Tendances et médias

L'interaction numérique, mobile et sociale est dans l'ère du temps. Les tendances et les médias (thématiques de cette année) sont intimement liés. Si l'on devait choisir un symbole de cette jeunesse, ce serait certainement le smartphone.

Poursuivons sur cette note positive avec l'utilisation des médias: entre un tiers et la moitié des jeunes suivent l'actualité internationale plusieurs fois par jour. Notamment aux États-Unis (+14 points de pourcentage) et en Suisse (+12 pp), où les chiffres témoignent d'une forte hausse durant les cinq dernières années. Les sujets phares sont étonnamment larges: la musique et la météo sont en tête, suivies par les actualités régionales, la culture et les nouveaux produits.

Part des jeunes s'informant plusieurs fois par jour via les médias sur l'actualité

41

Suisse

49

Brésil

35

États-Unis

42

Singapore

Les jeunes ont une idée bien précise de ce qui est branché ou démodé. L'étude de ces tendances, un incontournable du Baromètre de la jeunesse du Credit Suisse, démontre clairement cette année l'importance du monde virtuel. 17 des 20 activités tendance mentionnées ont un rapport avec le numérique. Deux des trois activités «réelles» ont par ailleurs été citées par la Suisse: sortir entre amis et partir en vacances à l'étranger. Le smartphone, YouTube (dans les quatre pays) et WhatsApp (dans trois pays) ont du succès.

Si les quotidiens payants ont perdu nombre de leurs lecteurs, la télévision n'est pas loin de subir le même sort.

Si l'on devait choisir le symbole de cette nouvelle génération, ce serait sans aucun doute le smartphone. Ce gadget occupe la 1re place à Singapour et en Suisse, la 2e place aux États-Unis et la 4e place au Brésil. En Suisse, sa cote de popularité en hausse reflète bien ce résultat: si en 2010, seuls 47% encensaient le smartphone, ils sont aujourd'hui 95%.

Principale source d'information

Si les quotidiens payants ont perdu nombre de leurs lecteurs, comme l'avait prédit le Baromètre, la télévision n'est pas loin de subir le même sort: même aux États-Unis, celle-ci sort pour la première fois du top 3 et sa notoriété en Suisse a chuté en cinq ans de 80% à 62%. Parallèlement, l'enthousiasme pour la plate-forme vidéo YouTube s'envole. La radio a toujours le vent en poupe, du moins en Suisse. Intéressant, mais pas si surprenant, compte tenu du fait qu'Apple vient d'intégrer à son lecteur audio numérique une station de radio traditionnelle.

Mais même les outils numériques peuvent perdre l'engouement des jeunes, moins fidèles aux produits et aux services. Les e-mails par exemple n'apparaissent plus que dans un seul top 3, contre trois l'an dernier. La popularité de ces courriers électroniques en Suisse est passée de 88% à 71%. La plate-forme Orkut, qui s'est vue fermée entre-temps, et MySpace sont délaissés à l'unanimité. Consommation de drogues, tabagisme, partis politiques et religion sont également passés de mode.

Facebook représente pour cette génération un média d'information.

Facebook : média de référence de la génération actuelle ou réseau social en déclin ? La réponse se situe quelque part au milieu. Comme nous l'avons vu précédemment, plus de 50% des jeunes le qualifient encore de site révolutionnaire. Pourtant, il perd en popularité, surtout auprès des Suisses. Le réseau revêt aujourd'hui une fonction moins tendance: pour 27% des jeunes à Singapour, 22% aux États-Unis, 17% au Brésil et 5% en Suisse, il constitue leur première source d'informations. Par conséquent, Facebook représente pour cette génération un média d'information principal au même titre que les applications d'actualités, la radio, la télévision ou les journaux. Pour sa fonction initiale, la communication, les principaux intéressés préfèrent utiliser WhatsApp, service de messagerie privé (voir «Le monde numérique» ).