Perspectives 2016: croissance atone, faible inflation, rendements modestes
Derniers Articles

Perspectives 2016: croissance atone, faible inflation, rendements modestes

La croissance des pays développés devrait rester aux niveaux actuels. Le rééquilibrage parmi les pays émergents devrait continuer de freiner la croissance. Dès lors, l'inflation devrait rester globalement faible. Nous nous attendons à ce que le crédit et les actions surperforment les principaux emprunts d'État et tablons sur une nouvelle hausse de l'USD.

Début 2015, notre prévision concernant la croissance mondiale réelle était proche de 3,5%, mais nous avons dû l'abaisser progressivement à moins de 3%. Les facteurs affectant la croissance incluent des contraintes de long terme comme les évolutions démographiques et l'impact de court à moyen terme lié au resserrement des politiques et au désendettement des marchés émergents après une période d'emprunts excessifs.

Le ralentissement de la croissance a continué d'exercer une pression baissière sur les prix des ressources naturelles, ajoutant aux difficultés des pays dépendants des exportations de matières premières. Notre prévision pour 2016 tente d'intégrer le ralentissement de la croissance à long terme, tout en évaluant l'ampleur des répercussions issues des facteurs de court terme.

La croissance mondiale est trop faible pour doper l'inflation

L'économie mondiale devrait conserver une tendance de croissance modérée en 2016, sauf survenance de chocs géopolitiques majeurs ou mauvais choix politiques. Cependant, nous pensons que la croissance restera trop faible pour provoquer une hausse sensible de l'inflation et que les prix des produits manufacturés continueront de baisser. Cela dit, les prix des matières premières devraient être graduellement soutenus par la réduction des investissements et de la production, faisant que l'inflation totale devrait augmenter quelque peu en 2016. Aux États-Unis et au Royaume-Uni, où la reprise est installée depuis un temps, l'inflation sous-jacente devrait également se rapprocher progressivement de l'objectif de 2% fixé par les banques centrales grâce au recul du chômage et au meilleur pouvoir de fixation des prix des fournisseurs de services. L'inflation devrait toutefois rester inférieure aux niveaux cibles au Japon, dans la zone euro et en Suisse. Elle devrait également rester faible en Chine et dans les pays émergents de la zone Asie-Pacifique et d'Europe orientale. Enfin, les pays touchés par des poussées d'inflation ces deux dernières années, du fait de la forte baisse de leur monnaie ou du niveau élevé des dépenses publiques, devraient voir leur taux d'inflation diminuer grâce à la stabilisation des devises.

Nous privilégions les actions mondiales

En termes d'allocation d'actifs, la prédilection des actions au détriment des obligations offre selon nous le meilleur potentiel. S'agissant des actions, nous privilégions les expositions aux régions où la source de liquidité devrait être la plus régulière (zone euro en particulier), et aux secteurs dont la hausse semble bénéficier du meilleur soutien structurel (soins de santé et technologie). Parmi les crédits, le creusement des spreads en 2015 a créé d'importantes primes de risque qui semblent surestimer le risque global de défauts d'entreprises en 2016, offrant ainsi des rendements potentiellement attractifs. Cependant, une approche sélective est essentielle au niveau des régions, des secteurs et des émetteurs car le cycle de défaut s'infléchit et le resserrement continu de la Fed pourrait accroître le risque circonstanciel au niveau des entreprises au cours des années à venir. Nous recommandons de conserver un degré élevé de diversification, d'être plus sélectif vis-à-vis des sources de rendement et de privilégier une approche tactique du déploiement des capitaux. Le resserrement de la Fed, des chocs économiques, un manque de liquidité ou des facteurs géopolitiques pourraient engendrer des poches de volatilité, mais le tableau sous-jacent caractérisé par le maintien de la croissance devrait venir récompenser la patience des investisseurs.