Entreprise Press Release

Press Release

Le Credit Suisse Group enregistre au 3e trimestre 2011 un bénéfice avant impôts (résultats de base) de 1036 millions de francs, un bénéfice net distribuable aux actionnaires de 683 millions de francs, un afflux net de nouveaux capitaux de 7,4 milliards de francs à Private Banking et un rendement des fonds propres de 8,7%

Pour les neuf premiers mois de 2011, bénéfice avant impôts (résultats de base) de 3747 millions de francs, bénéfice net distribuable aux actionnaires de 2590 millions de francs, rendement des fonds propres de 10,7%, rendement des fonds propres ajusté* de 11,8%, afflux net de nouveaux capitaux de 40,5 milliards de francs

Capitalisation toujours élevée avec un ratio des fonds propres de base selon Bâle 2 de 17,7%, un ratio du noyau des fonds propres de base selon Bâle 2.5 de 10,0% et un bilan liquide avec un net stable funding ratio (NSFR) de 97%; les dépôts de clients, qui restent la principale source de financement, ont augmenté de 15 milliards de francs pour passer à 278 milliards de francs

Le Credit Suisse prend des dispositions pour développer encore sa stratégie intégrée en réduisant de façon significative les actifs pondérés en fonction des risques à Investment Banking, en prenant des mesures en vue de soutenir la rentabilité de premier ordre à Private Banking et en allouant davantage de ressources aux grands marchés et aux marchés à croissance plus rapide

La réduction du taux de frais déjà annoncée de 1,0 milliard de francs au 1er janvier 2012 a augmenté à 1,2 milliard de francs – en tenant compte de réductions supplémentaires en 2012 et 2013, réduction globale du taux de frais de 2,0 milliards de francs

Les résultats du 3T11 influencés par un environnement de marché global difficile et des éléments particuliers
- Nouveau gain de parts de marché dans un environnement volatil
- Bénéfice avant impôts (résultats de base) de 1036 millions de francs, bénéfice net distribuable aux actionnaires de 683 millions de francs, produits nets (résultats de base) de 6817 millions de francs, bénéfice net dilué par action de 0.53 franc, afflux net de nouveaux capitaux de 7,1 milliards de francs, rendement des fonds propres de 8,7%
- Provisions pour litiges de 295 millions de francs liées à l'affaire fiscale aux Etats-Unis ainsi que 183 millions de francs (150 millions d'euros) en relation avec les affaires fiscales en Allemagne
- En excluant les gains de valeur juste sur la dette du Credit Suisse et sur des dérivés individuels liés à certains de ses propres engagements de financement, les provisions pour litiges en relation avec les affaires fiscales aux Etats-Unis et en Allemagne ainsi que les dépenses relatives aux initiatives d'efficience des coûts, le bénéfice avant impôts ajusté* s'est élevé à 519 millions de francs et le bénéfice net ajusté* à 441 millions de francs

Résultats des segments
- A Private Banking, bénéfice avant impôts de 183 millions de francs, incluant des provisions pour litiges de 478 millions de francs liées aux affaires fiscales aux Etats-Unis et en Allemagne; produits nets de 2610 millions de francs; afflux net de nouveaux capitaux de 7,4 milliards de francs, dont 6,6 milliards à Wealth Management Clients avec un fort afflux dans les segments des clients ultra-high-net-worth individual (UHNWI) et des marchés émergents
- A Investment Banking, perte avant impôts de 190 millions de francs, reflétant l'environnement de marché difficile et volatil; produits nets de 2494 millions de francs incluant des gains significatifs sur debit valuation adjustments (DVA) en relation avec certaines dettes sur Notes structurés
- A Asset Management, bénéfice avant impôts de 92 millions de francs; afflux net de nouveaux capitaux de 0,2 milliard de francs; produits nets de 471 millions de francs; amélioration de la marge basée sur les commissions, à 48 points de base au 3T11, contre 44 points de base au 2T11 et 42 points de base au 3T10

Renforcement de notre stratégie intégrée orientée clientèle et efficiente en termes de capital
- Affinement de la stratégie à Investment Banking avec pour objectif une réduction d'approximativement 50% des actifs pondérés en fonction des risques pro forma selon Bâle 3 dans les affaires Fixed Income d'ici à 2014, ce qui fera baisser la part de Fixed Income dans les actifs pondérés en fonction des risques du Groupe d'environ 55% à 39%; rapprochement du portefeuille d'Investment Banking avec Private Banking et Asset Management; redéploiement du capital et des ressources en faveur des activités de croissance
- Concentration sur le portefeuille de Private Banking en améliorant la productivité des activités mondiales onshore de Private Banking; amélioration du modèle de prestations de service offshore; investissement dans le segment des clients ultra-high-net-worth individual et gains de parts de marché supplémentaires en Suisse tout en augmentant l'efficience de la plate-forme suisse; accroissement de 800 millions de francs d'ici à 2014 - hors croissance induite par le marché - de la contribution de Private Banking au bénéfice avant impôts du Groupe
- A Asset Management, extension de la gamme de produits alternatifs en collaboration avec Private Banking et Investment Banking, poursuite de l'augmentation des revenus basés sur les commissions et des réductions de coûts
- Allocation de ressources aux grands marchés et aux marché à croissance plus rapide, notamment au Brésil, en Asie du Sud-Est, en Grande Chine et en Russie, dont les revenus devraient passer de 15% de ceux du Groupe en 2010 à 25% d'ici à 2014
- La réduction du taux de frais déjà annoncée de 1,0 milliard de francs au 1er janvier 2012 a augmenté à 1,2 milliard de francs; en incluant des réductions supplémentaires en 2012 et 2013, réduction globale du taux de frais de 2,0 milliards de francs
- Des mesures sont définies pour accroître les synergies de coûts dans toutes les divisions, intensifier les investissements dans les activités de croissance et obtenir des rendements de premier ordre

Brady W. Dougan, Chief Executive Officer, a déclaré: «Durant le troisième trimestre, nous avons connu un environnement difficile marqué par un degré élevé d'incertitude, un faible niveau du volume d'affaires clientèle et une volatilité extrême du marché. Depuis 2008, nous appliquons de manière proactive une stratégie intégrée orientée clientèle et efficiente en termes de capital. Cette stratégie, associée à notre base de financement conservatrice et à notre forte capitalisation, nous a bien servi au cours de cette période marquée par une volatilité du marché et des changements dans notre branche sans précédent, nous permettant de générer un rendement des fonds propres moyen de 14,9% depuis début 2009.»

Concernant la poursuite du développement de la stratégie du Credit Suisse, il a ajouté: «Je suis convaincu que le fait d'être un précurseur dans l'adaptation à un nouvel environnement réglementaire et de marché constitue un net avantage pour le Credit Suisse. Nous allons renforcer la stratégie intégrée de la banque, orientée clientèle et efficiente en termes de capital, en prenant des mesures décisives pour améliorer les revenus des clients et les synergies de coûts dans nos trois divisions et pour intensifier les investissements dans les activités de croissance. Les mesures annoncées aujourd'hui sont destinées à maintenir la forte dynamique de nos activités clientèle construite au cours des trois dernières années et à obtenir des rendements de premier ordre. A Investment Banking, nous allons accélérer nos projets annoncés précédemment et réduire de moitié, d'ici à 2014, les actifs pondérés en fonction des risques dans les affaires Fixed Income, pro forma Bâle 3. A Private Banking, nous nous sommes engagés à assurer une rentabilité leader dans la branche et à mettre en œuvre une série de mesures de croissance, de productivité et d'efficience pour exploiter notre forte présence onshore et offshore; toutes ces mesures ont pour but d'augmenter de 800 millions de francs d'ici à 2014 – hors croissance induite par le marché – la contribution de Private Banking au bénéfice avant impôts du Groupe. Dans l'ensemble de nos affaires, nous allons allouer des ressources aux grands marchés et aux marchés à croissance plus rapide, notamment au Brésil, en Asie du Sud-Est, en Grande Chine et en Russie. Nous augmenterons ainsi les produits que nous générons sur ces marchés, qui devraient passer de 15% en 2010 à 25% d'ici à 2014. Des mesures d'efficience permettront en outre de réduire le taux de frais global de 2,0 milliards de francs en 2012 et 2013.»

Il a conclu: «Nous avons réalisé un rendement des fonds propres ajusté* de 11,8% pour les neuf premiers mois de 2011, ce qui montre que nous continuons à tirer profit des mesures prises depuis 2008. Nous pensons que la croissance ralentie, l'environnement de taux bas et la réglementation croissante que nous connaissons actuellement pourraient persister sur une longue période. Nous devrions continuer à connaître de bas niveaux de volume d'affaires clientèle et un environnement de négoce volatil. Avec notre stratégie intégrée orientée clientèle et efficiente en termes de capital, nous sommes bien préparés pour cet environnement et nous restons convaincus que notre stratégie nous fournira d'importantes opportunités de croissance et nous permettra d'accroître la performance avec l’amélioration des conditions économiques et de marché.»

Adaptation de la base des coûts
Le Credit Suisse mettra en œuvre des mesures supplémentaires d’efficience des coûts pour ajuster sa base de coûts. Au 2T11, le Credit Suisse a commencé à déployer un certain nombre d’initiatives d’efficience des coûts, qui devraient aujourd’hui générer 1,2 milliard de francs d’économies de coûts (estimation antérieure: 1,0 milliard de francs), la plus grande partie des économies concernant Investment Banking, ainsi qu’une baisse correspondante du taux de frais annualisé du premier semestre 2011 au cours de 2012. Ce programme inclut des réductions d'environ 4% de l'effectif mondial du Groupe et impliquera pour 2011 des coûts de mise en place de 550 millions de francs (auparavant estimés entre 400 et 450 millions de francs). Sur ces coûts, respectivement 291 millions de francs et 142 millions de francs ont été comptabilisés au 3T11 et au 2T11 dans le Corporate Center, essentiellement pour des indemnités de départ ou d'autres charges liées aux salaires. Vu ces coûts de mise en place, les économies de coûts nettes devraient être limitées en 2011 et les avantages de cette initiative d’efficience des coûts ne devraient se manifester qu’en 2012.

En plus de ces mesures, le Credit Suisse vise aussi 0,8 milliard de francs d’économies de coûts d’ici fin 2013. Ces économies de coûts supplémentaires devraient inclure une réduction d'environ 3% de l’effectif du Groupe ainsi que des optimisations de processus, la gestion des fournisseurs, la gestion des demandes, une plus grande intégration des opérations bancaires et une rationalisation de nos activités existantes. Les initiatives d’efficience des coûts de 2,0 milliards de francs ne devraient avoir aucun impact négatif sur la mise en œuvre de notre stratégie orientée clientèle et efficiente en termes de capital, car les ressources sont allouées aux activités vouées à croître.

Résultats des segments

Private Banking
Private Banking, qui comprend les affaires de Wealth Management Clients au niveau mondial et de Corporate & Institutional Clients en Suisse, a enregistré un bénéfice avant impôts de 183 millions de francs au 3T11 incluant des provisions pour litiges de 295 millions de francs en relation avec une affaire fiscale aux Etats-Unis et de 183 millions de francs (150 millions d’euros) en relation avec l'affaire fiscale en Allemagne, tandis que le 3T10 incluait 44 millions de francs de provisions relatives à des auction rate securities (ARS) et que le 2T11 incluait des gains provenant de la vente de biens immobiliers de 72 millions de francs. Abstraction faite de ces impacts, le bénéfice avant impôts adapté* a reculé respectivement de 14% et de 25% par rapport au 2T11 et au 3T10.

Les affaires de Wealth Management Clients font état d'une perte avant impôts de 34 millions de francs au 3T11, due aux provisions pour litiges susmentionnées de 478 millions de francs. La baisse du bénéfice avant impôts adapté* respectivement de 15% et de 32% par rapport au 2T11 et au 3T10 s'explique par la diminution des produits nets, celle-ci reflétant le recul des actifs gérés, affectés par les mouvements défavorables du marché, par l’environnement de taux bas et par le volume d'affaires clientèle réduit. Les charges d'exploitation adaptées* ont légèrement diminué par rapport au 3T10 et au 2T11. La marge brute, de 114 points de base, a perdu 4 points de base comparé au 3T10, en raison de la baisse du résultat des opérations d'intérêt. Par rapport au 2T11, la marge brute a perdu un point de base. Si l’on exclut les gains de la vente de biens immobiliers au 2T11, la marge brute adaptée* s’est accrue de 3 points de base.

Les affaires de Corporate & Institutional Clients , qui fournit une couverture complète des besoins en services financiers des clients entreprises et des clients institutionnels en Suisse et pour des banques dans le monde entier, ont enregistré un bénéfice avant impôts de 217 millions de francs au 3T11, soit une baisse de 3% par rapport au 3T10, du fait que des provisions pour pertes sur crédit plus importantes et des charges d'exploitation totales légèrement plus élevées n'ont été que partiellement compensées par une progression de 5% des produits nets. La marge avant impôts sur le bénéfice est restée élevée avec 47%. Le bénéfice avant impôts a été inférieur de 13% à celui du 2T11. Les produits nets sont restés stables, les charges d’exploitation ont augmenté de 5% et les provisions pour pertes sur crédit ont atteint 5 millions de francs, alors que des dissolutions nettes de provisions pour pertes sur crédit avaient été enregistrées au 2T11 et au 3T10. Malgré la force du franc suisse et son impact sur l'économie, le portefeuille de prêts reste de bonne qualité.

Investment Banking
Investment Banking affiche des produits nets de 2494 millions de francs, en recul de 27% par rapport au 3T10 et de 12% par rapport au 2T11, ainsi qu’une perte avant impôts de 190 millions de francs, à comparer à un bénéfice avant impôts de 395 millions de francs au 3T10 et à un bénéfice avant impôts de 231 millions de francs au 2T11.

Avec des produits nets de 762 millions de francs, les résultats de la vente et du négoce de titres à revenu fixe sont supérieurs de 28% à ceux du 2T11 et inférieurs de 48% à ceux du 3T10, ce qui reflète des conditions de market making (tenue de marché) difficiles et des niveaux toujours bas du volume d'affaires clientèle dans la plupart des secteurs du fait que le climat macroéconomique a continué à se détériorer sur beaucoup de marchés. Les résultats des opérations de crédit ont été fortement affectés par la baisse des volumes de négoce de la clientèle, par l'illiquidité des marchés et par l'élargissement des écarts de crédit, avec pour résultat des pertes sur les positions de stocks détenues pour des affaires de négoce de la clientèle du Credit Suisse. D'importantes mesures de réduction du risque ont été prises dans les activités de crédit afin d'atténuer les pertes potentielles. Les résultats des produits titrisés sont restés faibles, car de nouvelles baisses des prix des obligations ont amené le volume d'affaires clientèle à continuer à stagner à bas niveau et ont entraîné de nouvelles diminutions de valeur des positions de stocks des clients. Les résultats comprennent aussi des gains significatifs de debit valuation adjustments (DVA) de 266 millions de francs en relation avec certaines dettes sur Notes structurés et avec une perte de 83 millions de francs liée à des changements dans les courbes de rendement des taux d'intérêt OIS (overnight index swap) utilisées pour déterminer la valeur juste de certains instruments dérivés garantis.

La vente et le négoce d'actions ont été affectés par la volatilité de l'environnement de marché, avec des produits nets de 1182 millions de francs, soit une baisse de 7% par rapport au 2T11 et une hausse de 9% par rapport au 3T10. Les revenus du 3T11 incluent des gains sur debit valuation adjustment (DVA) de 272 millions de francs en relation avec certaines dettes sur Notes structurés.

Les produits nets enregistrés par les activités d'émission et de conseil ont atteint 606 millions de francs, ce qui représente une baisse par rapport aux 965 millions de francs du 2T11 et aux 890 millions de francs du 3T10, mais sont en phase avec les niveaux d’émission de capitaux et d’activité de fusions et d’acquisitions prévalant dans la branche.

Les rémunérations et indemnités, de 1449 millions de francs durant le 3T11, ont été inférieures de 23% à celles du 3T10, reflétant l’impact de la conversion des devises, et sont demeurées stables comparé à celles du 2T11. Le total des autres charges d'exploitation n'a pas varié par rapport au 3T10 et s'est accru de 4% comparé au 2T11.

La marge avant impôts sur le bénéfice s'est établie à -7,6% au 3T11, alors qu'elle était de 11,5% au 3T10 et de 8,2% au 2T11. Le rendement sur le capital économique utilisé moyen, avant impôts, a été de 3,3% au 3T11, contre 8,0% au 3T10 et 5,1% au 2T11.

La valeur moyenne exposée au risque sur un jour, égale à 98%, est de 76 millions de francs au 3T11, contre 110 millions de francs au 3T10 et 71 millions de francs au 2T11.

Asset Management
Asset Management a réalisé un bénéfice avant impôts de 92 millions de francs au 3T11, ce qui représente une diminution de 43 millions de francs par rapport au 3T10 et de 110 millions de francs en comparaison avec le 2T11. Les produits nets ont atteint 471 millions de francs, soit une baisse de 19% par rapport au 3T10 et de 25% par rapport au 2T11, reflétant principalement des pertes non réalisées liées aux investissements en private equity, contre des gains au 3T10 et au 2T11. Les produits nets avant les gains/pertes liés aux investissements ont été de 488 millions de francs, en hausse de 16% par rapport au 3T10 et de 3% comparé au 2T11, ce qui traduit une amélioration des résultats dans les placements alternatifs.

Les revenus basés sur les commissions ont progressé de 11% par rapport au 3T10 et de 4% par rapport au 2T11, avec des intéressements différés plus élevés sur les gains de private equity réalisés, qui ont été partiellement neutralisés par une baisse des commissions de performance.

Les pertes liées aux investissements se sont chiffrées à 17 millions de francs au 3T11, à comparer avec des gains de 160 millions de francs au 3T10 et de 156 millions de francs au 2T11. Les résultats du 3T11 incluent des pertes non réalisées dans les placements en private equity dans les secteurs de la technologie, de l'énergie et de l’industrie, ainsi que des pertes liées à des investissements dans le secteur public, compensées en partie par des gains réalisés dans le secteur de la santé.

Les charges d'exploitation totales, de 379 millions de francs, sont en baisse respectivement de 15% et de 11% par rapport au 3T10 et au 2T11 du fait d'un recul des rémunérations et indemnités ainsi que des frais généraux et administratifs.

Afflux net de nouveaux capitaux
Le Credit Suisse Group fait état d’un afflux net de nouveaux capitaux de 7,1 milliards de francs au 3T11. Private Banking a généré un afflux net de nouveaux capitaux de 7,4 milliards de francs. Wealth Management Clients a enregistré 6,6 milliards de francs de nouveaux capitaux nets, avec de forts afflux du segment UHNWI et du segment des marchés émergents. Par rapport à la fin du 3T10, les actifs gérés par Private Banking ont reculé de 4,7%, le fort afflux net de nouveaux capitaux ayant été plus que neutralisé par des mouvements défavorables liés au change, en raison principalement de la dépréciation du dollar américain et de l'euro vis-à-vis du franc suisse et d'autres évolutions négatives du marché. Asset

Management a généré un afflux net de nouveaux capitaux de 0,2 milliard de francs, dont 4,2 milliards de francs dans les placements alternatifs, avec des afflux dans le private equity, l’immobilier, les matières premières et les hedge funds, et des sorties nettes de 4,2 milliards de francs dans les placements traditionnels, principalement dans les activités de conseil en Suisse et les multi-asset class solutions, reflétant les difficultés inhérentes aux marchés.

Capital et liquidités
Le Credit Suisse a continué à gérer ses liquidités de manière conservatrice et sa capitalisation demeure très élevée. Le ratio des fonds propres de base selon Bâle 2 était de 17,7% à la fin du 3T11, contre 18,2% à la fin du 2T11, reflétant une augmentation des actifs pondérés en fonction des risques, due en premier lieu à l'impact de la conversion des devises, et des fonds propres de base stables. Le ratio du noyau des fonds propres de base (Bâle 2) est passé de 13,1% à la fin du 2T11 à 12,6% à la fin du 3T11. Selon les exigences de Bâle 2.5, le ratio du noyau des fonds propres de base pour le 3T11 est de 10,0%, comparé à 10,2% pour le 2T11.

Corporate Center
Le Corporate Center a enregistré un bénéfice avant impôts de 951 millions de francs, qui inclut 291 millions de francs d'indemnités de départ et d'autres charges liées aux salaires en rapport avec l'initiative d'efficience des coûts déployée dans l'ensemble du Groupe, ainsi que des gains nets de valeur juste de 1336 millions de francs sur la dette du Credit Suisse et sur des dérivés individuels en relation avec son propre financement. Ce résultat est à comparer à une perte avant impôts de 190 millions de francs au 2T11 et à une perte avant impôts de 613 millions de francs au 3T10.

Avantages de la banque intégrée
Au 3T11, le Credit Suisse a généré 1,0 milliard de francs de produits provenant des activités inter-divisions dans le cadre de la banque intégrée.


*Les résultats ajustés sont des données financières non présentées selon les normes GAAP. Le rendement des fonds propres ajusté du Groupe durant les neuf premiers mois de 2011 exclut les gains de valeur juste sur la dette du Credit Suisse et sur des dérivés individuels de 710 millions de francs (439 millions de francs après impôts), les provisions pour litiges de 478 millions de francs en relation avec les affaires fiscales aux Etats-Unis et en Allemagne (428 millions de francs après impôts), ainsi que les dépenses relatives aux initiatives d'efficience des coûts de 433 millions de francs (303 millions de francs après impôts). Le bénéfice avant impôts ajusté et le bénéfice net ajusté du Groupe durant le 3T11 excluent les gains de valeur juste sur la dette du Credit Suisse et sur des dérivés individuels de 1286 millions de francs (879 millions de francs après impôts), les provisions pour litiges de 478 millions de francs en relation avec les affaires fiscales aux Etats-Unis et en Allemagne (428 millions de francs après impôts), ainsi que les dépenses relatives aux initiatives d'efficience des coûts de 291 millions de francs (209 millions de francs après impôts). Les résultats adaptés sont des données financières non présentées selon les normes GAAP. Pour Private Banking et Wealth Management Clients, le bénéfice avant impôts adapté durant le 3T11 exclut les provisions pour litiges pour les affaires fiscales aux Etats-Unis et en Allemagne de 478 millions de francs, le bénéfice avant impôts adapté durant le 2T11 exclut les gains sur la vente de biens immobiliers de 72 millions de francs et le bénéfice avant impôts adapté durant le 3T10 exclut les provisions relatives aux ARS de 44 millions de francs. Pour Wealth Management Clients, les charges d'exploitation adaptées durant le 3T11 excluent les provisions pour litiges liées aux affaires fiscales aux Etats-Unis et en Allemagne de 478 millions de francs et les charges d'exploitation adaptées durant le 3T10 excluent les provisions relatives aux ARS de 44 millions de francs. La marge brute adaptée de Wealth Management Clients durant le 2T11 exclut les gains de 72 millions de francs sur la vente de biens immobiliers.