La mondialisation touche-t-elle à sa fin?
Derniers Articles

La mondialisation touche-t-elle à sa fin?

Une récente étude du Credit Suisse Research Institute examine l'avenir de la mondialisation à travers trois scénarios possibles: poursuite de la mondialisation, émergence d'un monde multipolaire et fin de la mondialisation.

La mondialisation peut se définir comme l'interdépendance et l'intégration croissantes des économies, des marchés, des nations et des cultures. Au cours des 20 dernières années, elle est devenue le plus puissant moteur économique. «Elle a désormais des effets si répandus et a produit tant de résultats étonnants – le développement de villes internationales, le succès de petits États, la croissance de la richesse dans les pays émergents, le changement rapide des goûts des consommateurs, etc. – que nous risquons de la tenir pour acquise», a déclaré Giles Keating, Vice Chairman d'IS&R et Deputy Global Chief Investment Officer, Private Banking & Wealth Management.

Deux vagues de mondialisation

La première vague de mondialisation, dominée par les États-Unis et l'Europe, prend son essor vers 1870. Le commerce s'épanouit, stimulé par la construction du chemin de fer et l'ouverture du Canal de Suez. Les banques d'investissement internationales se multiplient. «Tout s'est construit sur les fruits de la révolution industrielle et l'essor de l'économie américaine», a expliqué Stefano Natella, Global Head Equity Research, Investment Banking. En 1914, la Première Guerre mondiale met abruptement fin à cette première vague. La mondialisation redémarre ensuite au début des années 1990, accélérée par la chute des régimes communistes en Europe centrale et de l'Est, la vaste libéralisation des échanges et la dynamique croissante de l'économie chinoise. «Cette deuxième vague est portée par les multinationales américaines, l'avènement de l'euro, le développement des marchés financiers et l'essor de nombreuses économies émergentes.» Ces dernières années, la voie suivie par la mondialisation est devenue nettement moins claire. D'où une certaine incertitude quant aux implications que le cap finalement pris pourrait avoir sur l'économie mondiale. Dans son récent rapport «The End of Globalization or a More Multipolar World?» («La fin de la mondialisation ou un monde davantage multipolaire»), le Credit Suisse Research Institute examine trois scénarios possibles.

Perspective historique des parts dans le PIB mondial

Perspective historique des parts dans le PIB mondial

Sources: base de données Angus Maddison, Credit Suisse

Scénario 1: la mondialisation se poursuit

Dans le premier scénario, la mondialisation se poursuit sous la forme que nous avons connue au cours des trois dernières décennies. Le dollar US continue de dominer les marchés des changes et les multinationales deviennent toujours plus puissantes. Le commerce se développe en dépit de quelques interruptions dues à des mesures protectionnistes, et la net économie progresse au-delà des frontières. Le monde se dirige vers des «sociétés plus ouvertes», ce qui se traduit par une expansion de la démocratie et des politiques d'ouverture à l'égard des immigrés. Une plus grande convergence des niveaux de vie mondiaux en résulte.

Scénario 2: un monde multipolaire émerge

Le deuxième scénario suppose l'émergence d'un monde multipolaire, avec une économie mondiale reposant sur trois régions: l'Amérique, l'Europe et l'Asie, qui continuera sur sa lancée actuelle. Le commerce progresse à un rythme globalement plus lent et devient plus régionalisé. Cette tendance entraîne l'apparition de nouvelles monnaies pivots et de centres financiers régionaux. Au niveau des entreprises, on voit émerger des champions régionaux capables de supplanter des multinationales existantes. Ce monde multipolaire donne naissance à une «démocratie dirigée» plus enracinée et à des versions plus régionalisées de l'État de droit. La multipolarité accroît aussi les restrictions à l'immigration, favorisant la circulation sélective de la main-d'œuvre sur la base des qualifications. Les mouvements de population sont en outre dominés par la migration des zones rurales vers les zones urbaines plutôt que par les mouvements transfrontaliers.

Le centre de gravité économique mondial se déplace vers l'est

Le centre de gravité économique mondial se déplace vers l'est

Sources: Département des affaires économiques et sociales de l'ONU, FMI, Credit Suisse

Scénario 3: la fin de la mondialisation

Le troisième scénario, le plus pessimiste, suppose une coopération moindre entre les nations. Les barrières commerciales et le protectionnisme augmentent, provoquant un ralentissement de la croissance économique et du commerce. Les coûts du capital s'accroissent et une guerre des devises n'est pas à exclure. Dans le domaine des entreprises, des champions nationaux prennent le pas sur les multinationales. Dans ce scénario, les mouvements anti-mondialisation gagnent en puissance et les transitions démocratiques s'inversent dans certaines régions du monde. Les flux migratoires s'effondrent, tandis que la progression de la pauvreté et les troubles civils deviennent réalité. Tous ces facteurs génèrent des conflits ouverts qui, en définitive, entraînent des affrontements militaires entre les grandes puissances. L'endettement et l'immigration sont les principales menaces qui pèsent sur la mondialisation. D'autres sont l'inégalité des richesses, l'imposition de barrières commerciales non tarifaires ainsi que des sanctions commerciales.

Évolution de la mondialisation

Évolution de la mondialisation


Les bulles jaunes représentent des obstacles à la mondialisation sous la forme de conflits armés localisés, d'un endettement croissant et/ou d'augmentations marginales des barrières commerciales.
Les bulles orange représentent des conflits plus graves, un endettement profond et/ou des barrières commerciales contraignantes.
Les bulles rouges représentent une menace importante pour la mondialisation provenant d'une forte expansion militaire, de niveaux d'endettement et/ou de barrières commerciales non viables.

Source: Freedom House, Credit Suisse

Quel est le scénario le plus probable?

Lequel de ces trois scénarios est susceptible de s'imposer? L'essor des marchés émergents, la crise financière et économique aux États-Unis et en Europe, la création de nouvelles institutions internationales comme l'Asia Infrastructure Investment Bank au détriment d'autres organismes existants pointent vers un monde plus multipolaire et plus complexe, en dépit des risques géopolitiques. «Selon nous, le monde connaît actuellement une transition bénigne d'une mondialisation totale vers un monde multipolaire, qui n'est toutefois pas encore achevée, a déclaré Stefano Natella. Les entreprises essayent encore de vendre leurs marchandises au-delà des frontières mais sont moins disposées à investir à l'échelle internationale. C'est au niveau des modèles commerciaux et de l'activité économique que le monde affiche actuellement la plus forte multipolarité. Sur le plan financier, la mondialisation est élevée et la multipolarité nettement moindre, les États-Unis continuant de dominer les marchés financiers.