Fight for Peace: se battre pour un avenir meilleur

Fight for Peace: se battre pour un avenir meilleur

Dans ses académies de Rio de Janeiro et de Londres, les animateurs de Fight for Peace tentent de sortir les jeunes de la rue en renforçant leur estime de soi par le biais de divers sports de combat.

L'académie de Londres de FFP est située dans un quartier assez pauvre. Nous y retrouvons Luke Downdey, fondateur et directeur de l'organisation à but non lucratif. Il nous emmène dans la salle d'entraînement déserte, où flotte une odeur de sueur froide. L'imposant ring de boxe occupe la moitié de l'espace, des matelas sont éparpillés sur le sol. Des punching-balls et des équipements de sport sont rangés le long des murs.

Sur le ring comme dans la vie

Luke Downdey nous présente trois membres de FFP, qui nous font part de leur expérience personnelle. Lydia vient depuis près de huit ans. « Les conséquences sur ma vie sociale et ma forme physique ont été extrêmement positives. J'ai trouvé du soutien et des conseils auprès du staff et des gens qui viennent chaque jour à FFP. C'est une famille qui vous soutient, vous forme et vous aide à réaliser vos rêves. » Leonas, qui a découvert FFP en cherchant un club de boxe pour venir à bout de son stress, raconte : « Mon coach m'a incité à ne jamais baisser les bras et à repousser mes limites. J'ai appris à me surpasser à la salle, puis j'ai transféré cette philosophie dans ma vie quotidienne, et j'ai senti que je pouvais tout faire avec un peu d'efforts. »

Le concept repose sur cinq piliers

Jeilani confirme les impressions de ses amis. « Fight for Peace est la meilleure chose au monde. L'environnement est super. On vous donne des opportunités et des objectifs motivants. » Le concept de FFP repose sur cinq piliers : 1. entraînement de boxe et d'arts martiaux, 2. développement personnel et éducation, 3. soutien et mentoring pour les problèmes personnels, 4. formation professionnelle et accès au monde du travail, 5. leadership des jeunes participants, qui prennent part au projet et deviennent des modèles.

Se dépasser pour mieux s'aimer

Ce qui attire principalement les jeunes à l'académie reste néanmoins les séances d'entraînement. « Beaucoup de ceux qui viennent ici manquent de confiance en eux, explique Leonas. C'est sur ce point que l'entraînement est précieux : plus on pratique, plus on gagne en confiance sur tous les plans. » Les trois jeunes reconnaissent que FFP leur a donné la confiance dont ils avaient besoin pour tenter de nouvelles choses et découvrir de nouvelles facettes d'eux-mêmes. L'entraînement commence. Le groupe ne pourrait pas être plus hétérogène au niveau des âges, de la condition physique et des origines ethniques. Mais les jeunes s'entraînent tous ensemble, avec discipline et détermination.