Entreprise Press Release

Press Release

Les entreprises familiales se montrent résistantes, 60% d'entre elles annonçant un chiffre d'affaires en hausse d'au moins 5% pour l'exercice précédent

Le Family Business Index du Credit Suisse surperforme le marché de 8% sur les cinq dernières années

Selon une étude publiée ce jour par le Credit Suisse Research Institute et Ernst & Young, 60% des entreprises familiales ont annoncé une hausse de 5% de leur chiffre d'affaires pour l'exercice précédent. Ces résultats démontrent que, pendant que d'autres entreprises ont du mal à générer des bénéfices, le modèle d'entreprise familiale reste plus solide face au ralentissement des activités économiques et à la crise dans la zone euro. De plus, en s'appuyant sur un style de direction différent, axé sur l'investissement à long terme, les entreprises familiales sont plus performantes que les sociétés publiques, ce qui est une véritable réussite.

L'étude est basée sur une enquête unique des membres du Réseau international des entreprises familiales (Family Business Network International) dans 33 pays. Elle étudie les caractéristiques des entreprises familiales cotées ou non cotées, de petite et de grande taille, de jeune et d'ancienne génération, et tient compte des aspects macro-économiques contemporains ainsi que des problèmes structurels rencontrés par les entreprises familiales, tels que la durabilité, la gouvernance et les défis humains de la succession et de la gestion des talents.

Michael O’Sullivan, responsable de l'unité Portfolio Strategy & Thematic Research à Credit Suisse Private Banking: «Le modèle d'entreprise familiale, axé sur le long terme, sur la cohésion et sur la conscience des enjeux de développement durable, tout en mettant l'accent sur l'importance de la qualité des produits, s'avère être non seulement un moteur essentiel de l'activité économique, mais aussi l'antidote à certains échecs structurels révélés par la crise financière.»

Richard Kersley, responsable de l'unité Global Research Product à Credit Suisse Investment Banking: «Nous pensons que le moment est bien choisi pour se pencher sur les entreprises familiales, compte tenu de leurs récentes performances. Comme preuve supplémentaire, sur ces cinq dernières années, le Credit Suisse Family Business Index a surperformé le marché de 8%.»

L'étude a révélé que les caractéristiques suivantes ont contribué à la réussite des entreprises familiales:

Performance et résilience: jusqu'ici, les entreprises familiales ont relativement bien résisté dans le contexte actuel, près de 60% d'entre elles ayant annoncé une croissance d'au moins 5% de leur chiffre d'affaires pour l'exercice précédent. Leur modèle les a non seulement soutenues dans l'environnement actuel difficile, mais l'étude souligne également qu'il a toujours été rentable, tant pour les membres de la famille que pour les investisseurs externes. Le flux de trésorerie généré par les entreprises familiales cotées a constamment été supérieur à celui de l'ensemble du secteur coté au fil du temps, d'où une surperformance à la Bourse. En effet, sur les cinq dernières années, le Credit Suisse Family Business Index surperforme le marché de 8%.

Faire face à la crise du crédit dans la zone euro: l'enquête révèle que la crise du crédit dans la zone euro ne figure pas au rang des premières préoccupations des entreprises familiales. 15% des entreprises seulement l'identifient comme une préoccupation majeure. Les marchés extérieurs ne sont pas fermés aux entreprises familiales. Plus de la moitié des répondants indiquent que le crédit est aussi accessible maintenant qu'avant.

Perspectives à long terme: la robustesse des entreprises familiales semble renforcée par leur approche axée sur le long terme et sur la qualité, en particulier dans les entreprises plus anciennes. Au moins trois quarts des répondants estiment que la perspective de gestion à longue échéance est l’une des clés du succès; la plupart ont une approche de retour sur investissement basée sur le long terme et s'appuient sur un modèle de financement interne plutôt qu'externe pour financer la croissance future. 40% des entreprises se donnent jusqu'à 10 ans pour un retour sur investissement. Le modèle est celui du «capital patient», mais qui porte ses fruits.

La solidarité: lorsqu'il s'agit de succession, les familles se serrent les coudes – on note un profond désir de passer la main à la prochaine génération et les entreprises soulignent la nécessité de planifier à l'avance. Cependant, une grande partie des entreprises familiales a du mal à passer le cap de la première génération. L'entreprise constitue également l'essentiel de la fortune de la famille dans les entreprises interrogées. Les problèmes de gouvernance et d'attraction et de rétention des talents sont bien sûr des risques pour les entreprises qui placent la succession et le maintien de la propriété au cœur du modèle de fonctionnement.

La durabilité: enfin, la durabilité – financière et sociale – est un principe de base pour les entreprises familiales. L'enquête révèle que 72% des entreprises dirigées par la deuxième génération ou une génération supérieure ont déclaré avoir une stratégie environnementale, sociale et de gouvernance. En fait, si leur gouvernance peut être un point faible, les entreprises familiales cotées ont tendance à avoir de bons scores «ESG» en moyenne. Bien sûr, les intérêts des différentes générations et les orientations des entreprises familiales doivent être en phase avec cette approche de durabilité. Mais à cet égard, leur approche s'aligne elle-même sur l'orientation «durabilité» de plus en plus répandue chez tous les investisseurs.