Cinq manières qui pourraient amener la «Nouvelle route de la soie» à transformer l'économie globale
Derniers Articles

Cinq manières qui pourraient amener la «Nouvelle route de la soie» à transformer l'économie globale

La «Nouvelle route de la soie», reliant toutes les parties du vaste continent asiatique à l'Afrique et l'Europe, acquiert une influence toujours plus forte au niveau mondial. Afshin Molavi, spécialiste de géoéconomie irano-américain, analyse les changements apparaissant au sein de cette région et l'impact que ceux-ci peuvent avoir sur le monde de demain.

La «Nouvelle route de la soie» est en train de transformer fondamentalement notre monde. Les relations et le commerce géocommercial entre le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie ne sont pas seulement les couloirs commerciaux affichant la croissance la plus rapide au monde, mais aussi ceux bénéficiant de la croissance la plus rapide en termes d'investissement étranger direct. Ils modifient fondamentalement les modèles géoéconomiques et potentiellement les modèles géopolitiques.

Cinq éléments clés définissent la Nouvelle route de la soie.

1. L'Asie de l'Ouest face au Moyen-Orient

Le terme «Moyen-Orient» est devenu populaire après son utilisation en 1902 par Alfred Thayer Mahan, stratège naval américain, alors qu'il tentait de définir la masse continentale entre l'Inde et l'Europe. Il inventa alors le terme «Moyen-Orient». Depuis, son utilisation a perduré. Pour autant, d'un point de vue géocommercial, il n'est pas aussi pertinent que celui d'«Asie de l'Ouest». Les États du golf Persique sont probablement bien plus asiatiques que moyen-orientaux d'un point de vue géocommercial.

Lorsque vous consultez les panneaux des sections d'arrivées et de départs à l'aéroport international de Dubaï, vous pouvez y lire l'équivalent de la «carte» de cette Nouvelle route de la soie. Les vols venant d'Inde à destination de Dubaï y sont plus nombreux que les vols venant d'Inde en direction d'autres destinations du monde, toutes confondues. L'Afrique est aussi une autre destination extrêmement populaire. À elle seule, la compagnie Emirates Airlines effectue des vols directs pour plus de 25 destinations africaines. À bien des égards, Dubaï est devenu le Miami de l'Afrique et le Hong Kong de l'Inde.

À quelques rues de l'aéroport, on trouve un très grand complexe commercial et de vente en gros et au détail de produits chinois, le Dragon Mart. L'ensemble a la taille d'environ sept terrains de football et vous pouvez tout y acheter. D'un simple ours en peluche à plus de 10'000 unités. Sur place, on ressent réellement la présence de cette Nouvelle route de la soie. Pourquoi cela? À cause de tous les commerçants iraniens, syriens et africains qui viennent au Dragon Mart. Ils réalisent leurs achats dans le plus grand complexe commercial de vente en gros de produits chinois, hors des frontières chinoises, à Dubaï. C'est ainsi que Dubaï est devenu, à bien des égards, le hub de cette Nouvelle route de la soie. Une véritable liaison entre l'Asie de l'Ouest et celle de l'Est.

Classe Moyenne Mondiale

2

milliards de personnes – aujourd'hui.

5

milliards de personnes – d'ici 2030.

2. L'avenir de la classe moyenne mondiale

Aujourd'hui, ce ne sont pas moins de 2 milliards de personnes qui appartiennent à la classe moyenne à travers le monde. D'ici 2030, les prévisions annoncent un passage à 5 milliards de personnes. La grande majorité de ces nouveaux entrants dans la classe moyenne mondiale viendront des pays émergents, et en particulier d'Afrique et d'Asie. Actuellement, presque trois personnes sur quatre sur Terre vivent en Afrique ou en Asie. Et selon les évolutions démographiques à venir, la tendance ne va aller qu'en s'accélérant. Tandis que la croissance démographique décline en Europe, elle ne cesse de croître en Afrique. Ainsi, lorsque l'on examine l'avenir de la classe moyenne au niveau mondial, notre regard doit se porter sur l'Afrique, l'Asie et le Moyen-Orient. C'est une autre raison qui rend la Nouvelle route de la soie si importante.

3. Les villes: noyaux de la Nouvelle route de la soie

À l'échelle mondiale, 1 million de personnes décident chaque semaine de quitter les zones rurales pour emménager en zone urbaine. En Chine, la différence en termes de populations urbaine et rurale a atteint le palier des 50%. Ce seuil a largement été dépassé dans la plupart des pays émergents, et à bien des égards, les villes sont aujourd'hui de bien meilleurs baromètres et moteurs économiques pour l'avenir que les pays eux-mêmes. Ainsi, si l'on se demande «Ai-je envie d'investir en Indonésie?», la réponse peut être: «L'Indonésie, je ne sais pas. Mais j'aime bien Jakarta.»

4. «It's all about Shanghai, Mumbai, Dubai or goodbye.»

C'est quelque chose que j'ai entendu une fois venant d'un investment banker: «It's all about Shanghai, Mumbai, Dubai or goodbye.» Dans ce nouveau monde géocommercial, ce nouveau monde géoéconomique, il est primordial d'être présent dans les hubs de la Nouvelle route de la soie ainsi que dans les grands pays comme l'Inde, la Chine ou dans les marchés émergents. Si l'on y est absent, on rate la croissance la plus importante que le monde connaît aujourd'hui.

En dépit des craintes que les titres des marchés émergents peuvent créer, mais aussi leurs monnaies et leur volatilité, lorsque l'on additionne leurs taux d'urbanisation, leurs démographies, leurs populations et la croissance que nous pouvons observer en termes de commerce Sud-Sud et Émergent-Émergent, je pense que les marchés émergents poursuivront leur forte croissance. Celle-ci sera d'autant plus forte le long de cette Nouvelle route de la soie qui relie le Moyen-Orient, l'Afrique et l'Asie.

5. Le changement est inévitable

Nous vivons dans un monde où le changement est inévitable et celui-ci s'effectue à une nouvelle vitesse. Il suffit de regarder les soulèvements arabes. Vladimir Ilitch Lénine, le révolutionnaire russe, a déclaré qu'il y a parfois des dizaines d'années pendant lesquelles rien ne se passe, et qu'il y a des semaines où des décennies s'écoulent. Je pense que Lénine prédisait l'âge des réseaux sociaux, d'Internet et de Facebook, parce que nous voyons en effet des dizaines d'années passer en l'espace de quelques semaines et de quelques mois. Il ne s'agit pas seulement de changement politique, mais aussi technologique.

Cela rend la planification stratégique bien plus difficile mais nous rappelle également la nécessité de devoir revenir à nos fondamentaux. Je reviens très souvent sur les données démographiques. Sur les taux d'urbanisation aussi. Et lorsque vous suivez ces grandes plaques tectoniques géoéconomiques, je pense qu'une approche d'investissement pourrait être d'atteindre la classe moyenne mondiale que nous venons de décrire et dont on prédit l'augmentation de 2 à 5 milliards de personnes d'ici 2030.

Je laisse cependant le soin à des personnes mieux qualifiées, celles dont la profession est de réaliser des investissements, de trouver la manière avec laquelle il est possible d'atteindre cette classe moyenne. Toutefois, une chose est sûre, cela représente un changement géoéconomique significatif.