Principales classes d’actifs Le dollar vise un pic de croissance

Le dollar vise un pic de croissance

Le dollar devrait se maintenir dans un premier temps, tandis que le deuxième semestre se montrera propice pour l’euro, qui profitera de la reprise dans la zone euro. Le yuan pourrait connaître une dépréciation plus importante par rapport au dollar en raison de la faiblesse du marché domestique. La livre sterling devrait quant à elle profiter d’une résolution de la situation autour du Brexit.

Principales devises: le dollar risque de perdre son influence

En 2019, le dollar a continué sa progression par rapport à la plupart des monnaies des marchés développés. En cas d’une stabilisation de la croissance et du commerce à l’échelle mondiale, l’euro, qui est sensible à la conjoncture, pourrait regagner du terrain. Or, si la situation géopolitique se détériore ou si la croissance mondiale est inférieure aux attentes, le dollar resterait soutenu et le yen et le franc suisse seraient probablement les plus grands gagnants.

Dollar: début 2020, le dollar devrait rester soutenu (avantage en matière de croissance et de taux d’intérêt) ou l’emporter sur la plupart des autres monnaies du G10. Cet avantage peut néanmoins diminuer dans le courant de l’année. De plus, il se peut que les acteurs du marché mettent l’accent sur la surévaluation du dollar et encouragent ainsi des sorties d’actifs en dollars.

Euro: après une décevante année 2019 pour la zone euro, celle-ci devrait connaître une légère amélioration en 2020, en partie grâce à des stimulations fiscales supplémentaires et un certain retour au calme autour du Brexit. L’euro devrait en profiter. Les facteurs à plus long terme, notamment l’excédent croissant de la balance courante de la zone euro, devraient également contribuer à sa consolidation. Le retour des préoccupations quant à la stabilité politique et fiscale de l’Italie constitue un risque (à faible probabilité).

Yen: même si l’aversion au risque à l’échelle mondiale devrait atténuer le potentiel de hausse du yen, nous sommes d’avis que sa sous-évaluation face au dollar pourrait avoir un effet de support. Le fait que la Banque du Japon est contrainte à réduire les taux d’intérêt pourrait s’avérer positif.

Livre sterling: en 2019, la livre sterling a connu des moments de faiblesse en raison de l’incertitude continue autour du Brexit. Nous prévoyons qu’elle aura en 2020 un très grand potentiel de hausse, eu égard à sa nette sous-évaluation et la probabilité croissante qu’un accord sur le Brexit soit conclu et mis en œuvre dans les prochains mois. Dans ce cas, la Banque d’Angleterre serait aussi amenée à durcir sa politique et à maintenir son soutien de la livre sterling.

Franc suisse: le franc suisse est surévalué par rapport à l’euro. Si la zone euro devrait connaître une reprise, le franc suisse céderait probablement du terrain par rapport à l’euro. Si les perspectives politiques et économiques sur le plan mondial viennent à se détériorer, la Banque nationale suisse continuera sans doute à intervenir pour limiter la hausse du franc suisse.

Écarts en points de pourcentage et selon l’indice du dollar

Les taux d’intérêt à la rescousse d’une baisse du dollar

Écarts en points de pourcentage et selon l’indice du dollar

Monnaies des ME: soutien grâce à une croissance plus solide

La plupart des monnaies des marchés émergents (ME) ont amélioré leur situation en 2019 par rapport à l’année précédente. Grâce à la politique d’assouplissement de la Réserve fédérale américaine, elles bénéficient de ce soutien. Au-delà de ce facteur général, les performances varient néanmoins fortement entre les régions et les pays. En Asie, la Chine a permis au yuan de perdre en valeur afin de compenser la charge des droits de douane américains, qui ont mis d’autres monnaies de la région sous pression. Les monnaies à faible rendement en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique étaient les plus sous-performantes.

Les monnaies des ME débuteront l’année avec un moindre soutien; les taux d’intérêt réels ont considérablement baissé en 2019 dans le contexte de l’assouplissement des politiques monétaires. À l’inverse les évaluations sont, en général, devenue plus attrayantes. Par ailleurs, la reprise de la croissance devrait être au rendez-vous pour de nombreux ME du fait de conditions financières plus souples.

Yuan: la monnaie a enregistré une sous-performance par rapport à la plupart des autres pays asiatiques en 2019. La moindre désescalade dans la guerre commerciale pourrait réduire la pression, surtout à l’heure actuelle où la monnaie est plus proche de sa juste valeur. Cependant, avec la probabilité que la croissance de la Chine continue à ralentir et que l’excédent de sa balance courante sera largement absorbé, nous ne prévoyons aucun avantage durable.

Won sud-coréen: le won sud-coréen a cédé du terrain durant les premiers mois de 2019 en raison de l’étroite intégration de l’économie dans les chaînes d’approvisionnement basées en Chine, mais s’est ensuite rétabli. Il devrait poursuivre sa rémission en cas d’apaisement du conflit commercial, d’amélioration de l’opinion du secteur technologique et, enfin, parce qu’il est clairement sous-évalué.

Roupie indienne: les réformes potentielles des lois relatives à la fiscalité, à l’emploi et aux investissements pourraient attirer au fil du temps des investisseurs étrangers qui seraient bénéfiques à la monnaie. L’évaluation est juste, mais le soutien faiblit.

Peso mexicain: le peso mexicain est l’un des grands gagnants de la guerre commerciale, puisque les revers en Chine profitent aux exportations du Mexique. Entre-temps, la pression politique a diminué après la signature d’un nouvel accord commercial entre les États-Unis, le Canada et le Mexique. Étant donné les prévisions d’une reprise modérée de la croissance et de la position prudente de la banque centrale, le support du peso mexicain ne devrait baisser que progressivement. L’évaluation est favorable.

Réal brésilien: il a bénéficié d’une meilleure évaluation, et la croissance semble se stabiliser, avec des indices économiques étonnants aux niveaux les plus hauts depuis plus d’un an. Puisque la réforme des retraites est presque achevée, l’attention devrait se concentrer maintenant sur la réforme fiscale. Nous ne nous attendons pas à une réduction du taux de référence Selic par la banque centrale au-delà de l’anticipation actuelle du marché. La monnaie devrait se maintenir.

Rouble russe: un fort excédent de la balance courante et un faible taux d’endettement sont toujours bénéfiques pour cette monnaie. Toutefois, après une forte hausse en 2019, le rouble russe a perdu son attrait en termes d’évaluation.

Nouvelle livre turque: une évaluation fondamentale, un support toujours élevé et une économie en bonne voie devraient compenser l’incertitude relative à la politique. La volatilité devrait cependant rester élevée.

Rand: l’Afrique du Sud n’a pas rattrapé son retard puisque les déséquilibres économiques continuent de s’accroître et que la perspective de réformes structurelles reste sombre. La monnaie restera probablement sous pression.