Entreprise Press Release

Press Release

Indicateur export des PME 3e trimestre 2013: le meilleur climat export depuis deux ans.

Les PME exportatrices n’avaient plus été aussi optimistes depuis l’été 2011. Dans toutes les branches, elles tablent sur une hausse de leurs ventes à l’étranger. C’est l’éclaircie observée dans la zone euro qui explique ce retour à la confiance. Les PME suisses estiment par ailleurs que la clé de leur succès sur les marchés étrangers est l’innovation produit. Telles sont, en substance, les conclusions du dernier Indicateur export des PME du Credit Suisse et de Switzerland Global Enterprise (anciennement Osec).

Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de pro-duits suisses, indique 0,62, soit une amélioration des attentes à l’export par rapport au dernier trimestre (2e trimestre 2013: 0,45). Le seuil de croissance du baromètre export est fixé à 0. Néanmoins, les attentes à l’export des entreprises suisses évoluent toujours un peu en-dessous de la moyenne à long terme, située aux alentours de 1.

Les perspectives export des PME établies par Switzerland Global Enterprise affichent éga-lement une amélioration du climat export depuis le dernier trimestre: 63,4 points contre 60,4 au début du 2e trimestre et 56,3 au début de l’année. L’indice n’avait plus été aussi élevé depuis deux ans: il faut en effet remonter au début du 3e trimestre 2011 pour retrouver une valeur comparable. La valeur de l’indice est calculée à partir du climat export auquel s’attendent les PME pour le 3e trimestre 2013 et sur la base des exportations effectivement réalisées au trimestre écoulé. L’indice s’échelonne de 0 à 100; les valeurs supérieures à 50 indiquent des exportations en hausse. 39% des PME tablent sur une croissance de leurs exportations au prochain trimestre, 53% sur une stagnation de leurs ventes étrangères et seules 8% des entreprises interrogées craignent une baisse de leurs ventes à l’export.

Amélioration en vue dans l’Euroland: l’espoir renaît à l’export
D’après le baromètre des exportations du Credit Suisse, il y a des signes de reprise de la croissance export sur plusieurs fronts. On observe des sursauts de demande non négli-geables en provenance de Grande-Bretagne, du Japon, des Etats-Unis, d’Europe de l’Est et des grands pays émergents hors Asie. Seule ombre au tableau: les pays émergents d’Asie où les perspectives de croissance se sont resserrées, légèrement à la baisse.

Dans la zone euro, en revanche, les signes de stabilisation se multiplient. Bien que les attentes à l’export des entreprises suisses soient encore mitigées, elles indiquent leur plus haut niveau en 16 mois. Si la tendance se confirme, l’industrie suisse pourrait bien miser à nouveau ses espoirs de croissance sur l’euro-zone dès le début du 4e trimestre 2013. En effet, les perspectives à l’export commencent à s’améliorer en particulier sur l’Italie et l’Espagne. Par contre, les espoirs sont en berne pour ce qui est de l’export en Grèce et en France.

L’amélioration de la situation économique dans la zone euro est visiblement perçue par les PME suisses interrogées par Switzerland Global Enterprise: 95% d’entre elles entendent exporter en Europe au cours des six prochains mois. C’est plus qu’au début du trimestre précédent (91%). Le principal marché export européen reste l’Allemagne, où 75% des PME suisses comptent vendre des produits ou des services. Viennent ensuite la France et l’Autriche avec chacun 54% d’entreprises envisageant d’y exporter. Quant à la Grande-Bretagne, où le Credit Suisse prévoit une hausse de la demande, elle a été nommée par 32% des entreprises.

Cinquante-cinq pour cent des PME suisses comptent exporter vers la région Asie-Pacifique au prochain semestre, contre 57% au trimestre précédent. Les marchés asiatiques visés en priorité par les exportateurs suisses sont la Chine avec 34% d’intentions d’exporter devant le Japon avec 26% et l’Inde avec 24%. Ces six prochains mois, 42% des PME comptent aussi écouler leurs produits et services en Amérique du Nord, 34% au Proche-Orient et en Afrique et 20% en Amérique du Sud.

La confiance resurgit dans toutes les branches
Selon les perspectives export des PME de Switzerland Global Enterprise, toutes les branches se montrent optimistes au début du 3e trimestre 2013. Comme au début du trimestre précédent, ce sont les entreprises de l’électrotechnique qui tablent sur la hausse la plus nette. Une évolution positive est attendue également dans la métallurgie, la chimie et la pharma, la construction mécanique, l’industrie de précision et les services. Les entreprises de l’industrie du papier se montrent prudentes et celles de l’industrie des biens de consommation plutôt frileuses.

Interrogées sur les raisons de leur optimisme, 54% des PME suisses prévoyant une aug-mentation de leur chiffre à l’export ces prochains mois répondent «l’innovation produit» (plu-sieurs réponses étaient possibles). Ce facteur de succès a gagné en importance en l’espace de trois mois. Le deuxième facteur cité est le «marketing renforcé», qui est évoqué par 44% des entreprises. Enfin, 29% des entreprises mentionnent «l’amélioration de l’environnement économique» comme troisième facteur.

Couverture des risques de change
En ce qui concerne les bénéfices, 70% des PME interrogées craignent que la cherté du franc mette à mal leurs marges. Elles étaient 72% à le redouter au dernier trimestre. La pression sur les marges est considérée de façon particulièrement problématique dans la métallurgie (87%), de même que dans l’industrie de précision (84%), la chimie-pharma (82%) et l’électrotechnique (81%). Parmi les PME interrogées, 40% confessent avoir recours à des opérations de couverture de risques de change pour réduire les effets néfastes du franc fort sur leurs marges. Au début du 2e trimestre 2013, elles n’étaient que 26% à recourir aux opé-rations de couverture pour amortir les effets du franc fort.


Baromètre des exportations du Credit Suisse: méthodologie
Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs don¬nent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. Le seuil de croissance est égal à 0. La croissance moyenne à long terme (presque 5%) correspond à la valeur +1.
Informations complémentaires: Credit Suisse (2009), «Commerce extérieur suisse – faits et tendances», Swiss Issues Branches, www.credit-suisse.com/research

Perspectives des PME de Switzerland Global Enterprise: méthodologie
Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe de plus de 200 PME suisses. Elles sont issues des branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services. Les PME ont juste à indiquer si elles tablent pour le trimestre en cours et le trimestre à venir sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations. Pour donner son caractère prospectif à l’indicateur, le facteur «exportations attendues» pour le trimestre à venir est pondéré à 60%, tandis que les «ex¬portations réelles» du trimestre en cours pèsent 40%. Les Perspectives export des PME donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de crois-sance des exportations. Les entreprises doivent livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME suisses.