Principales classes d’actifs Accent mis sur les secteurs de croissance et les dividendes

Accent mis sur les secteurs de croissance et les dividendes

Malgré les nombreux vents contraires, l’indice MSCI World a offert aux investisseurs un rendement total tout juste supérieur à 20% durant les dix premiers mois de 2019, ce qui est largement supérieur au rendement moyen de l’année. Nous prévoyons une performance plus mitigée en 2020, du fait que les banques centrales mondiales reviennent sur les réductions des taux d’intérêt.

Sector views image
Sector views image

En 2019, l’impact négatif de la diminution de la dynamique de croissance sur les actions était plus que contrebalancé par la stimulation significative exercée par les faibles taux d’intérêt. Nous prévoyons une stabilisation de la croissance économique en 2020. Nous nous attendons à ce que les banques centrales n’offrent qu’un soutien supplémentaire limité, mais les conditions de liquidité devraient rester accommodantes. À notre avis, la Réserve fédérale américaine (Fed), notamment, ne baissera pas ses taux d’intérêt ou, dans le meilleur des cas, que très légèrement, à l’inverse de ce que le marché attend actuellement. Il faut de surcroît s’attendre à ce que la pression sur les marges s’accentue avec la hausse des coûts de main-d'œuvre. Des rendements mitigés des actions semblent donc probables.

Un scénario de base positif pour les actions

Notre scénario de base pour les actions reste néanmoins positif. Puisque les tensions géopolitiques faiblissent et que la guerre commerciale s’atténue, du moins dans une certaine mesure, le climat des affaires devrait s’améliorer et contribuer à une reprise de la production industrielle (PI). Des dépenses fiscales supplémentaires, plus particulièrement en Europe, et les effets résultant de l’assouplissement monétaire en 2019 devraient également agir en faveur de la croissance économique et des ventes. En fin de compte, les valorisations relatives continueront à privilégier clairement les actions. Les secteurs axés sur la croissance et les actions qui profitent des changements de la société soutenus à long terme ne semblent pas prêts à abandonner leur surperformance. Les actions qui dégagent des dividendes stables sont également favorisées.

Il faut surveiller les marges

Depuis la crise financière, les bénéfices des entreprises ont généralement été dynamisés par des charges modérées. Tandis que certains facteurs de coûts resteront à l’écart, ce ne sera pas le cas de tous. Le coût des intérêts restera très faible dans un proche avenir et pourrait même baisser, puisque les dettes arrivant à échéance sont refinancées à des taux inférieurs. Les salaires ont cependant connu une augmentation plus accentuée dans les pays développés, notamment aux États-Unis.

La hausse de la part des salaires est un phénomène typique en fin de cycle qui pourrait durer pendant plusieurs années, même si l’économie devait entrer en récession. De plus, même si la hausse de la productivité s’est améliorée, elle ne semble pas pouvoir compenser complètement ces coûts supplémentaires. Des coûts salariaux en hausse pourraient diminuer les flux de trésorerie. Conjugués à des effets de levier financiers déjà importants, ceci pourrait limiter les rachats de titres, ce qui était un moteur important au cours de ces dernières années.    

Le facteur X: les élections présidentielles aux États-Unis

La période avant les élections présidentielles et législatives américaines en 2020 pourrait également avoir un impact significatif sur les marchés des actions, bien qu’il n’y ait aucune preuve statistique absolue que les performances des actions dans une année électorale se distinguent des autres années.

Ce qui pourrait changer la donne cette fois-ci, c’est que l’année électorale pourrait être plus mouvementée que d’habitude en raison de la grande fracture qui existe dans l’électorat américain. De plus, si les sondages sont clairement en faveur de l’un des candidats démocrates tendant vers la gauche, plusieurs secteurs qui sont exposés à des interventions futures éventuelles du gouvernement (p. ex. la santé, l’énergie ou les finances) pourraient se trouver sous pression.

Parts de bénéfices après impôts et rémunération du travail dans le revenu national des États-Unis (en %, moyenne mobile sur 4 trimestres)

La part des bénéfices risque de baisser

Parts de bénéfices après impôts et rémunération du travail dans le revenu national des États-Unis (en %, moyenne mobile sur 4 trimestres)

Trouver des recettes dans un environnement à faible rendement

Malgré nos prévisions de rendements des actions aux environs de 5% l’année prochaine, les performances seront probablement nettement meilleures que pour les obligations de catégorie investment grade. Les actions des entreprises qui versent des dividendes durables devraient bénéficier d’un soutien solide.

En nous basant sur les cours des actions aujourd’hui, nous estimons que les rendements en dividendes de l’indice MSCI World se situeront autour de 2,5%. Dans certains secteurs, comme les services financiers, l’énergie ou l’approvisionnement en eau/gaz/électricité, les dividendes devraient rester supérieurs à la moyenne.

Les pourvoyeurs de croissance

Les investisseurs axés davantage sur la croissance pourraient envisager des secteurs à forte conviction ou des thèmes à fort potentiel de croissance. Parmi ces domaines se trouve les technologies de l’education qui s’apprêtent à enregistrer une forte croissance, du fait que l’éducation a de plus en plus recours à des outils numériques et, par conséquent, offre davantage d’efficacité et d’impact.

Séparément, la durabilité prend de plus en plus d’importance, non seulement pour les consommateurs et les entreprises, mais aussi pour les investisseurs. Nous sommes persuadés que nous nous trouvons au début d’une transition vers une économie plus durable. Alors que certaines entreprises et branches pourraient se trouver sous pression, de nouvelles opportunités significatives devraient se présenter. Nos cinq Supertrends à grande conviction évoquent ces sujets et d’autres thèmes hautement pertinents. Veuillez vous référer à la page 40 pour plus de détails.