Derniers Articles

Lignes de faille: la fin de la mondialisation?

Actuellement, le monde se situe quelque part entre mondialisation totale et multipolarité, et la fin de la mondialisation semble peu probable. Néanmoins, l'économie mondiale fait face à une combinaison risquée alliant croissance faible et endettement élevé, tandis que la montée de nouvelles puissances asiatiques remet en cause la domination historique des grandes nations économiques et politiques.

Selon l'enquête Global Attitudes (2015) du Pew Research Center (PRC), l'essor de la Chine est suivi avec une anxiété croissante. Dans le même temps, le rééquilibrage de l'engagement et de la stratégie militaires des États-Unis par rapport à l'Asie est perçu de façon positive par la plupart des pays asiatiques. On constate également un changement de l'opinion européenne. Selon l'étude, une médiane de 41% d'Européens considère la Chine comme la première puissance économique, suivie de près par les États-Unis (médiane de 39%). Pour ajouter une touche d'optimisme, la crise financière mondiale et les attaques terroristes de ces dernières années ont de toute évidence intensifié la coopération entre les nations. La mondialisation n'en reste pas moins confrontée à des risques que nous présentons dans cet article.

Lignes de faille – Liberté d'Internet

En raison du développement d'Internet au cours des deux dernières décennies, l'échange d'informations est devenu l'un des principaux moteurs de la mondialisation sociale et technologique. Mais les problèmes de sécurité sur Internet constituent une menace croissante et des gouvernements souverains (comme la Chine ou l'Iran) tentent «d'encadrer la liberté d'Internet». Dans les pays développés, en revanche, la politique concernant Internet n'est pas aussi stricte.

Liberté d'Internet

Liberté d'Internet

Source: Freedom House, Credit Suisse

Démographie religieuse

Ces dernières années, nombre de conflits nationaux et internationaux ont impliqué la religion. Le christianisme compte le plus grand nombre de fidèles dans le monde, suivi de près par l'islam, mais ces deux religions présentent de multiples variantes. L'hindouisme et le bouddhisme sont localisés en Asie, tandis que l'islam est profondément enraciné au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Les frontières entre les zones marquées par différentes influences religieuses et l'évolution attendue de ces dernières auront un impact important sur l'avenir de la mondialisation. Selon une récente étude du PRC, l'islam enregistrera le plus fort taux de croissance d'ici à 2050 (73%) et rattrapera presque le christianisme en tant que religion la plus représentée au monde.

Démographie linguistique

La démographie linguistique mondiale confirme le statut de l'anglais en tant que lingua franca de fait, même si l'espagnol et le français restent les langues officielles de nombreux pays. L'avènement de l'anglais trouve son origine dans l'Empire britannique et l'émergence des États-Unis en tant que superpuissance au XXe siècle.

Climat

Comme on pouvait s'y attendre, le développement du commerce mondial est étroitement corrélé à une hausse de la température moyenne mondiale. Bien que l'intensité des émissions de gaz à effet de serre dues aux exportations ait nettement reculé pour toutes les grandes économies depuis 1997, les émissions nettes ont continué à progresser, surtout pour les États-Unis, la Chine et l'Inde.

Malgré les efforts fournis pour limiter les dégâts, il reste encore beaucoup à faire. Selon une étude menée par un groupe de climatologues réputés (Meinhausen et al 2006), pour des émissions égales à 1000 gigatonnes (Gt) de dioxyde de carbone, la probabilité d'une hausse de plus de deux degrés de la température mondiale d'ici à 2050 serait limitée à 25%. Cependant, les dernières données publiées par la Carbon Tracker Initiative, un laboratoire d'idées londonien, suggèrent qu'en 2011, environ 560 Gt de ce budget carbone mondial ont déjà été engloutis au cours de la première décennie de ce siècle.

Quelle menace le changement climatique représente-t-il pour l'économie mondiale? Depuis le milieu des années 1990, on constate une nette amplification des épisodes météorologiques extrêmes (tempêtes, inondations, sécheresses, vagues de chaleur et de froid). Les pertes associées varient en fonction de la violence des catastrophes. Néanmoins, depuis le milieu des années 2000, les dommages économiques résultant de ces événements se sont aggravés.

Dette publique

Les moyennes sur cinq ans de la dette publique pour les principaux groupes de pays (jusqu'en 2012) montrent à une extrémité de l'échelle les habituels perdants comme la Grèce, criblée de dettes, et à l'opposé des nations relativement peu endettées comme les pays scandinaves.

Indicateur de la puissance militaire

Par rapport à ses proches rivaux, les États-Unis présentent des capacités militaires supérieures, tant en termes de flotte que de budget. Aujourd'hui, à l'ère nucléaire, les forces conventionnelles ne sont pas le seul indicateur de la puissance militaire. La Russie et les États-Unis possèdent plus de 90% des stocks mondiaux d'armes nucléaires, selon des données figurant dans le Yearbook 2015 du Stockholm International Peace Research Institute.

Évaluation des risques d'une fin de la mondialisation

Si le débat concernant la fin de la mondialisation peut effrayer et divertir à la fois, il semble que nous ne soyons pas près de connaître un tel scénario. L'infographie aide à illustrer les progrès de la mondialisation face aux risques géopolitiques. Elle offre une large mesure de la mondialisation (axe y) et ajoute une mesure de la multipolarité (taille des bulles) au fil du temps (axe x), nous donnant ainsi une idée du stade d'avancement actuel.

La mesure de la mondialisation correspond à la somme pondérée du commerce, des flux financiers, du progrès technologique, de la portée technologique (mesurée par la part des produits high-tech dans les exportations de biens manufacturés) et des stocks migratoires internationaux. L'imposition de barrières commerciales plus élevées, une croissance de l'endettement et/ou une expansion militaire auraient pour conséquence un affaiblissement de la mondialisation. Ces menaces sont représentées par un code couleur.

Nous encourageons toutes les personnes intéressées par le sujet à consulter le tableau d'évaluation des risques d'une fin de la mondialisation «End of Globalization Scorecard». Celui-ci comporte un certain nombre de variables: tendance au ralentissement de la croissance économique et des échanges commerciaux avec un risque de choc macro-économique (induit par l'endettement, les inégalités, l'immigration), montée du protectionnisme, inégalité des richesses ou encore inversion de transitions démocratiques.

Évolution de la mondialisation

Évolution de la mondialisation


Les bulles jaunes représentent des obstacles à la mondialisation sous la forme de conflits armés localisés, d'un endettement croissant et/ou d'augmentations marginales des barrières commerciales.
Les bulles orange représentent des conflits plus graves, un endettement profond et/ou des barrières commerciales contraignantes.
Les bulles rouges représentent une menace importante pour la mondialisation provenant d'une forte expansion militaire, de niveaux d'endettement et/ou de barrières commerciales non viables.

Source: Freedom House, Credit Suisse