Argent : «L'amour est synonyme de générosité»

Psychanalyste et auteur, Peter Schneider aborde le rôle de l'argent dans les relations de couple. Pourquoi est-il si difficile d'en parler?

Beatrice Schlag: Pourquoi l'argent est-il au cœur de nombreuses relations de couple?

Peter Schneider: L'argent et l'amour sont intimement liés. Il suffit d'observer les cadeaux que les couples souhaitent et, en fonction de leurs moyens financiers, peuvent ou non s'offrir. Cette tendance atteint toutefois son paroxysme en cas de divorce ou de séparation: l'argent devient l'objectif suprême. L'amour ne s'exige pas. On exige donc de l'argent.

Des avocats racontent avoir vu des clients masculins mettre de l'argent à l'abri en prévision d'un divorce, bien avant la séparation.

Ces révélations soulèvent un autre aspect: l'homme qui ne se sent plus aimé cache son argent. On cherche à se protéger dans chaque relation, même s'il s'agit clairement d'escroquerie financière. Mais on ne cache pas l'argent lorsque l'on est heureux en ménage.

Une relation est-elle viable lorsque la générosité est à sens unique?

Il peut être bon de supprimer la caisse commune, mais cela peut entacher des plaisirs simples, tels que partager un repas au restaurant ou voyager.

Des comptes séparés sont-ils la solution?

L'amour est synonyme de générosité, également dans le domaine financier. Une générosité à sens unique pose problème. On se complaît à faire comme si l'argent était méprisable, mais il constitue en fait un enjeu au sein du couple.

Beaucoup de couples parlent plus facilement de sexe que de salaire. Pourquoi l'argent revêt-il une dimension si intime?

Nous voulons que l'argent reste rationnel – un simple moyen d'atteindre un but – à l'opposé de ce qui nous touche intimement. Lorsqu'il franchit cette ligne, il souille l'intimité. L'argent transforme le sexe en prostitution. Le revers de la médaille est le suivant: à trop vouloir occulter une chose, celle-ci interfère de plus belle. La propreté serait inimaginable sans la saleté. L'argent franchit toujours les frontières de l'intimité.

Comment doit réagir une femme lorsque son conjoint refuse de parler de son salaire?

Même lorsque l'homme gagne assez d'argent pour subvenir aux besoins du couple et qu'il importe peu à sa compagne de connaître son salaire exact, cette attitude exprime une méfiance néfaste à une relation intime.

Selon des études, l'argent est nettement plus problématique chez les jeunes couples.

Cela paraît évident, car les couples plus âgés sont majoritairement plus aisés. Et l'argent est un bon moyen d'apaiser les tensions. Plus il est abondant, plus il peut se faire oublier.

Comment devrait réagir un homme lorsqu'une femme sous-entend qu'elle est également intéressée par son argent?

Cela peut susciter un sentiment de grandeur. L'idée selon laquelle l'argent est une chose extérieure à la personnalité est erronée. Etre aimé pour son essence même est une conception absurde. Si l'on fait abstraction de la silhouette, de l'allure, du statut et de l'argent, que reste-t-il? L'amour repose sur tout ce qu'une personne a à offrir. L'argent ne doit pas impérativement y figurer, mais personne ne devrait s'offusquer si son argent contribue à le rendre séduisant. Nous entretenons aujourd'hui l'illusion que nous pouvons nourrir des sentiments intenses sans dépenser d'argent.

D'où vient cette illusion?

On apprend aux enfants qu'un cadeau qu'ils confectionnent eux-mêmes est le plus précieux des cadeaux. Ils savent pourtant qu'un tel cadeau ne leur apporte personnellement aucune joie et n'en reçoivent d'ailleurs jamais.

Jusqu'où peut aller la générosité?

Bien entendu, elle ne doit pas dépasser excessivement les moyens de chacun, mais les excès font partie intégrante de l'amour. Dans la littérature, l'amour qui mène à la ruine est le plus noble. Bien que cela ne soit malheureusement pas tenable à terme, l'amour est fortifié par les attentions exceptionnelles qui rompent le quotidien. Cela rend plus heureux que l'obsession du calcul. Sauf en présence de deux caractères obsessionnels, chez qui la lecture des relevés de comptes peut se révéler jubilatoire.

La recherche sur le bonheur indique qu'à partir d'un certain niveau de salaire mensuel, un couple ne devient pas plus heureux en cas de forte progression ultérieure.

J'en suis le parfait contre-exemple: il y a dix ans, je gagnais près de 10'000 francs. Aujourd'hui, je gagne plus du double. Ma femme et moi nous portons beaucoup mieux, et l'argent y est assurément pour quelque chose. Dans un couple, l'argent permet de se détendre, il rend la vie plus agréable.

L'argent fait donc le bonheur?

Bien sûr. L'argent ouvre de nombreuses possibilités qui contribuent au bonheur: savourer un bon repas en pouvant inviter ses amis, s'offrir de belles choses. Je ne peux pas me définir en fonction de ces choses et je trouve extrêmement ennuyeux d'en parler longuement. Mais ne me dites pas qu'elles ne procurent aucun plaisir.

Peter Schneider, 57 ans, est psychanalyste, enseignant, journaliste et auteur.