Des plaisirs privilégiés grâce au talent et au sens de la qualité. David Lizzola, Léguriviera Groupe, commercialise des fruits et légumes haut de gamme.

Léguriviera Groupe: à la conquête du marché avec une volonté de fer et beaucoup de cœur

Un homme et un camion de livraison: c'est tout ce qu'il y avait en 2001, à la fondation de Léguriviera Groupe. Aujourd'hui, l'entreprise emploie environ 250 personnes et compte parmi ses clients des chefs cuisiniers renommés. Une success story qui a vu une toute petite entreprise conquérir le marché du commerce en gros de fruits et de légumes en Suisse romande.

Devant le dépôt du grossiste, dans la zone industrielle de Crissier, l'activité bat son plein. Même à l'heure de midi, les camionnettes ne cessent d'aller et venir: elles livrent les dernières commandes de la journée. Alors qu'est-ce que cela doit être à l'heure de pointe, à 5h du matin? Dans l'entrepôt, en revanche, l'ambiance est plutôt calme. Un conducteur de chariot élévateur réorganise des palettes, tandis qu'un chauffeur charge son véhicule. Jusqu'au plafond s'empilent des caisses vertes remplies de fruits et de légumes frais allant de la pomme de terre suisse à la noix de coco exotique. On se croirait dans une caverne d'Ali Baba.

"On fait le lien entre la terre et l'assiette" – David Lizzola

Grossiste par passion

Dans la fraîcheur de l'entrepôt, les pieds et les mains s'engourdissent vite. Mais dès que l'on pénètre dans le bureau de David Lizzola, on est immédiatement revigoré. Non seulement parce que la pièce est bien chauffée, mais aussi parce que l'accueil est très chaleureux. Le CEO de Léguriviera Groupe se tient debout derrière son bureau, devant un mur couvert de photos. Toutes le représentent en compagnie de visages connus, généralement des personnalités du monde de la gastronomie.
David Lizzola se rassoit en souriant et raconte avec son accent vaudois chantant comment tout a commencé. Dès ses jeunes années, il a découvert son amour du métier dans la société de son oncle, Légufruits SA à Villars-St-Croix. «Le commerce en gros de fruits et de légumes représente pour moi un trait d'union entre ce que la nature nous donne et ce qui atterrit dans nos assiettes», déclare-t-il avec enthousiasme.

Une foi inébranlable dans le succès

En 2001, David Lizzola réunit avec l'aide de proches le capital nécessaire pour créer sa société; il a juste de quoi acheter un camion de livraison. «C'était bien plus difficile que je ne l'avais imaginé», se souvient-il. Au début, il fait tout lui-même: livrer les commandes la nuit, démarcher les clients et négocier avec les fournisseurs le jour. Une triple casquette aussi éprouvante physiquement que financièrement. Comment a-t-il tenu le coup? Grâce à sa passion du métier et à sa foi inébranlable dans le succès.

Le tournant

Au bout d'un an, la situation s'améliore. David Lizzola a alors une certitude: il ne peut rivaliser avec les grossistes et leurs volumes. Par conséquent, il mise sur la qualité et le service. Parmi ses premiers clients fidèles figurent de grands chefs cuisiniers à Montreux. «Ils m'aimaient bien. Et ils appréciaient le fait que je fasse tant d'efforts.» Le jeune entrepreneur comprend vite que pour croître, il doit augmenter son volume de commandes. C'est pourquoi il prend une décision courageuse. En 2005, il rachète une première entreprise, suivie d'une deuxième en 2007: Légufruits SA, la société de son oncle et de son associé Christian Louys, dont le chiffre d'affaires est supérieur à celui de la sienne. Dès lors, David Lizzola est CEO d'un grand groupe qui deviendra leader du marché romand.

Partenariat avec le Credit Suisse

En 2007, David Lizzola entre en contact avec le Credit Suisse, la banque maison de Légufruits SA. Depuis, l'établissement l'accompagne non seulement dans ses transactions quotidiennes, mais aussi dans d'autres opérations de rachat. «Dans les grandes structures, ce qui compte le plus, c'est la dimension humaine», explique-t-il. Il décrit la relation avec ses conseillers clientèle au Credit Suisse comme un véritable partenariat. Même dans les périodes difficiles, la banque lui a fait confiance et l'a soutenu. Par ailleurs, il a accès au réseau des banquiers.

De l'entrepreneur au CEO

Avec ses rachats, David Lizzola s'est révélé non seulement un fin stratège, mais aussi un manager prévoyant. Autrefois, il faisait tout lui-même. L'équilibre entre vie professionnelle et vie privée passait à la trappe. Aujourd'hui, il est certes connecté en permanence, mais il peut aussi très bien effectuer des opérations depuis la plage lorsqu'il est en vacances. Son rôle dans l'entreprise a changé. Désormais, il délègue beaucoup. «Je connais mes forces et mes faiblesses. C'est pourquoi j'ai des collaborateurs qui sont forts là où je ne le suis pas – nous formons une équipe de choc.»
Selon lui, l'humain est le principal capital de la société. Et on le croit aisément. Interrogé sur la décision la plus difficile qu'il ait jamais eu à prendre, il ne parle ni de stratégie ni de rentabilité. À ce jour, tous les choix qui lui ont ôté le sommeil concernaient ses collaborateurs.

Un service de premier ordre

Le sens développé de David Lizzola pour les besoins d'autrui se reflète aussi dans le service offert par son entreprise. Toute commande passée avant 20h dans la boutique en ligne est livrée en quelques heures. Tôt le matin, un système logistique perfectionné répartit les quelque 1000 commandes entre les 50 chauffeurs du groupe. Ceux-ci sillonnent alors toute la Suisse romande, de Verbier à 2000 m d'altitude jusqu'à la vieille ville de Genève.
Selon les clients, les heures de livraison demandées varient: le boulanger veut être livré à 5h, la clinique à 6h, l'hôtel à 7h, le restaurant à 9h. Ceux qui le souhaitent reçoivent leurs fruits et légumes épluchés et coupés. Cette prouesse logistique ne repose pas uniquement sur la technique: elle est surtout due aux collaborateurs de longue date qui connaissent parfaitement le métier, les clients et les tournées. Il faut des années pour que de telles relations se nouent. Comme celles avec les grands chefs cuisiniers, qui apportent sans cesse de nouvelles idées. «Les chefs nous mettent chaque jour au défi», plaisante David Lizzola. Pour lui, c'est une source d'inspiration. Il aime relever de nouveaux défis et reste toujours à l'affût de nouvelles tendances et de produits inconnus.

Les produits

Dès que possible, Léguriviera Groupe achète ses fruits et légumes auprès de cultivateurs suisses. D'autres fournisseurs produisent en Italie et en France. David Lizzola explique: «Avec les produits de Suisse, d'Italie et de France, nous disposons déjà d'un assortiment exceptionnellement large.» Les articles exotiques proviennent généralement d'Afrique, d’Amérique du Sud et d’Asie. Des laboratoires indépendants contrôlent la marchandise. À cela s'ajoutent des certifications, un cahier des charges pour les producteurs et des visites ponctuelles. Le gaspillage est limité au maximum. Lorsque des fruits et légumes sont trop mûrs, on les propose à des clients. Des pommes trop mûres, par exemple, tombent à point pour le gâteau aux pommes du pâtissier. Ou un hôtel ferait des fraises trop mûres, une belle confiture maison pour sa clientèle. Des produits sont également donnés à des collaborateurs ou à des organisations comme Table Suisse et Terre des Hommes et à l'application «Too good to go».

Avec optimisme vers l’avenir

Pour David Lizzola, le fait que la durabilité soit un sujet prépondérant et que les mentalités évoluent incite à l'optimisme. «La jeune génération montre un réel intérêt: elle veut savoir ce qu'il y a dans son assiette.» Pour l'avenir, il souhaite que les consommateurs, lorsqu'ils font leurs courses, pensent moins aux promotions et davantage au dur travail des primeurs et agriculteurs.