Insights & Stories Stephan Lichtsteiner

Stephan Lichtsteiner

Stephan Lichtsteiner (35 ans) est défenseur à Arsenal Londres et a déjà atteint la finale de la Ligue des champions. Il est passé d'un talent U-15 à une légende du football suisse et est l'un des joueurs les plus précieux de l'équipe nationale suisse.

Stephan Lichtsteiner

Stephan Lichtsteiner, entre les M15 et les M21, vous avez disputé 63 matches pour les équipes de la relève suisse. Vous souvenez-vous de votre tout premier match pour la Nati?
Je ne me souviens ni de l’adversaire ni du résultat. Je me souviens uniquement de ma joie d’avoir été sélectionné, et du fait que je n’étais pas surpris. Depuis l’enfance, je n’ai jamais douté que je deviendrai un pro un jour.

Vous faisiez partie du projet Footuro de l’ASF pour les espoirs de la Nati. Que vous a apporté cette promotion individuelle?
Les tests médicaux et de performance de Footuro m’ont permis de toujours suivre mon niveau. Je pouvais alors me concentrer sur des exercices ciblés sur mes points faibles, et ainsi poser des bases solides pour une longue carrière.

Vous avez fait un apprentissage de commerce au Credit Suisse. Peut-on encore concilier apprentissage et sport de haut niveau?
Bien sûr. Ce n’est qu’une question de discipline. J’y ai appris beaucoup de leçons de vie et je ne peux que le recommander.

On dit que le football se décide dans la tête. Le mental se travaille-t-il seul ou avec des entraîneurs?
Honnêtement, je crois que le mental ne s’apprend pas. On l’a, ou on ne l’a pas. En revanche, être formé à la communication avec les médias est très utile.

Comment garde-t-on les pieds sur terre?
En évitant de fréquenter uniquement des gens qui vous flattent. Il faut s’entourer de sa famille et d’amis qui peuvent vous remettre à votre place de temps à autre.

À 21 ans, vous avez rejoint Lille. Quand faut-il partir pour l’étranger?
Quand on s’est imposé en Super League et que l’on a surmonté une crise. L’entraîneur doit également vraiment vous vouloir, car à l’étranger, personne n’attend votre venue.

Le business du football est considéré comme une fosse aux lions. Les jeunes talents doivent-ils avoir un agent?
Oui, car les parents ne connaissent rien au secteur et sont dépassés. Par chance, mon frère est conseiller sportif. Je suis donc certain qu’il gère ma carrière en pensant à ce qu’il y a de mieux pour moi, et non pour son porte-monnaie.