Le projet fiscal 17 va intensifier la concurrence entre les sites
Latest Articles

Le projet fiscal 17 va intensifier la concurrence entre les sites

D'après l'indicateur de la qualité de la localisation établi par le Credit Suisse, les cantons de Zoug, de Zurich et d'Argovie restent en tête du classement. Le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures a dépassé ceux de Thurgovie et d'Obwald. La concurrence pour attirer les entreprises devrait bientôt s'intensifier à nouveau.

La vive concurrence entre les sites oblige les cantons et régions suisses à optimiser leur attrait. L'indicateur annuel de la qualité de la localisation du Credit Suisse (IQL) mesure cet attrait pour les entreprises. Ciblant sept facteurs d'implantation mesurables, il représente à la fois un guide pour les sociétés souhaitant évaluer différents sites et un instrument de benchmarking pour l'optimisation des politiques cantonales ou régionales d'implantation.

Pas de changement au sommet mais du mouvement en milieu de tableau

Le canton de Zoug figure depuis des années en tête du classement, assez loin devant Zurich. Le canton d'Argovie défend sa troisième place face à Bâle-Ville. Ces sites affichent la meilleure combinaison de facteurs d'attractivité. De même, les cantons de Nidwald, Schwyz et Lucerne présentent des résultats clairement supérieurs à la moyenne. Divers cantons urbains ainsi que la canton-ville de Genève se situent dans la moyenne nationale. Par rapport à l'année précédente, le canton d'Appenzell Rhodes-Extérieures a progressé et a doublé Thurgovie et Obwald, passant ainsi du 10e au 8e rang. Le canton de Schwyz arrive tout juste devant Lucerne. Vaud se rapproche de Soleure grâce à la réduction de l'impôt sur les sociétés, et les cantons périphériques du Jura et du Valais présentent la plus faible qualité de localisation. Leurs conditions-cadres naturelles – p. ex. la topographie ou les temps de trajet plus longs pour rejoindre les grands centres économiques – compliquent la politique de localisation et sont, dans une large mesure, des paramètres invariables. Néanmoins, leur position au classement peut changer, comme le montre l'exemple d'Uri, qui atteint une meilleure place que les autres cantons montagneux grâce à une fiscalité attrayante.

Classement des cantons

Classement des cantons

Source: Credit Suisse

Disparités considérables au sein des cantons

Pour les grands cantons hétérogènes tels que Berne, Vaud, le Tessin ou les Grisons, l'observation à l'échelle cantonale ne suffit pas. C'est pourquoi les analystes du Credit Suisse ont également pris en compte la qualité de la localisation au niveau des 110 régions économiques (résultats détaillés dans l'étude). Les centres de Zurich, Zoug, Baden, Lucerne, Bâle et Berne, ainsi que leurs agglomérations, comptent parmi les régions les plus attractives pour les entreprises, en grande partie grâce à leur excellent raccordement aux réseaux de transport. En Suisse romande, Nyon distance nettement ses régions voisines, et au Tessin, c'est le cas de Mendrisio et de Lugano. Les régions des arcs jurassien et alpin sont beaucoup moins intéressantes comme sites d'implantation du fait de leur topographie et des temps de trajet parfois considérables pour rejoindre les centres urbains.

Projet fiscal 17: vive concurrence au niveau des taux d'imposition ordinaire

Après le net refus de la troisième réforme de l'imposition des entreprises (RIE III), les autorités fédérales et le Parlement se sont rapidement mis au travail afin d'établir un nouveau projet consensuel. La suppression de l'imposition particulière tant critiquée pour les sociétés à statut spécial n'est pas contestée. Par rapport à la RIE III, le Conseil fédéral souhaiterait réduire les possibilités pour les cantons de diminuer l'assiette fiscale: la possibilité de déclarer séparément les revenus issus de droits sur des biens immatériels dans une patent box afin de bénéficier d'une imposition réduite devrait être limitée. Les déductions pour la recherche et le développement feront également probablement l'objet de dispositions plus strictes. L'allégement maximal au niveau cantonal sera limité à 70% au lieu de 80%; l'impôt sur le bénéfice corrigé des intérêts devrait être entièrement abandonné. Dans l'ensemble, la marge de manœuvre pour des mesures de politique fiscale sur mesure est donc un peu réduite.

Mais dans le même temps, la part cantonale de l'impôt fédéral direct n'est relevée qu'à 20,5% au lieu de 21,2%. Les cantons disposeraient donc d'un peu moins d'argent pour financer la réduction des taux ordinaires d'imposition des bénéfices. Il reste donc à déterminer si les cantons se tiendront aux réductions parfois radicales des taux d'imposition qui ont été annoncées à l'occasion de la RIE III. Les cantons avec de nombreuses entreprises à statut particulier et des taux d'imposition ordinaires élevés sont toutefois sous pression: la concurrence pour les entreprises devrait à nouveau s'intensifier selon les estimations des économistes du Credit Suisse.

Les régions périphériques s'appuient sur des pendulaires mieux formés

On observe un fossé entre villes et campagnes concernant la disponibilité des travailleurs très qualifiés. Dans les régions urbaines et périurbaines, plus de 40% des habitants (et même 52% dans la ville de Zurich) possèdent un diplôme d'une haute école spécialisée, d'une université ou d'une école supérieure. Dans les régions rurales, cette part est inférieure à 20%. Outre les personnes qui y vivent, les travailleurs pendulaires et frontaliers font également partie du réservoir de main-d'œuvre d'une région. Cette main-d'œuvre dispose souvent d'une formation supérieure que les résidents locaux. Ainsi, le taux de personnes avec un diplôme de degré tertiaire en Suisse centrale et en Suisse romande, mais aussi dans les cantons de Soleure, Argovie et Schaffhouse, est plus de 10% supérieur chez les travailleurs pendulaires que chez les résidents locaux dans de nombreuses localités.

Les travailleurs hautement qualifiés préfèrent vivre dans les centres économiques urbains

Les travailleurs hautement qualifiés préfèrent vivre dans les centres économiques urbains

Part des résidents locaux en âge de travailler ayant un diplôme du tertiaire, 2011 – 2015 en %

Source: Swiss Federal Statistical Office, Credit Suisse, Geostat

Les travailleurs pendulaires et frontaliers souvent mieux formés que les résidents locaux

Les travailleurs pendulaires et frontaliers souvent mieux formés que les résidents locaux

Part des travailleurs pendulaires et frontaliers en âge de travailler ayant un diplôme du tertiaire, 2011 – 2015, selon région de travail en %

Source: Swiss Federal Statistical Office, Credit Suisse, Geostat