Garantir la stabilité d’un portefeuille. À l’aide de placements alternatifs.
Articles

Garantir la stabilité d’un portefeuille. À l’aide de placements alternatifs.

Les placements alternatifs sont un bon moyen de compléter le portefeuille et diluer les risques. Dans l’Investment Outlook, les experts financiers du Credit Suisse esquissent l’évolution probable des formes de placement alternatives en 2020 et expliquent en quoi elles constituent une option de placement de capitaux intéressante.

Les placements alternatifs offrent des opportunités de diversification.

Les investissements alternatifs sont devenus des composants de base de plus en plus fréquents dans les portefeuilles en particulier face aux taux d’intérêt et aux rendements actuels maintenus bas plus longtemps. Ils sont appréciés notamment pour leurs avantages de diversification ainsi que pour la stabilité qu’ils apportent aux portefeuilles. Évolution probable de quatre types de placements alternatifs en 2020 et ce à quoi les investisseurs doivent prêter attention.

1. Les hedge funds constituent actuellement une alternative de placement judicieuse.

En cette période de rendements obligataires extrêmement bas et d’évaluations plutôt élevées des actifs risqués, détenir un portefeuille diversifié de hedge funds (HF) reste une stratégie pertinente. La performance, prévue aux alentours de 5%, devrait être modérée mais dépasser celle des obligations investment grade.

Sur cette base, les performances du secteur demeurent globalement très exposées aux actifs traditionnels. Les gestionnaires de hedge funds chevronnés et dotés de compétences reconnues en création de valeur devraient parvenir à dégager de bons résultats à chaque phase du cycle économique. Pour y parvenir, des stratégies macroéconomiques diversifiées et des stratégies en actions long/short opportunistes ainsi que des stratégies non corrélées, investissant dans des primes de risque alternatives, sont envisageables. Au-delà de stratégies spécifiques, il est essentiel de s’en remettre à des experts qui font preuve d’une grande diligence.

2. Les placements dans l’immobilier demeureront attrayants en 2020.

Le secteur de l’immobilier est confronté à une série de changements structurels. Le commerce en ligne devrait ainsi continuer à faire pression sur les magasins traditionnels. En revanche, les actifs industriels devraient bénéficier de ce changement.  En outre, la croissance des surfaces de bureaux flexibles, dont la part atteint en de nombreux endroits 10% et plus, s’invite à la discussion.

Les projections d’un environnement d’expansion économique modérée et de politiques monétaires accommodantes profitent généralement aussi bien aux biens immobiliers cotés qu’aux achats immobiliers directs dans le monde entier. Les investissements directs sont particulièrement attrayants, la baisse des taux d’intérêt n’y semblant pas encore totalement prise en compte. Les rendements issus de l’acquisition directe de biens immobiliers semblent rester stables. En revanche, les titres de sociétés foncières internationales renvoient déjà la baisse des taux d’intérêt. De plus, la hausse des gains est limitée. Les placements dans la zone euro devraient être particulièrement intéressants, les écarts de rendement par rapport aux emprunts d’État étant supérieurs à la moyenne à long terme.

l’immobilier reste un placement alternatif intéressant

L’immobilier reste un placement alternatif intéressant.

Rendements des obligations, des actions mondiales et des actions immobilières (en %)

Dernier point des données: 25 octobre 2019

Source: Datastream, Bloomberg, Credit Suisse

3. Le private equity est un marché en croissance parmi les placements alternatifs.

Le private equity (PE) est devenu de plus en plus populaire ces dernières années notamment en raison de la baisse des montants minimums de placement. Le volume des marchés privés a presque doublé ces dix dernières années, l’augmentation des fonds secondaires offre davantage de possibilités et une exposition différenciée. Pour les investisseurs, un univers plus large offre un potentiel de diversification plus grand. En 2020, nous prévoyons que le private equity réalisera un rendement total d’environ 8 pour cent par an, légèrement inférieur à la moyenne historique.

Cependant, le PE continue d’offrir une prime d’illiquidité correcte par rapport aux actions de sociétés ouvertes. À cela s’ajoute le fait que le private equity devrait parvenir à dégager des rendements excédentaires par rapport aux marchés liquides, et ce même dans un environnement de plus en plus difficile. La diligence raisonnable ainsi que la sélection de fonds et de gestionnaires sont cruciales au vu de la nature illiquide des marchés privés.

4. Les placements dans les métaux précieux protègent contre le risque de récession.

Les matières premières ont évolué dans des directions divergentes durant l’année passée, avec des segments cycliques pour les métaux précieux à la traîne au milieu de la production industrielle. À l’avenir, ces différences devraient toutefois s’atténuer. L’atténuation des conflits commerciaux et l’apaisement qui en découlerait pourraient entraîner une reprise des métaux industriels.

L’association de la faible croissance de la demande et de l’offre importante sont des signes présageant une saturation des marchés pétroliers en 2020. Les prix de l’or et d’autres métaux précieux devrait rester soutenus tant que les rendements (réels) restent faibles voire négatifs et que l’incertitude économique règne. Dans le cas d’une récession forte, les métaux précieux devraient réaliser des plusvalues supplémentaires.

les placements dans l’or bénéficient des faibles rendements réels

Les placements dans l’or bénéficient des faibles rendements réels.

Véritables rendements de bons du Trésor (en %) et cours de l’or (en dollars/once)

Dernier point des données: 25 octobre 2019

Source: Bloomberg, Credit Suisse

Vous avez des questions sur ce thème ?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au 0844 844 003