Prévisions de rendements excédentaires pour les actions
Derniers Articles

Prévisions de rendements excédentaires pour les actions

D'après une étude du Credit Suisse portant sur la période 2015-2020, les investisseurs avec un horizon temporel d'au moins cinq ans devraient privilégier les actions et les placements alternatifs.

Une analyse complète des prévisions du rendement absolu, des volatilités et des corrélations de 75 classes d'actifs pour les cinq prochaines années peut être consultée dans les Capital Market Assumptions (CMA) du Credit Suisse. Les analystes d'Investment Strategy ont examiné trois scénarios: un scénario principal, un scénario faible et un scénario fort. Ces ensembles de données constituent la base de tout rapport détaillé de portefeuille réalisé par le Credit Suisse. La dernière mise à jour des CMA de la banque a été effectuée en octobre 2015. «Nos techniques de pointe d'évaluation des rendements, des volatilités et des corrélations indiquent que la plupart des pays développés convergeront vers leur potentiel dans une reprise cyclique plus étendue que d'habitude. L'inflation devrait rester faible dans la plupart des pays développés, soutenus par des taux d'intérêt réels nuls ou négatifs au cours des cinq prochaines années» a expliqué Nannette Hechler-Fayd'herbe, responsable Investment Strategy du Credit Suisse.

Les États-Unis ont le plus gros potentiel

Les prévisions de croissance du PIB des CMA reflètent l'évolution de la population active, les taux de participation au marché du travail, la croissance du capital productif et de la productivité. «L'intégration des femmes et des travailleurs âgés dans le marché du travail devrait soutenir la participation au marché du travail. Mais l'expansion de la croissance de l'emploi est limitée par le vieillissement de la population» précise Sara Carnazzi Weber, Fundamental Macro Research. Les États-Unis présente la meilleure croissance économique potentielle et le Japon, la plus faible (compte tenu de leurs démographies respectives). La zone euro est dans les derniers, derrière le Royaume-Uni et la Suisse. La reprise de l'économie mondiale pourrait entraîner une hausse des investissements en raison de la demande accrue, ce qui devrait entraîner une hausse de la croissance du capital productif à un niveau supérieur à ceux atteints lors de la crise de 2008. Les prévisions de la productivité potentielle sont plus faibles en raison de la lenteur de l'adoption et de la diffusion des technologies nouvelles et existantes. Il faut souvent du temps pour récolter les fruits des innovations. Par exemple, le décalage entre les investissements dans les technologies IC et l'amélioration de la productivité a été estimé entre 5 et 15 ans. L'environnement de l'investissement s'est fortement dégradé en raison de la crise financière, entraînant un ralentissement de la croissance des investissements et une augmentation du nombre d'entreprises peu performantes. D'après nous, cela restreint actuellement la capacité à adopter les nouvelles technologies.

Prévisions macroéconomiques clés pour 2015-2020 

PIB réel, moyenne sur 5 ans Principal Fort Faible Croissance potentielle du PIB
Suisse 1.7% 2.3% 1.0% 1.8%
Zone euro 1.3% 1.9% 0.5% 1.2%
États-Unis 2.2% 2.8% 1.3% 2.1%
R.-U. 1.8% 2.6% 0.8% 1.5%
Japon 0.9% 1.8% -0.1% 0.7%

Source: Credit Suisse

Persistance des taux d'intérêt bas

La croissance prévue du PIB américain permettra sûrement à la Fed d'augmenter ses taux au début de la période de cinq ans. La Banque d'Angleterre suivra peu après. Le CS pense que la BCE et la BNS ne commenceront pas à augmenter leurs taux avant fin 2018 au plus tôt. «Ce qui explique des rendements des liquidités très faibles, voire négatifs dans notre scénario principal. Dans le scénario fort, les taux à court terme augmentent plus tôt que dans le scénario principal, en raison d'une meilleure dynamique de croissance et d'une hausse précoce de l'inflation. Dans le scénario faible, les banques centrales maintiennent leur taux d'intérêt bas pendant presque toute la période de cinq ans» a expliqué Björn Eberhardt, responsable Global Macro Research.

Manque d'attrait des emprunts d'État et des liquidités

La persistance des taux bas continuera de peser sur les rendements des principaux emprunts d'État, qui devraient générer des rendements absolus faibles, voire négatifs au cours des cinq ans. «Les instruments à revenu fixe non-core, tel que les crédits moins bien notés (obligations d'entreprise) et les emprunts convertibles, devraient dégager les meilleures performances» a expliqué Sylvie Golay Markovich, responsable Fixed Income Analysis. Comme le montre le tableau ci-dessous, les liquidités ne généreront pas de rendements absolus intéressants. Quelles classes d'actifs devraient fournir des rendements excédentaires ces cinq prochaines années?

Prévisions des rendements absolus de certains actifs (moyenne sur 5 ans)

Prévisions des rendements absolus de certains actifs (moyenne sur 5 ans)

Source: Datastream, Credit Suisse

Les placements en actions se démarquent...

Les rendements des actions surpassent ceux des liquidités et des obligations, avec des rendements excédentaires dans la tranche supérieure des observations historiques. «Ce constat concorde avec nos hypothèses de croissance du PIB et le régime de taux d'intérêt réels nuls ou négatifs, et dans la tranche supérieure des rendements annuels sur cinq ans» a déclaré Gerald Moser, responsable Equity Analysis. «Les rendements des actions des ME ont peu de chances de surperformer ceux des marchés développés au vu du taux d'escompte plus élevé» a-t-il ajouté. Au sein des ME, ceux d'Europe sont plus susceptibles de surperformer. Les actions suisses et japonaises devraient être à la traîne par rapport à celles d'autres marchés développés. L'Australie, le Canada et l'Asie développée (hors Japon) présentent le meilleur potentiel de croissance sur cinq ans. Au sein des actions américaines, les master limited partnerships (MLP) devraient surperformer.

...tout comme certains placements alternatifs (AI)

«Du côté des AI, le private equity, les hedge funds et l'immobilier asiatique devraient mieux performer que les matières premières, l'or et l'immobilier mondial, a précisé Tobias Merath, responsable Cross Asset & AI Analysis. Les AI offrent toujours un rapport risque/rendement intéressant». Il convient de noter que si le private equity est susceptible de fournir les meilleurs rendements sur cinq ans, les placements dans cette classe d'actifs restent hors de portée pour la plupart des investisseurs, le montant minimum dépassant généralement 250'000 dollars US. Les rendements du private equity devraient dépasser 10% sur cinq ans. Ceux des hedge funds devraient être plus faibles sur cette période (croissance à un chiffre). L'immobilier devrait surperformer les principaux emprunts d'État en raison des prévisions de croissance économique et des taux d'intérêt bas. Les matières premières devraient sous-performer la plupart des autres AI en raison de stocks excédentaires persistants. En raison de sa sensibilité aux taux d'intérêt réels et à l'inflation, l'or devrait sous-performer les autres matières premières sur cinq ans. 

Prévisions des rendements annualisés des actions, par région

Prévisions des rendements annualisés des actions, par région

Source: Credit Suisse

Affaiblissement du dollar US

«Le dollar US a moins de potentiel de hausse, car l'euro et les deux monnaies-matières premières (dollar australien et dollar canadien) devraient légèrement progresser face au dollar US au cours des cinq prochaines années» a déclaré Luca Bindelli, responsable Foreign Exchange Analysis. Le franc suisse devrait toutefois chuter au fil du temps en raison de sa forte surévaluation actuelle face au dollar US.