Quel est l'avenir de la mondialisation?
News et vidéos

Quel est l'avenir de la mondialisation?

L'évolution qu'a connue la mondialisation au cours des dernières décennies a pris fin. L'émergence de puissances régionales et le protectionnisme croissant signalent les changements à venir. Le monde deviendra-t-il multipolaire ou assisterons-nous à la fin de la mondialisation? Dans son rapport «Getting over Globalization» («Au-delà de la mondialisation») récemment publié, le Credit Suisse Research Institute recommande de s'orienter vers la multipolarité pour éviter le scénario le plus défavorable.

2017 - L'année qui a changé la face de la mondialisation?

L'année 2017 semble sur le point de marquer une nouvelle ère dans l'histoire de la mondialisation. Les divers événements survenus l'an dernier semblent avoir marqué la fin d'une longue phase de mondialisation essentiellement dominée par les multinationales, les marchés et les lois occidentales, combinée à un accroissement de la richesse au sein des économies émergentes. Tenant compte des flux commerciaux, démographiques, financiers et médiatiques, le rapport «Getting over Globalization» du Credit Suisse Research Institute analyse trois axes potentiels:

  1. La mondialisation continue son chemin;
  2. Le monde devient multipolaire;
  3. Nous assistons à la fin de la mondialisation.

Le monde peut-il rester unipolaire?

Dans le premier cas, les multinationales, les lois et les institutions occidentales continuent de façonner le monde, le dollar US reste la monnaie dominante et le commerce se développe. Si ce scénario se veut rassurant avec la promesse d'un monde tel que nous l'avons connu, il paraît plutôt improbable. La mondialisation semble s'essouffler: la croissance économique est faible, le protectionnisme se propage et de nouvelles puissances régionales voient le jour, compromettant l'existence d'un monde unipolaire. Deux événements contraires à l'opinion publique qui se sont produits l'an dernier – le Brexit et l'élection de Donald Trump – nous ont appris à anticiper les imprévus.

Évolution de la mondialisation

Suivi de la mondialisation

L'indice de suivi de la mondialisation du CSRI tient compte des flux commerciaux, financiers, démographiques et des flux de services; il est passé en dessous des niveaux enregistrés en 2012-2013 pour atteindre un niveau à peu près égal à celui de la période de crise comprise entre 2009 et 2010.

Source: World Bank, Datastream, SIPRI, Credit Suisse

La voie de la multipolarité

Le scénario de la multipolarité implique la fin du monde unipolaire et l'essor des régions: les centres d'économie parallèle se développeraient dans le monde entier. La multipolarité est le résultat même de la mondialisation, dont l'un des effets secondaires positifs est une meilleure distribution de la richesse. Parmi les principaux bénéficiaires de cette sous-tendance figurent les pays très peuplés - comme l'Inde et la Chine - en passe de devenir des leaders régionaux. D'après ce scénario, le monde reposerait sur trois piliers: l'Amérique, l'Europe et l'Asie, dominée par la Chine. La multipolarité favoriserait le développement de nouvelles institutions mondiales ou régionales, la montée de la «démocratie gouvernée» et la création de différentes versions de l'État de droit à l'échelle régionale. Alors que l'économie mondiale continuerait de se développer, les différentes régions afficheraient une croissance inégale.

Quel est l'avenir de la mondialisation? (EN)

Anticiper les imprévus

Nul ne s'attend à la fin de la mondialisation et celle-ci occasionnerait un choc. Ce troisième scénario décrit par le Credit Suisse Research Institute est le plus sombre et le plus défavorable. Il repose sur des facteurs tels que le ralentissement de la croissance économique et des échanges commerciaux, la probabilité d'un choc macro-économique (p. ex. endettement, inégalités, immigration) ou encore la montée du protectionnisme, pour n'en citer que quelques-uns. Les conséquences pourraient s'avérer très néfastes et les annuler nécessiterait probablement beaucoup de temps et d'efforts. Selon les chercheurs du Credit Suisse Research Institute, on pourrait s'attendre à la domination des «champions nationaux» et à une consolidation du pouvoir par certains d'entre eux, une fragmentation des marchés financiers mondiaux, une guerre des changes, voire même l'éclatement de conflits armés. Pour les amateurs de comparaisons historiques, le rapport fait référence à la fin de la première vague de mondialisation en 1913 et à l'éclatement de la Première Guerre mondiale.

Le commerce mondial est inférieur à son pic

Le commerce mondial est inférieur à son pic

Source: World Bank, Credit Suisse

Comment soutenir la mondialisation?

Le débat autour de cette question pourrait bien être conditionné par la volonté d'un grand nombre d'acteurs de s'accrocher à une forme de mondialisation qui les enrichit, et de s'opposer à un monde multipolaire qui permettrait à d'autres d'accroître leur pouvoir économique et politique. Toutefois, compte tenu du faible rythme de la croissance et du scepticisme concernant les bienfaits de la mondialisation, les tentatives visant à la maintenir intacte semblent vouées à l'échec. 

La transition vers un monde multipolaire, scénario vraisemblablement préférable à la disparition de la mondialisation, semble déjà en cours. Il pourrait donc être judicieux de se concentrer sur la création d'un système multipolaire qui fonctionne. La multipolarité, notamment dans sa phase de développement, est une source potentielle d'erreurs politiques, de rivalités et de tensions géopolitiques. Tenter de mettre en place dès maintenant un ensemble de règles et d'institutions adaptées, qui serviront de cadre à la stabilité multipolaire, paraît donc avisé.

Les mesures protectionnistes dominent et faussent le commerce mondial

Les mesures protectionnistes dominent et faussent le commerce mondial

Alors que la ratification de l'accord de partenariat transpacifique (TPP) et du partenariat transatlantique de commerce et d'investissement (TIPP) semble compromise et que les entraves aux échanges prennent de l'ampleur, le rythme et la santé du commerce pourraient constituer la principale variable à observer.

Source: Global Trade Alert, Credit Suisse