Spécial Investir dans l'avenir

Investir dans l'avenir

L’investissement à impact connaît une croissance spectaculaire, les investisseurs étant particulièrement friands de placements porteurs de rendements financiers générant également un impact environnemental et social mesurable positif. Ce segment s’inscrit dans la lignée des 17 Objectifs de Développement Durable des Nations Unies qui couvrent des thèmes comme l’égalité des genres, l’eau, la faim et l’enseignement primaire, secondaire et supérieur.

Dans les pays à faible revenu, l’accès à l’enseignement supérieur relève parfois tout simplement de l’impossible. Tandis que 91% des enfants des pays en voie de développement vont à l’école primaire, seul 1 jeune sur 12 acquiert des compétences de niveau secondaire dans les pays les moins développés, d’après les données de l’UNESCO.

De nombreux jeunes ne sont pas en mesure de suivre des études dans le secondaire et le supérieur du fait des moyens financiers limités dont disposent leurs parents et des difficultés financières des États. En outre, les dons alloués à l'enseignement supérieur ne représentent qu’une fraction des dons mondiaux.

Par exemple, un Sierra-Léonais lambda devra travailler plus de 100 ans pour se payer une année d’études à Harvard. Marisa Drew, la Chief Executive Officer du tout nouveau département Impact Advisory & Finance (IAF) du Credit Suisse évoque, dans un entretien, la manière dont les investisseurs peuvent apporter un changement positif à travers l’éducation.

Dans quelle mesure les initiatives privées sontelles nécessaires dans le secteur de l’éducation?

La contribution du secteur privé est absolument essentielle. Un rapport de 2015 de l’UNESCO estime que les besoins de financement de l’éducation pour la période 2015 – 2030 s’élèvent à 39 milliards de dollars. L’UNESCO appelle à un financement accru et de meilleure qualité pour atteindre un ODD ambitieux: une éducation de qualité à tous les niveaux, dans tous les pays, sans différence entre les sexes.

Qu’en est-il du développement du marché de l’investissement à impact dans le secteur de l’éducation?

L’investissement à impact dans le secteur de l’éducation en est encore à ses débuts comparativement aux autres domaines couverts par les Objectifs de Développement Durable comme les énergies propres. Historiquement, le financement de l’éducation a toujours été assuré, pour l’essentiel, par les milieux philanthropiques et le secteur à but non lucratif. Selon le rapport 2018 du Global Impact Investing Network (GIIN), l’éducation ne recueille que 4% des actifs sous gestion relevant de la catégorie des investissements à impact. Il y a cependant une prise de conscience croissante de la part des acteurs privés de l’ampleur des besoins financiers dans ce domaine. Parmi les investisseurs interrogés par le GIIN, 20% avaient alloué des fonds à l’éducation en 2017 et 36% envisageaient d’augmenter leur allocation à ce secteur en 2018.

Au Credit Suisse, nous croyons à l’effet multiplicateur de l’investissement dans l’éducation.

Qu’est-ce qui motive les investissements dans l’éducation?

Selon nous, l’une des principales motivations pour les clients privés est qu’ils ont eux-mêmes eu accès à une éducation de qualité. Cette motivation se retrouve en particulier chez nos clients originaires de pays en développement où l’éducation est un privilège plutôt qu’un droit. Ces clients ont souvent le sentiment que l’éducation a été leur passeport vers une vie meilleure et ils souhaitent que d’autres aient les mêmes chances.

Quels est le profil risques/rendements financiers des investissements dans ce secteur?

L’une des exigences clés en matière d’investissement à impact social, à laquelle les investisseurs tiennent tout particulièrement, est que l’impact soit mesurable. Deux cas de figure sont possibles: soit l’investisseur souhaite des rendements du même ordre que ceux habituellement générés par une classe d’actifs donnée, soit il accepte un peu moins de rendement financier et privilégie plutôt l’impact de son investissement. Les risques liés à l’investissement à impact social sont équivalents à ceux des classes d’actifs traditionnels même si la plupart de ces investissements passent par des marchés privés caractérisés par une duration et une liquidité plus faibles.

Pourquoi le Credit Suisse considère-t-il l’éducation comme un domaine d'investissement attrayant?

Au Credit Suisse, nous croyons à l’effet multiplicateur de l’investissement dans l’éducation et plusieurs de nos programmes sont axés sur ce secteur.Le récent rapport Goalkeepers Report de la Gates Foundation* souligne l'importance d'investir dans les jeunes et en particulier dans leur éducation et leur santé afin de créer des opportunités. Si l'investissement dans l'éducation est capable de réduire la mortalité, de renforcer la paix et la sécurité, d'atténuer les effets du changement climatique, de sortir de l'extrême pauvreté et d'encourager la prospérité économique – tout en générant un rendement financier – nous pensons que le jeu en vaut la chandelle.

* gatesfoundation.org/goalkeepers/report