Actualités et histoires

Débat «Construire l'avenir: le rôle de l'architecture dans une Chine en pleine mutation»

Vidéo disponible uniquement en anglais

Dans le cadre de l'exposition «Chinese Whispers. Œuvres récentes des collections Sigg et M+ Sigg» sponsorisée par le Credit Suisse, l'artiste Ai Weiwei, l'architecte Jacques Herzog et le collectionneur Uli Sigg étaient réunis le 27 avril 2016 au Zentrum Paul Klee, à Berne, pour un débat animé par Martin Meyer (NZZ) dans la série de discussions «Chinese Challenges».

Un débat passionnant s'est déroulé fin avril dans la salle comble de l'auditorium du Zentrum Paul Klee (ZPK). Il faisait partie du programme accompagnant l'exposition «Chinese Whispers», dont une partie était présentée au Musée des Beaux-Arts de Berne et l'autre au ZPK. Tandis que l'exposition au ZPK appartient déjà au passé, celle présentée au Musée des Beaux-Arts de Berne a été prolongée jusqu'au 25 septembre 2016 étant donné l'afflux de visiteurs (plus de 100 000 visiteurs au 19 juin).

L'exposition «Chinese Whispers» et la série de discussions «Chinese Challenges», organisées en partenariat par l'Asia Society et l'Institut suisse de recherches internationales (SIAF), ont permis de présenter au public un programme offrant un aperçu contrasté de la culture et de l'art chinois ainsi que des défis auxquels le pays est actuellement confronté. Le débat «Construire l'avenir: le rôle de l'architecture dans une Chine en pleine mutation» a réuni des intervenants prestigieux et les liens de longue date unissant Ai Weiwei, Jacques Herzog et Uli Sigg ont été garants d'une ambiance très ouverte et détendue tout au long du débat.

Le Credit Suisse entretient depuis maintenant 20 ans un partenariat avec le Musée des Beaux-Arts de Berne, un partenariat qui parvient régulièrement à placer des accents passionnants. La fenêtre sur la Chine établie par le Musée des Beaux-Arts au cours de ces dernières années, avec des expositions présentant des œuvres issues de la collection Sigg, prendra fin selon toute probabilité avec l'exposition «Chinese Whispers» et la décision prise en 2012 par Uli Sigg de faire don d'une grande partie de sa collection au M+ de Hongkong.