Entreprise Press Release

Press Release

De solides fondamentaux de crédit pour les entreprises et les cantons suisses

Etude de Credit Suisse Research: «Swiss Credit Handbook 2011».

Le «Swiss Credit Handbook 2011» regroupe les profils de crédit des principaux émetteurs et acteurs helvétiques du marché des capitaux en francs suisses. Cette année, l’ouvrage réunit des évaluations de l’ensemble des entités que nous couvrons, comme les entreprises, les centrales affiliées, les cantons et les municipalités. Il examine également les perspectives de certaines industries émettrices ainsi que les dernières tendances et thèmes dominant actuellement la situation économique, tels que les turbulences monétaires, les incertitudes quant aux dettes publiques ou encore les perspectives économiques.

Le manuel de crédit édité par le Credit Suisse fournit depuis dix ans une vue d’ensemble de la qualité de crédit des principaux émetteurs helvétiques sur le marché des capitaux en francs suisses. Il comporte par ailleurs des analyses d’émetteurs suisses non couverts par les agences internationales de notation. L’étude examine en outre les dernières tendances et thèmes d’actualité influant sur la situation économique et évalue les perspectives de certains groupes d’émetteurs.

Les entreprises de nouveau sur les rails, mais bien loin des sommets
La situation économique générale a continué de s’améliorer en 2010 et au premier semestre 2011. Cette embellie a été largement soutenue par la forte reprise des secteurs plus cycliques, qui ont profité de l’effet de base après d’importants replis. Du point de vue du crédit, les résultats publiés par les entreprises suisses que nous couvrons ont été généralement meilleurs que ceux de 2009. Les marchés émergents se sont illustrés par leur rôle de moteur de la croissance, tandis que certains marchés d’Europe et d’Amérique du Nord continuaient d’afficher une reprise assez lente. Les chiffres du crédit des entreprises suisses se sont de nouveau améliorés après leur niveau plancher de 2009, notamment grâce à une combinaison de programmes d’amélioration de l’efficacité et de réduction des coûts, mais aussi à une augmentation des commandes et des chiffres d’affaires en général. Les marges bénéficiaires se sont améliorées et les mesures de cash-flow sont restées relativement solides, d’où un endettement net stable, voire même en baisse, et des chiffres du crédit plus vigoureux. Cela dit, les turbulences sur les devises liées au déclin de l’USD et de l’EUR face au CHF constituent une menace de plus en plus sérieuse. L’étude indique également clairement que les incertitudes quant à la résolution de la crise de l’endettement en Europe ne pèsent pas seulement sur le secteur de la finance, mais sur l’ensemble de l’économie mondiale.

Le secteur public suisse en tant que refuge
Les cantons suisses ont connu une bonne année 2010, marquée par de solides performances financières, bien qu’inférieures à celles des années précédentes – ce qui laisse présager des défis plus importants pour le futur. De plus, de nombreux cantons ont été de nouveau en mesure de dégager des recettes excédentaires l’année dernière, dépassant ainsi généralement leurs budgets prévisionnels. 16 cantons ont présenté des ratios d’auto-financement supérieurs à 100%, leur permettant d’autofinancer l’intégralité de leurs investissements nets. La flexibilité financière est restée forte, comme en témoignent les positions nettes en liquidités détenues par huit cantons en 2010. Ceci devrait les aider à faire face aux défis des années à venir, à savoir la baisse des recettes combinée à des investissements nets plus lourds. Selon nous, ces futurs défis sont davantage dus à des effets différés de la récente récession qu’à de réels changements structurels. Cela dit, les cantons suisses encourent également le risque de ne pas se voir verser de dividendes par la Banque nationale suisse, lesquels dividendes représentaient de 1% à 3% de leur revenu total ces dernières années.

Qualité de crédit – les perspectives
Notre scénario de base part toujours du principe que la reprise économique mondiale va se poursuivre au cours des douze prochains mois – bien qu’à un rythme plus modéré et peut-être plus volatil. Cela devrait permettre à la plupart des émetteurs suisses couverts par notre étude d’atteindre des chiffres du crédit correspondant à leur notation respective. La majorité des émetteurs en question ont d’ailleurs conservé leur position au sein de la catégorie de notation qui est la leur. Cependant, et bien que de nombreuses sociétés jouissent d’une bonne marge de manœuvre financière sous leur notation actuelle, certains risques majeurs persistent, comme l’ont démontré les récentes acquisitions. Notre étude indique par ailleurs que les turbulences monétaires intensifient la pression sur certaines sociétés déjà exposées à d’autres difficultés. Cela étant, les entreprises suisses actives à l’échelle mondiale disposent souvent d’une couverture naturelle face au risque de change, ce qui réduit ces turbulences à des risques d’équilibre. Nous pensons que les notations de crédit des émetteurs suisses que nous couvrons resteront stables au cours des douze prochains mois. C’est la raison pour laquelle à la fin août 2011, 82 des 91 émetteurs couverts par le «Swiss Credit Handbook» se voyaient attribuer une perspective de notation «Stable». Un seul émetteur possède actuellement une perspective de notation «Positive», le potentiel à la hausse de la qualité de crédit fondamentale étant selon nous très limité. La perspective de notation négative attribuée à huit émetteurs suggère que le rating de crédit de moins de 10% de l’ensemble de l’univers couvert est susceptible d’être rétrogradé au cours des mois à venir.

Stagnation volatile attendue pour les écarts de crédit
Après le net resserrement des écarts de crédit en 2009, les écarts de crédit en CHF ont généralement poursuivi leur évolution latérale initiée au début de l’année 2010. Cependant, la récente volatilité du marché, elle-même découlant des incertitudes des acteurs, a entraîné un creusement des écarts pour les secteurs plus cycliques et les sociétés affichant une notation plus basse. Sur la base des fondamentaux de crédit actuels, nous restons modérément optimistes à moyen terme, y compris pour les entités affichant une notation plus basse. Nous voyons un certain potentiel de resserrement, sous réserve que le marché continue son redressement – certes à un rythme moins soutenu qu’attendu en début d’année – tandis que la volatilité devrait rester élevée à court terme.

A propos du «Swiss Credit Handbook»
La vocation du «Swiss Credit Handbook» est de mettre en lumière les profils de crédit des émetteurs helvétiques sur le marché des capitaux en francs suisses. Cette étude examine la solvabilité des plus grands émetteurs d’obligations suisses et des principaux acteurs du marché des capitaux par le biais d’une évaluation structurée. Pour la première fois, nous y avons inclus l’ensemble des entités que nous couvrons (entreprises, centrales affiliées, cantons et municipalités), regroupant ainsi une large gamme de débiteurs qui ne sont pas couverts par les agences de notation de crédit internationales. Sur la base de méthodologies standardisées, nous évaluons le profil de crédit et les perspectives de notation de chaque émetteur et lui assignons un rating de crédit individuel. Le «Swiss Credit Handbook» fournit en outre des faits et chiffres d’ordre général concernant le marché obligataire suisse et se concentre plus particulièrement sur le marché des obligations indigènes. Le «Swiss Credit Handbook» s’adresse ainsi à tous les investisseurs et acteurs du marché financier recherchant des informations détaillées sur l’évolution et la solvabilité des preneurs de crédit actifs sur le marché des capitaux suisse. La présente édition du «Swiss Credit Handbook» comporte les profils de crédit de 47 entreprises, 16 centrales affiliées, 26 cantons et 2 municipalités.