système des 3 piliers, la Suisse est dotée d’un excellent système de prévoyance, que de nombreux pays nous envient. Les 1er et 2e piliers du système de prévoyance sont largement réglementés, mais ils ne visent qu’à couvrir 60% environ du dernier revenu. Malheureusement, cela ne suffit généralement pas à maintenir son niveau de vie habituel. Il est fort probable de constater un écart entre le coût de la vie et le montant de la rente.

Exemple de calcul pour un salaire de 100 000 CHF

Malgré des versements ininterrompus dans l’AVS et la caisse de pension, les 1er et 2e piliers couvrent à peine 60% du salaire lors de la retraite. Pourtant, la couverture requise avoisine généralement 80% pour maintenir le niveau de vie habituel.

Situation avant le départ á la retraite

 

Salaire annuel

CHF 100 000

Situation après le départ á la retraite

 
Prestations AVS (1er pilier) CHF 28 440
Prestations de la caisse de pension (2e pilier)* CHF 30 000
Total CHF 58 440

Calcul de la lacune de prévoyance

 
Besoin CHF 80 000
Prestations du 1er et 2e pilier CHF 58 440
Lacune de prévoyance annuelle CHF 21 560

* Hypothèse pour le versement de la rente du 2e pilier: 30 000 CHF (les prestations réelles apparaissent sur le certificat d’assurance).

En principe, quelles sont les conséquences les plus graves si on ignore ce sujet?

Théoriquement, les prestations de l’AVS et de la caisse de pension se basent sur le besoin minimal des retraités. Mais il n’est pas impossible que cela ne suffise pas à couvrir les besoins vitaux au quotidien. Un jour ou l’autre, le compte n’y est plus, d’autant que la caisse-maladie, par exemple, renchérit avec l’âge. Ou alors un propriétaire immobilier ne parvient soudain plus à assumer les coûts et est contraint de vendre, sans être certain de pouvoir trouver un bien adapté dans son quartier de prédilection. Ces conséquences sont très désagréables au moment de la retraite.

Je rencontre souvent des personnes immigrées qui sont contraintes, du fait de leurs lacunes de prévoyance, de retourner prendre leur retraite dans leur pays d’origine, car la vie y est généralement moins chère.

À partir de 50 ans, il est grand temps de s’occuper sérieusement de sa prévoyance.

Gaetano Cardillo 

Quand faut-il réfléchir à ses lacunes de prévoyances personnelles, ou quand est-ce trop tard?

En principe, il faudrait vérifier les conséquences de chaque changement de situation sur sa prévoyance: évolution professionnelle, séjour prolongé à l’étranger, naissance d’un enfant, divorce, etc. Il peut également être judicieux de s’entretenir avec un expert dans certains cas. À l’approche de la retraite, il est grand temps de s’occuper sérieusement de sa prévoyance. Nous recommandons de le faire au plus tard à partir de 50 ans.

Comment faire dans ce cas?

Étape 1: Demander un calcul d’une rente AVS future auprès de la caisse de compensation et étudier le certificat d’assurance pour déterminer le montant de la rente. Dans le même temps, il est essentiel d’établir un budget et de lister les coûts à prévoir. Dans les entretiens de conseil, j’appelle souvent à réfléchir à cette question: «Quand dépensez-vous le plus: pendant le travail ou pendant votre temps libre?» Souvent, les retraités en profitent pour réaliser certains rêves, s’adonner à leurs passions et se faire plaisir.

Dans la pratique, on part du principe que le besoin après le départ en retraite correspond à 80% du dernier revenu, mais cela peut varier. Si on sait à 50 ans ce que l’on souhaite faire pendant sa retraite, il est encore temps de faire des modifications et de lancer des optimisations. Par exemple en effectuant des versements échelonnés et fiscalement avantageux dans la caisse de pension. Il est également essentiel d’analyser précisément sa caisse de pension: est-elle stable? Que prévoit le règlement? Ici aussi, il peut être pertinent de faire un appel à un expert pour comprendre ce qui est écrit entre les lignes et éviter les surprises.

À quoi faut-il penser lorsque l’on a été longtemps inactif ou que l’on prévoit une interruption?

Le 1er pilier est fondamental. Il faut éviter les lacunes dans le 1er pilier, surtout pour les femmes qui ont des enfants, les étudiants ou les personnes qui ont vécu longtemps à l’étranger. Comme les versements dans la caisse de pension s’arrêtent pendant cette période, il est important de compenser par une prévoyance individuelle: avec le pilier 3a, mais aussi avec le pilier 3b, dans lequel l’argent reste disponible si besoin. Plusieurs solutions de plan d’épargne et d’autres formes de placement sont ici envisageables. Une activité professionnelle continue peut également générer des lacunes, par exemple en cas de promotion entraînant une hausse soudaine du niveau de vie.

Fiscalement, quelle est la meilleure manière de combler une lacune de prévoyance?

Mieux vaut dans un premier temps effectuer des versements dans le pilier 3a: dans la mesure du possible, il est préférable de toujours verser le montant annuel maximal déductible du revenu imposable, soit 6826 francs* aujourd’hui. La deuxième option consiste à effectuer des rachats dans la caisse de pension, eux aussi déductibles du revenu imposable. Par ailleurs, dans les deux cas, l’avoir est exonéré de l’impôt sur la fortune, de l’impôt sur le revenu et de l’impôt anticipé pendant toute la durée du placement. Si le retrait est effectué sous forme de capital, ce dernier est soumis à l’impôt, mais séparément du reste du revenu et à un taux préférentiel.

Gaetano Cardillo, Credit Suisse de Rapperswil

Gaetano Cardillo, formateur des conseillers clientèle au Credit Suisse

Fils d’un immigré italien, Gaetano Cardillo (49 ans) a grandi à Rapperswil-Jona. Après sa formation commerciale dans le secteur bancaire, il a suivi des formations complémentaires internes et externes. Au Credit Suisse depuis 1995, il est conseiller clientèle à Rapperswil de 1997 à 2017 et accorde dans cette activité une grande importance au thème de la prévoyance. Aujourd'hui, il travaille à la formation des conseillers clientèle à Zurich.