Valentine Michaud: «Jouer d'un instrument doré me plaisait»
News & Stories

Valentine Michaud: «Jouer d'un instrument doré me plaisait»

Le Prix Credit Suisse Jeunes Solistes 2017 est attribué à Valentine Michaud. Cette année, la sympathique saxophoniste souhaite non seulement terminer ses études à la Zürcher Hochschule der Künste (ZHdK), mais aussi lancer sa carrière professionnelle lors de prestations au Lucerne Festival et au Swiss Chamber Music Festival Adelboden. Autant de défis que la Lausannoise d'adoption devrait relever sans problème grâce à son excellente technique, à sa personnalité et à sa grande détermination.

Quand on lui demande quels sont ses modèles en musique, Valentine Michaud cite sans hésiter la pianiste Martha Argerich et la violoniste Anne-Sophie Mutter. «Ce sont des personnalités exceptionnelles. Je les admire autant en tant qu'artistes qu'en tant que femmes et mères», explique-t-elle tout en soulignant combien la préservation de la sphère privée a été et restera toujours essentielle pour elle.

«Le son du saxophone m'a toujours fascinée et, enfant, j'aimais évidemment l'idée de jouer d'un instrument doré», se souvient-elle. Elle prend des cours de saxophone dès l'âge de sept ans, auxquels s'ajoute l'apprentissage du piano à partir de neuf ans. «Depuis trois ans, je me suis également mise au violoncelle. Même si ce n'est que pour le plaisir, je trouve très instructif de me glisser à nouveau dans la peau d'une débutante.»

Master dans la classe de Lars Mlekusch

Fille d'un couple de graphistes aimant la culture, Valentine Michaud est née à Paris le 22 novembre 1993 et a grandi à Nantes. En septembre 2010, peu avant son 17e anniversaire, elle déménage à Lausanne pour y étudier le saxophone et la pédagogie à la Haute Ecole de Musique (HEMU) auprès de Pierre-Stéphane Meugé. Depuis l'été 2015, elle parachève sa formation de soliste avec Lars Mlekusch à la ZHdK. «Mais je suis restée à Lausanne, d'autant que j'enseigne moi-même déjà là-bas.» Et si cela ne tenait qu'à elle, il en resterait ainsi à l'avenir: «J'aime beaucoup la Suisse!»

Il n'est toutefois pas si simple de gagner sa vie comme saxophoniste. «En tant qu'instrument solo, le saxophone reste malheureusement méconnu dans la musique classique», regrette Valentine Michaud. Pour la finale du Prix Credit Suisse Jeunes Solistes en décembre à Lucerne, elle avait choisi un programme composé d'œuvres de Stockhausen, Denisov, Borne, Tanada et Albright. Des noms relativement peu connus du grand public. Et elle n'hésite pas à faire un pas de plus vers la modernité: «J'aime jouer les œuvres de compositeurs contemporains et échanger avec eux au sujet de l'interprétation», déclare la jeune femme de 23 ans. Elle avoue cependant aussi apprécier la musique baroque de Marin Marais, François Couperin ou Johann Sebastian Bach, qui se transpose particulièrement bien pour le saxophone.

Valentine Michaud

Valentine Michaud

Lucerne, 10.12.2016
Copyright: Priska Ketterer / CREDIT SUISSE / LUCERNE FESTIVAL

Glitch: un spectacle interdisciplinaire

Valentine Michaud affectionne en outre les improvisations et les projets interdisciplinaires. «Peut-être est-ce un moyen d'amener un nouveau public, plus jeune, à la musique classique», affirme-t-elle avec optimisme, faisant allusion notamment au projet «Glitch» qui s'est joué deux fois à Zurich l'été dernier. Inspiré d'un poème mythologique qui reprend des thèmes épiques comme le «cycle de la vie» ou la «place de l'être humain dans l'univers», celui-ci a été mis en scène de façon spectaculaire par deux saxophonistes, deux danseurs, un spécialiste en musique électronique et un peintre. «Pour nous six, tous étudiants, cela a été une belle réussite, a expliqué Valentine Michaud. À présent, nous espérons pouvoir partir en tournée avec ce spectacle sur une base professionnelle.»

Mais pour Valentine Michaud, 2016 a surtout été une année de concours lors desquels elle a pu poser les fondements de sa carrière. La nationalité étant un critère moins déterminant dans la musique classique que dans le sport par exemple, la Française n'a eu aucun problème pour participer au Prix Credit Suisse Jeunes Solistes dont le but est de promouvoir les talents musicaux en Suisse. Doté de 25 000 francs, ce prix constitue une aide bienvenue pour le démarrage de sa carrière. «Mais ce qui compte plus encore que l'aspect matériel, c'est la chance incomparable de pouvoir se présenter en tant que personnalité artistique dans le cadre d'une prestation au Lucerne Festival», souligne Michael Eidenbenz, président du jury et de la Conférence des hautes écoles de musique suisses. Michael Haefliger, intendant du Lucerne Festival et également membre du jury, ajoute: «Valentine Michaud a convaincu par l'interprétation remarquable de son programme et présente les meilleures prédispositions pour effectuer une carrière de soliste internationale. Je me réjouis d'assister à son concert d'ouverture le 17 août dans le cadre de notre festival d'été.»

En tant que soliste, Valentine Michaud a également remporté l'année dernière le concours de musique instrumentale du Pour-cent culturel Migros et un concours international à Riga. Néanmoins, les possibilités de se produire sur scène étant rares pour les saxophonistes solistes, il était tout aussi important de réussir les concours de musique de chambre. Ainsi, l'Akmi Duo que la saxophoniste forme avec la pianiste lituanienne Akvile Sileikaite a notamment été distingué lors de l'Orpheus – Swiss Chamber Music Competition, ce qui lui permettra de jouer en septembre au Swiss Chamber Music Festival Adelboden.

Festival de saxophone à Zurich

Ceux qui ne veulent pas attendre aussi longtemps et souhaitent se faire une idée de la diversité music0ale de cette sympathique saxophoniste pourront assister le 10 février à la Tonhalle de Zurich au «Saxophone Quartet» de Philip Glass, où elle jouera avec son quartet. En outre, du 3 au 5 mars, Valentine Michaud participera à différents concerts du Zurich International Saxfest 2017.