Combler les lacunes et payer moins d’impôts
Articles

Rachat caisse de pension: combler les lacunes et payer moins d’impôts

On peut aussi payer moins d’impôts avec des rachats volontaires dans la caisse de pension. Manuela Meier-Gloor, planificatrice financière à Zoug, explique ce à quoi il faut veiller.

Madame Meier-Gloor, qu’est-ce qui est plus sensé fiscalement: des versements dans le pilier 3a ou un rachat volontaire dans la caisse de pension?

Cela dépend de chaque situation et on ne peut malheureusement pas généraliser. On peut faire un versement dans le pilier 3a tous les ans, mais le montant est limité. Pour les caisses de pension, le rachat volontaire est conditionné à l’existence d’une lacune de couverture, provenant par exemple d’un long séjour à l’étranger, d’un congé parental ou de hausses de salaire. De telles lacunes sont rapidement plus importantes que le montant annuel de versement autorisé dans le pilier 3a. Les rachats dans la caisse de pension peuvent se faire sur une ou plusieurs années, selon ce qui sera le plus intéressant fiscalement.

Fiscalement, existe-t-il un mauvais moment pour ces rachats?

Oui. Un gros rachat est moins intéressant les années où vous avez des revenus moins élevés ou d’autres possibilités de déductions fiscales importantes (comme pour une rénovation d’immeuble). De même, si vous souhaitez retirer le capital dans les trois ans qui suivent le versement, p. ex. à la place d’une rente au départ à la retraite, sachez que vous devrez payer les impôts économisés; de plus, le montant de rachat ne pourra être retiré sous forme de capital pendant trois ans.

Il est possible d’effectuer des rachats dans la caisse de pension au moment où ceci est le plus avantageux du point de vue fiscal.

Manuela Meier-Gloor 

Lors du retrait, peut-on réduire ses impôts comme avec le pilier 3a?

C’est plus difficile. En effet, on ne peut pas échelonner sur plusieurs années les retraits du capital de la caisse de pension comme avec plusieurs comptes du pilier 3a. Il est donc d’autant plus important de ne pas se faire verser le capital de vieillesse du pilier 3a au moment du départ à la retraite. Sinon, les montants sont additionnés, si bien que le capital de la caisse de pension doit être imposé plus fortement. Le retrait d’une rente est imposé comme un revenu normal.

Déconseillez-vous parfois les rachats volontaires dans les caisses de pension?

Oui, lorsque la situation financière de la caisse est incertaine, c’est-à-dire quand sa fortune de placement ne couvre pas totalement les droits de prévoyance des assurés. Lors d’un tel déficit de couverture, le capital n’est parfois pas du tout rémunéré. En cas de liquidation partielle de l’institution de prévoyance, il est même possible de perdre une partie de l’argent économisé. Et celui qui souhaite se faire verser plus tard l’intégralité des fonds de prévoyance en capital doit d’abord vérifier si cette possibilité existe. Enfin, avant le rachat, il faut aussi examiner à la loupe les prestations réglementaires en cas de décès, particulièrement si l’on n’est pas marié. Ainsi, les prestations accordées au concubin peuvent varier, l’intégralité de la fortune de prévoyance, rachats compris, pouvant même revenir à la caisse. Dans ce cas, il convient de bien peser le pour et le contre d’un rachat.