Immobilier vert – Une forte proposition de valeur
Derniers Articles

Immobilier vert – Une forte proposition de valeur

Avec des émissions de CO2 toujours en hausse, le changement climatique constitue le principal défi de notre temps. Des bâtiments conçus de manière durable pourraient permettre de résoudre ce problème.

La température planétaire moyenne augmente rapidement. La période 1983-2012 a très probablement été la plus chaude des huit derniers siècles. Les scientifiques semblent toutefois d'accord sur un point: la hausse des gaz à effet de serre menace l'humanité. Les émissions de CO2 ne montrent aucun signe de fléchissement (cf. graphique). Les enjeux du sommet des Nations Unies sur le changement climatique à Paris sont donc élevés. Plus de 190 gouvernements et des représentants de nombreuses sociétés civiles s'y réuniront pour envisager un accord international contraignant visant à combattre efficacement le changement climatique tout en assurant la transition vers des sociétés à faibles émissions de CO2. Sa date cible d'entrée en vigueur est 2020.

La hausse des émissions de CO2

La hausse des émissions de CO2

Source: The Global Carbon Project 2014

Les bâtiments, responsables d'un tiers des émissions de CO2

L'écoconstruction pourrait permettre d'obtenir des résultats concrets, environ un tiers des émissions mondiales de CO2 provenant du secteur immobilier. Près de 40% de l'énergie mondiale est utilisée pour rafraîchir, éclairer et ventiler les bâtiments, et plus de la moitié des ressources naturelles sont utilisées par le secteur immobilier. «Fort de ce potentiel de réduction des émissions de gaz à effet de serre, le secteur immobilier peut influencer le changement climatique», explique Roger Baumann, COO & Head Sustainability du service Real Estate Investment Management du Credit Suisse (cf. encadré ci-dessous).

Hausse de la demande en investissements responsables

De plus en plus d'investisseurs (institutionnels) adoptent désormais une approche plus responsable. Ils exigent des solutions conformes à des critères environnementaux, sociaux et de gouvernance pour répondre aux attentes de leurs parties prenantes. Pour Timothy Blackwell, Global Head of Real Estate Investment Management du CS, «le monde est en train de changer. Les placements aussi. Pour de nombreux investisseurs, il ne s'agit plus seulement d'investir leur capital. Ils veulent investir dans des valeurs et cherchent des placements permettant de réduire les émissions de CO2». Ce comportement responsable a fait augmenter la demande en produits immobiliers respectueux de l'environnement (cf. graphique).

Les bâtiments verts attirent des placements durables dans des fonds fermés allemands

Les bâtiments verts attirent des placements durables dans des fonds fermés allemands

Source: «Forum Nachhaltige Geldanlagen», rapport «Marktbericht Nachhaltige Geldanlagen 2015 – Deutschland, Osterreich und die Schweiz»

L'immobilier vert voit l'avenir en rose

Le taux de croissance annuelle de ce marché est estimé à 13% sur les cinq prochaines années selon l'étude «Global Green Building Market Outlook 2020». Les États-Unis restent le marché principal, mais les économies de la région Asie-Pacifique affichent une croissance marquée. Selon le cabinet Grand View Research, la valeur de la branche des matériaux verts devrait enregistrer une hausse spectaculaire pour atteindre 365 milliards de dollars d'ici 2022. L'an passé, c'est l'Europe, soutenue par des initiatives gouvernementales, qui a représenté la plus grosse part du marché. En Amérique du Nord, le marché des matériaux verts est guidé par la construction à grande échelle, en phase de mise en place en Asie-Pacifique. Mais de nouvelles réglementations vont changer la donne dans cette région et générer de la croissance.

Une forte proposition de valeur

Investir dans des bâtiments verts est essentiel pour l'avenir, mais c'est aussi une bonne stratégie. L'immobilier durable peut générer des rendements économiques et environnementaux tout en répondant aux problèmes d'émission de gaz à effet de serre et d'efficacité énergétique. «L'immobilier attire de plus en plus d'investisseurs. S'il parvient à se démarquer du risque de marché et du risque de la branche, l'immobilier vert peut constituer une vraie alternative. Les politiques climatiques et le développement écologique peuvent aussi être pris en considération», affirme Anja Hochberg, Chief Investment Officer Suisse et Europe. Plusieurs rapports indiquent que l'immobilier vert enregistre de meilleurs rendements que les autres formes: ses loyers peuvent être jusqu'à 10% supérieurs et ses prix de vente jusqu'à 30%.

Valeur à long terme pour les investisseurs

Afin d'obtenir la certification de construction durable, les bâtiments doivent répondre à des critères. L'un d'eux est la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design). Selon une étude menée sur 22 bâtiments verts, les bâtiments certifiés LEED utilisent 25% d'énergie de moins que les autres bâtiments et leurs coûts d'exploitation sont inférieurs de 19%. Le bâtiment «the Exchange», à Vancouver, 1re tour à recevoir la certification LEED Platine, en est un exemple. Il associe divers dispositifs écologiques comme la rétention des eaux de pluie, un mur rideau à triple vitrage et des panneaux solaires, pour un impact environnemental frappant: réduction de 85% des émissions de CO2 et consommation énergétique divisée par 2 par rapport aux autres bâtiments, soit une réduction de 35% de la facture énergétique. C'est un fonds du Credit Suisse qui finance sa construction. «Cet exemple montre qu'on peut allier rendements écologique et économique. Investir dans l'immobilier vert est dans l'air du temps. C'est un investissement d'avenir qui façonne une économie écologiquement responsable», conclut M. Blackwell.