Entreprise Press Release

Press Release

La richesse mondiale continue d'augmenter, les États-Unis et la Chine se détachent

Le Credit Suisse Research Institute publie la neuvième édition du Global Wealth Report

Selon le Global Wealth Report du Credit Suisse Research Institute, la richesse mondiale totale a augmenté de 14,0 billions USD (4,6%) pour atteindre 317 billions USD en glissement annuel à mi-2018, dépassant ainsi le rythme de la croissance démographique.  La richesse par adulte a progressé de 3,2%, ce qui porte la richesse mondiale moyenne à un niveau record de 63 100 USD par adulte. 

Principales conclusions: 

  • Les États-Unis ont le plus contribué à la richesse mondiale, ajoutant 6,3 billions USD, ce qui a porté leur part totale à 98 billions USD. Comme chaque année depuis 2008, le pays a en outre poursuivi sa progression ininterrompue de la fortune totale et de la fortune par adulte.
  • La Chine est désormais fermement établie à la deuxième place de la hiérarchie mondiale de la richesse, ajoutant 2,3 billions USD pour atteindre un total de 52 billions USD; l'ajout prévu de 23 billions USD supplémentaires au cours des cinq prochaines années ferait progresser sa part de 16% en 2018 à un peu plus de 19% en 2023.
  • Les actifs non financiers ont poursuivi leur croissance accélérée au cours des douze derniers mois: ils ont donné la principale impulsion pour la croissance globale dans toutes les régions, sauf en Amérique du Nord, contribuant à 75% de l'augmentation de la richesse en Chine et en Europe et à 100% en Inde.
  • Parmi les autres gagnants, on peut citer l'Allemagne, la France et le Royaume-Uni, qui ont enregistré des hausses de près de 1 billion USD, ainsi que l'Italie et le Japon, avec 500 milliards USD chacun.
  • La Suisse (530 240 USD) et l'Australie (411 060 USD) arrivent une nouvelle fois en tête du classement de la richesse moyenne par adulte.
  • La France, l'Allemagne, le Royaume-Uni et l'Italie ont affiché une croissance à deux chiffres du nombre de millionnaires, derrière les États-Unis qui en ont totalisé 17 350 000 (en hausse de 5,3% par rapport à l'année dernière).

Les principaux thèmes abordés dans le Global Wealth Report sont les suivants:

  • Femmes et richesse
    Les femmes détiennent désormais une part de la richesse mondiale globale estimée à 40%. Cette part a considérablement augmenté au cours du XXe siècle, mais semble avoir stagné depuis 2000. Le rapport étudie la variation de ce pourcentage à travers le monde, les différences en matière de composition du portefeuille et d'aversion au risque, ainsi que l'impact sur les représentantes féminines de la génération des millennials.
  • Pyramide mondiale des richesses
    Les deux tranches supérieures de la pyramide mondiale des richesses (> 100 000 USD) couvrent 9,5% de la population mondiale et possèdent collectivement 84,1% de la fortune mondiale (contre 86% l'année dernière). Les deux tranches inférieures couvrent 90,5% de la population mondiale et possèdent collectivement 15,8% de la richesse mondiale, soit 50,4 billions USD – une nette progression par rapport aux 40 billions USD de l'année dernière, ce qui témoigne de la tendance à une réduction de l'écart des richesses dans le monde.
  • Perspectives de la fortune
    La fortune mondiale devrait progresser de près de 26% au cours des cinq prochaines années pour atteindre 399 billions USD d'ici à 2023. Les marchés émergents généreront 32% de cette croissance, bien qu'ils ne représentent que 21% de la richesse actuelle. Le nombre de millionnaires augmentera fortement au cours des cinq prochaines années pour s'établir à 55 millions, un nouveau record.


Nannette Hechler-Fayd’herbe, Global Head of Investment Strategy & Research, a déclaré:  

«Cette année, nous sommes très heureux d'avoir examiné en particulier les perspectives mondiales en matière de fortune des femmes. Bien qu'un écart de richesse persiste entre les hommes et les femmes à l'échelle planétaire, ce fossé, nettement plus marqué dans certaines régions, s'est considérablement réduit au fil des années et devrait continuer à se resserrer à mesure qu'un nombre accru de femmes accèderont à l'éducation et participeront au marché du travail. Certains signes indiquent également qu'un plus grand nombre de femmes autodidactes réussissent en affaires et intègrent les plus hauts rangs de la pyramide des richesses. Néanmoins, même dans les pays où les progrès sont les plus remarquables, des défis demeurent. Il faut en faire davantage pour que les femmes aient une chance égale de construire et de partager des richesses ainsi que d'en hériter.» 

Michael O’Sullivan, Regional Chief Investment Officer EMEA, International Wealth Management, a indiqué: 

«Le rapport de cette année examine certaines évolutions passionnantes. Les États-Unis et la Chine sont incontestablement les surperformeurs et les moteurs de l'augmentation de la richesse, malgré la montée des tensions commerciales. La variation annuelle des niveaux de richesse, en grande partie imputable aux fluctuations des prix des actifs et des taux de change, a eu l'impact le plus fort en Amérique latine et dans certaines zones de la région Asie-Pacifique. 

«L'Europe conserve une part importante de la fortune mondiale. Elle abrite par ailleurs 30% des individus appartenant à la tranche supérieure de la pyramide des richesses (dont la fortune nette dépasse 100 000 USD) et 30% des HNWI. L'incertitude politique et les variations des taux de change ont joué un rôle dans la performance stable mais modeste de l'Europe au cours de l'année écoulée, tandis que des événements comme le Brexit ont pesé sur une année difficile pour le Royaume-Uni. 

«Hormis les HNWI au sommet de la pyramide des richesses, nous estimons qu'il est essentiel d'inclure plus largement les sections médianes et basses de celle-ci. En plus de représenter une part significative de la population et du pouvoir politique, ces segments détiennent en effet une fortune totale de plus de 50 billions USD susceptible de générer d'incroyables opportunités.» 

Anthony Shorrocks, économiste et auteur du rapport, a dit: 

«La distribution mondiale de la richesse reste largement orientée vers l'Amérique du Nord et l'Europe, qui représentent 60% de la richesse totale des ménages mais ne comptent que 17% de la population adulte mondiale. Néanmoins, les économies émergentes devraient se remettre de leurs récentes difficultés et continuer à rattraper les économies développées au cours des cinq prochaines années, générant 32% de la croissance de la richesse bien que n'en représentant que 21% actuellement. 

«Ces deux dernières années, on a également observé un relatif aplatissement de la part des 1% et 10% des plus grands détenteurs de la richesse, après une décennie de progression continue à la suite de la crise financière. Depuis la crise financière mondiale, l'inégalité des richesses s'est accrue, notamment sous l'impulsion de la part croissante des actifs financiers et du renforcement du dollar US. Ces facteurs sous-jacents semblent fléchir. À l'avenir, il est donc plus probable que l'inégalité des richesses se réduise au lieu d'augmenter.» 

Afin d’obtenir un exemplaire du Global Wealth Report 2018, veuillez vous rendre à l’adresse www.credit-suisse.com/gwr

Les informations complètes concernant les sources et la méthodologie utilisées sont également disponibles dans le Global Wealth Databook 2018.

À propos du CSRI Global Wealth Report
La neuvième édition du Global Wealth Report publié par le Credit Suisse Research Institute est la source d’informations la plus complète et la plus récente sur la richesse mondiale des ménages. Malgré l’importance de la fortune mondiale des ménages pour l’activité économique, les données relatives à son niveau et à sa répartition sont étonnamment incomplètes. Ce rapport entend combler cette lacune en compilant une base de données unique qui associe des informations publiées et les meilleures estimations possibles en l’absence de données fiables. Le Global Wealth Report est élaboré à partir de données sur les positions de fortune de 5,0 milliards d’adultes dans quelque 200 pays – des milliardaires occupant le sommet de la pyramide aux sections médianes et basses de celle-ci, souvent négligées par les études. La méthodologie solide du rapport, fondée sur de nombreuses années d’analyse, fournit des informations transparentes sur les sources sous-jacentes du Global Wealth Report et sur leur qualité. 

À propos du Credit Suisse Research Institute
Le Credit Suisse Research Institute est le laboratoire d’idées interne du Credit Suisse. Créé à l’issue de la crise financière de 2008, le CSRI a pour objectif d’étudier les évolutions économiques à long terme, qui ont ou sont susceptibles d’avoir un impact sur le secteur mondial des services financiers et au-delà. Pour plus d’informations sur le Credit Suisse Research Institute, rendez-vous à l’adresse www.credit-suisse.com/researchinstitute.