Les-stratégies-de-dividendes-misent-sur-des-rendements-réguliers
Derniers Articles

Miser sur les dividendes. Prévenir les risques.

Les marchés financiers se sont redressés. Mais les gains de cours sont plutôt attribués au contexte boursier qu'à l'amélioration des perspectives de bénéfice. Fonctionnement des stratégies de dividendes et raisons pour lesquelles de telles stratégies de placement défensives sont particulièrement intéressantes actuellement.

Stratégie «Dogs of the Dow» basée sur les dividendes

Après le krach boursier de 1987 et le début de la récession en 1991, les experts en bourse ont commencé à imaginer des méthodes simples permettant de surperformer un indice. C’est ainsi que dans son livre rédigé en 1991 et intitulé «Beating the Dow» (battre le Dow Jones), Michael O’Higgins a décrit une stratégie de placement basée sur les dividendes et appelée «Dogs of the Dow» (chiens du Dow Jones). En début d'année, l'investisseur sélectionne les dix actions dont les rendements en dividendes sont les plus élevés parmi celles qui composent le Dow Jones Industrial Average et les conserve pendant douze mois dans un portefeuille équipondéré.

Au début de chaque nouvelle année civile, il examine quelles sociétés de l’indice dégagent les meilleurs rendements en dividende et remanie le portefeuille en conséquence. Cette année par exemple, les «chiens» du SMI sont de grandes compagnies d'assurance et des opérateurs de télécommunications si l'on en croit le calendrier des dividendes. 

résultats-majoritairement-positifs-pour-la-stratégie-de-dividendes

Résultats majoritairement positifs pour la stratégie de dividendes «Dogs of the Dow» 

Performance cumulée hypothétique (contrôle a posteriori): de déc. 1999 à déc. 2018

Source des données: Bloomberg, calculs: meetinvest

Source: meetinvest.com/stockscreener/michael-ohiggins

Les rendements en dividendes ne sont pas le seul indicateur de succès

Les stratégies «Dogs of the Dow» sont axées sur le long terme mais n'offrent aucune garantie de succès. Certes, elles ont enregistré quelques bonnes performances par le passé, mais le rendement en dividendes sur lequel elles se basent ne peut être le seul critère de sélection, notamment si les distributions se font au détriment de l'activité opérationnelle.

L’exemple de General Motors, qui a longtemps compté parmi les Dogs of the Dow, illustre cet écueil. De 1997 à 2008, ce groupe automobile a dégagé de solides rendements en dividendes non pas en raison de ses dividendes élevés mais du fait de la chute de son action, laquelle a dopé ces rendements tout en émettant un signal négatif.

La société General Electric s’est classée elle aussi pendant longtemps dans la catégorie des payeurs de dividendes réguliers et s’est retrouvée vers la fin de 2017 parmi les «Dogs of the Dow» en raison de son rendement en dividendes supérieur à 4 pour cent alors que dans le même temps, ses problèmes de bénéfices induisaient un rendement négatif de ses fonds propres. Son titre a dévissé de plus de 35 pour cent en 2018 et a été exclu de l’indice Dow Jones alors qu’il en faisait partie depuis plus de cent ans.

D'autres stratégies de dividendes tiennent compte de la continuité

Les rendements en dividendes fournissent un instantané et ne conviennent donc pas toujours pour prévoir la performance des actions à long terme. Il faut accorder plus d’importance aux distributions régulières sur plusieurs années, c’est-à-dire à une stratégie de dividendes mettant l’accent sur la continuité et une croissance constante.

Tandis qu’après la crise financière, il y a une dizaine d’années, certains investisseurs devaient temporairement faire une croix sur les dividendes, Nestlé se distinguait par sa stratégie de dividendes axée sur le long terme. Voilà pourquoi ce géant de l’alimentation compte parmi les «aristocrates du dividende », c’est-à-dire des sociétés qui ont été capables d’augmenter leur distribution de dividendes pendant vingt années consécutives au moins.

L’indice S&P High Yield Dividend Aristocrats reflète précisément cette stratégie pour le marché boursier des États- Unis. Parmi ces aristocrates ressort un véritable champion: le fabricant de biens de consommation Procter & Gamble, qui verse des dividendes sans interruption depuis 128 ans et les augmente année après année depuis 1957 de manière continue.

Les stratégies de dividendes réduisent le risque d'investissement

Les pertes sur cours enregistrées au dernier trimestre de 2018 ont montré une fois de plus à quelle vitesse les marchés boursiers pouvaient dévisser. Les risques à court terme tels que les tensions politiques, la poursuite du conflit commercial et un ralentissement de l’économie mondiale ravivent l’intérêt pour des approches plus défensives comme la stratégie de dividendes par exemple.

Vous avez des questions sur ce thème?

Nous serons ravis de pouvoir vous aider. Appelez-nous au 0844 100 112 ou convenez d’un entretien de conseil.