Taux d'intérêt: le relèvement affecte-t-il votre fortune?
Derniers Articles

Taux d'intérêt: le relèvement affecte-t-il votre fortune?

Les marchés financiers ont-ils tort de se focaliser sur les variations de taux?

Jusqu'à la fin de l'année dernière, aucun professionnel des placements américain ou britannique âgé d'une vingtaine d'années – et très peu de jeunes trentenaires – n'avait connu une hausse des taux d'intérêt domestiques au cours de sa vie. Cela a changé le 16 décembre 2015, lorsque la Réserve fédérale américaine a augmenté ses taux et inversé la tendance qui dominait les marchés financiers depuis près de dix ans. 

Bien que le relèvement des taux ait été largement anticipé en termes d'ampleur et de délai, les marchés, qui s'étaient révélés étonnamment résistants jusque-là, ont alors connu une période de reculs marqués et de volatilité au cours des semaines qui ont suivi. Étant donné que les acteurs du marché n'avaient pas dû faire face à une hausse des taux pendant une très longue période, le niveau d'incertitude n'était peut-être pas étonnant. 

Mais la fixation du marché financier sur les fluctuations des taux d'intérêt est-elle historiquement étayée par leur impact sur les rendements d'actions et d'obligations, et si oui, comment les différentes classes d'actifs se comportent-elles à travers les cycles de durcissement et d'assouplissement? Et quels enseignements de politique monétaire peut-on dégager de l'observation historique des rebonds qui ont suivi les trois grandes crises du capitalisme au cours des années 1890, 1930 et depuis 2008-2009?

Credit Suisse Global Investment Returns Yearbook 2016

Une nouvelle étude du Credit Suisse Research Institute ainsi que d'Elroy Dimson, Paul Marsh et Mike Staunton de la London Business School s'intéresse aux données recueillies dans 21 pays depuis l'année 1900 afin de répondre à ces questions, dans le cadre du Global Investment Returns Yearbook 2016. 

Stefano Natella, responsable Global Markets Research au Credit Suisse, a déclaré: «L'objectif de l'Investment Returns Yearbook consiste toujours à offrir un prisme historique pour examiner les questions financières actuelles. Le débat sur la direction du cycle des taux d'intérêt étant central à l'heure actuelle, le contenu du Yearbook vise cette année encore à favoriser la réflexion autour d'un sujet au premier plan des préoccupations des investisseurs.» 

Conclusions importantes: 

Le relèvement affecte-t-il votre fortune?

Sur la base de l'évolution des taux d'intérêt américains observée sur plus d'un siècle, et pendant 85 ans pour le Royaume-Uni, il est évident que l'impact des taux d'intérêt sur les marchés financiers est généralement faible le jour de l'annonce, notamment lorsque l'orientation de la politique est correctement signalée. Néanmoins, les relèvements de taux sont en moyenne de mauvaises nouvelles pour les actions et les obligations, car les auteurs du rapport ont constaté que les rendements de ces titres avaient tendance à être plus élevés pendant l'année qui suit une chute des taux qu'après une augmentation de ceux-ci.

Cela peut également s'inverser car les prix des actifs et la volatilité influencent eux-mêmes les mouvements de taux. La hausse des cours des actions tend à entraîner les taux d'intérêt à court terme dans le même sens, tandis qu'une forte baisse des cours peut déclencher une politique monétaire expansionniste. Cette relation peut être en partie soutenue par les préoccupations des responsables politiques à l'égard des effets de richesse. Il existe également des signes qui montrent que les banques centrales ont tendance à reporter les hausses de taux d'intérêt lorsque la volatilité est élevée. 

Les cycles sont bons pour votre fortune

Le rapport a établi des écarts nets et statistiquement significatifs sur les rendements des actions et des obligations entre les périodes qui suivent des hausses et des baisses des taux d'intérêt. Aux Etats-Unis, le rendement réel annualisé des actions était seulement de 2,3% au cours des cycles de resserrement, et de 9,3% pendant les périodes d'assouplissement. Les rendements obligataires réels s'inscrivaient à 0,3% lors des cycles de resserrement, et à 3,6% pendant les périodes d'allégement. Au vu de ces chiffres, et de la tendance générale à la hausse des taux d'intérêt que souligne le relèvement décidé par la Réserve fédérale en décembre 2015, les investisseurs peuvent s'attendre à une baisse relative des rendements obligataires dans un avenir proche.

Quand les obligations ne sont plus des obligations

Les rendements obligataires dans les grands pays développés ont été aussi faibles qu'aujourd'hui à deux reprises seulement, à chaque fois après de grandes crises financières. Maintenant que la Réserve fédérale a commencé à relever ses taux directeurs, il est intéressant de réexaminer les trois grandes crises du capitalisme des années 1890, 1930 et depuis 2008-2009 pour déterminer quels enseignements en tirer par rapport aux préoccupations actuelles des investisseurs. 

Comme on l'imagine, les choix et les régimes politiques sont réellement déterminants pendant les périodes de grande tension systémique. L'histoire nous apprend que le risque aujourd'hui de commettre une erreur politique comme celle de 1937 est bien réel et que nous ne devons pas nous attendre à un cycle standard de hausse. En outre, pendant les périodes de reprise, la fragilité systémique tend à persister, ce qui signifie que les rendements des obligations ont tendance à baisser durant les 7 à 10 premières années de la reprise, avant la survenance d'une longue période de marché haussier. 

Précisions de Jonathan Wilmot, Managing Director Credit Suisse: «À l'avenir, nous pensons que des rendements réels nuls pour les emprunts des marchés développés et de 4-6% pour les actions constitueraient une bonne hypothèse de travail. Cela signifie que les rendements réels d'un portefeuille diversifié d'obligations et d'actions devraient être de 1-3% par an, contre environ 10% par an sur les sept dernières années. C'est une mauvaise nouvelle pour la génération des baby-boomers qui partent en retraite, et cela pose un problème structurel pour le secteur de la gestion de fonds, car les approches de placement qui fonctionnaient auparavant peinent à répondre aux besoins des investisseurs.» 

2016 Sourcebook

Couvrant 26 marchés, le Credit Suisse Global Investment Returns Sourcebook qui est également lancé aujourd'hui examine le risque sur le long terme ainsi que les valeurs historiques extrêmes de la performance financière. Il documente la récompense globale à court et long terme pour les placements en actions et en obligations, et il présente en détail les données sur 116 ans qui sous-tendent le Yearbook.