Qu'est-ce qui inquiète les électeurs suisses ?
Article Archive

Qu'est-ce qui inquiète les électeurs suisses ?

Quelles sont les inquiétudes des citoyens ? L'immigration est de plus en plus perçue comme une menace, on craint de perdre son emploi et de voir disparaître les rentes.

La Suisse fait partie des pays européens ayant une part élevée d'étrangers qui a fortement augmenté ces 30 dernières années : au début des années 1980, le pourcentage de la population étrangère résidente permanente s'élevait à moins de 15%, aujourd'hui c'est près de 25%. D'après le Baromètre des préoccupations du Credit Suisse de cette année, cette évolution est de plus en plus perçue comme un fardeau. En 2003, seulement 18% des sondés décrivaient les étrangers comme l'un des principaux problèmes de la Suisse, aujourd'hui ils sont 43%. Le succès de l'initiative populaire « Contre l'immigration de masse » en février 2014 n'a pas modifié cette perception, bien au contraire : le thème « étrangers » a depuis encore augmenté de 6 points de pourcentage (pp) dans la liste des préoccupations et se trouve ainsi à un niveau record.

The Top Worries of the Swiss 2015

De plus, l'aggravation de la situation mondiale des réfugiés se ressent également en Suisse. 35% des citoyens considèrent les réfugiés comme un problème, le dernier score plus élevé ayant été enregistré en 2006 (39%), même si les pics de la période 1999-2004 étaient nettement plus élevés avec 56%. La forte proportion de nouveaux arrivants inquiète la population mais il y a aussi de bonnes nouvelles à ce sujet : ni le racisme et la xénophobie (10%), ni le vivre ensemble (7%) ou le fondamentalisme religieux (6%) ne sont perçus comme des problèmes notables.

« Barrière de röstis » et cours du franc

Depuis 2003, le chômage reste encore et toujours la principale inquiétude des Suisses. Pour mieux comprendre, le Baromètre des préoccupations distingue depuis l'an dernier le chômage (41%, +5 pp) du chômage des jeunes (26%, +4 pp).

Alors que le chômage des jeunes représente une inquiétude largement répandue chez les moins de 25 ans directement concernés (47%), il existe pour le chômage en général une différence notable entre la Suisse romande (48%) et la Suisse alémanique (38%), mais aussi entre les sondés qui se considèrent politiquement au centre ou à gauche (43%) et les sympathisants de droite (31%).

En moyenne sur les 20 dernières années, 60% des sondés ont considéré le chômage comme l'une de leurs principales préoccupations. Les résultats les plus récents se rapprochent également de ce chiffre. Le pic de l'année 1993 (89%) est toutefois bien loin, tout comme la dernière valeur la plus élevée (2010 : 76%). À cela s'ajoute le fait que le taux de chômage soit stable depuis deux ans à 3,2%.

La dernière augmentation de l'inquiétude autour du chômage (+12 pp ces deux dernières années) pourrait être liée à la solidité constante du franc suisse, une problématique qui s'est encore accentuée en janvier avec la suppression du cours plancher par rapport à l'euro. Il est donc compréhensible que des inquiétudes apparaissent concernant l'évolution conjoncturelle. On ne craint cependant pas une crise économique (7%) ni des problèmes relatifs à des thèmes financiers tels que les impôts (9%), les salaires (10%) ou la hausse des prix (11%). Même la « nouvelle pauvreté » (15%) est nettement au-dessous de la valeur record de 2005 (29%) dans le classement des préoccupations.

L'AVS inquiète davantage que la santé

Depuis des années, trois autres phénomènes dominent le classement. En moyenne sur ces deux dernières décennies, le chômage (60%) précède la santé (44%) et l'AVS (42%), nettement devant les réfugiés (33%) et les étrangers (28%) ainsi que les relations avec l'Union européenne (25%).

Main concerns: trend since 2013

En 2015, la préservation de la prévoyance vieillesse reste l 'une des principales inquiétudes des Suisses. Cette fois, l'AVS fait l'objet d'inquiétudes pour 38% des sondés (+1 pp), le dernier pourcentage plus élevé ayant été enregistré en 2010 (45%). Concernant la santé, en revanche, on constate une forte baisse presque linéaire depuis 2003 de 64% à 22%. Les mesures prises contre l'explosion des dépenses de santé semblent avoir renforcé la confiance de la population dans les acteurs concernés. Les inquiétudes concernant l'Union européenne passent à 24% (+10 pp depuis 2011). Cela pourrait être lié à la mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse et aux incertitudes autour des accords bilatéraux. Le niveau actuel est cependant bien loin de celui des années qui ont directement suivi le refus de l'adhésion à l'EEE et qui ont vu la négociation des premiers accords bilatéraux (1999) : en moyenne, entre 1995 et 2000, 40,5% des sondés s'inquiétaient de la relation avec l'UE.

Et quelles seront les préoccupations des Suisses dans dix ans ? D'après le ressenti actuel, le classement serait le suivant : chômage (55%), prévoyance vieillesse (46%), étrangers (39%), réfugiés (32%), nouvelle pauvreté (24%), santé (22%), sécurité sociale (19%) ainsi que sécurité individuelle et Union européenne (toutes deux 18%). Dans une Suisse en pleine mutation, les principales inquiétudes de la population restent donc les mêmes.