Derniers Articles

Efficacité énergétique et risque d'approvisionnement

L'augmentation de la demande énergétique mondiale renforce les inquiétudes concernant les ressources de notre planète. Les gains d'efficacité énergétique pourraient partiellement résoudre ce problème préoccupant.

L'évolution démographique, l'urbanisation et les hausses des revenus entraînent une augmentation rapide de la demande mondiale d'énergie. Selon les Nations Unies, la planète comptera 10,5 milliards d'habitants d'ici 2050 (7,3 milliards aujourd'hui). L'urbanisation devrait progresser de 70% en 35 ans et la classe moyenne émergente se développer, ces deux facteurs entraînant une hausse rapide de la consommation d'énergie. «La consommation d'énergie par habitant augmente rapidement dans les principales économies émergentes. Cette tendance devrait se poursuivre et impacter sérieusement la demande énergétique mondiale», a déclaré Eugène Klerk, responsable Global Thematic Research au Credit Suisse. La demande totale a plus que doublé depuis 1990. Depuis fin 2014, la Chine est devenue le premier consommateur mondial devant les États-Unis. «Sans nouveaux gains d'efficacité et en supposant une convergence (aux niveaux des pays développés), nous observerons une hausse de la demande d'énergie des marchés émergents de près de 2,5 fois le total actuel de l'Europe et des États-Unis combinés d'ici à 2050», précise Eugène Klerk. Et il y a urgence: les émissions de CO2 ne faiblissent pas, 2013 enregistrant la plus forte hausse en 30 ans. 

Urbanisation et revenus accroissent la consommation d’énergie

Urbanisation et revenus accroissent la consommation d’énergie

Sources: Phetkeo Poumanyvong, Shinji Kaneko, Shobhakar Dhakal «Impacts of urbanization on national transport and road energy used: Evidence from low-, middle- and high-income countries», Hiroshima.

Risques d'approvisionnement en vue

La forte hausse de la demande d'énergie mondiale prévue ces prochaines années devrait créer des risques d'approvisionnement multiples. L'épuisement des réserves des ressources clés (pétrole et gaz) entraîne une hausse des coûts d'extraction. «Une grande incertitude entoure les perspectives énergétiques mondiales, souligne Eugène Klerk. La grande dépendance aux importations de nombreux pays clés les rend plus vulnérables au risque politique et à la volatilité des prix, actuellement au plus haut.» La réduction du risque d'approvisionnement aussi tient à une efficacité renforcée, et de nombreuses initiatives sont en cours. Le marché mondial de l'efficacité énergétique s'élève à plus de 310 milliards USD par an et ne cesse de croître, d'après le rapport «Energy Efficiency Market Report 2014» de l'Agence internationale de l'énergie (AIE) – hissant l'efficacité énergétique au rang de «premier carburant» ou «carburant caché» mondial.

Potentiel inexploité

La demande énergétique finale se divise en trois larges catégories d'utilisateur: les bâtiments, les transports et l'industrie. Étonnamment, les immeubles résidentiels sont les plus énergivores. Des mesures d'efficacité énergétique dans ce domaine pourraient largement influer sur la consommation mondiale. «Le potentiel d'efficacité énergétique non exploité des bâtiments est énorme: seulement 20% à ce jour, contre 40% dans l'industrie et près de 35% dans les transports, précise Eugène Klerk. Une exploitation totale de ce potentiel réduirait la demande énergétique (mondiale) de 20% de plus que la consommation d'énergie mondiale des transports maritimes et aériens combinés.» Ces améliorations concernent le chauffage et l'eau chaude, l'éclairage et les appareils dans les immeubles résidentiels. «Ce secteur présente le plus grand potentiel pour un coût modéré pour la société», précise-t-il. Le Credit Suisse estime le potentiel d'économies annuelles à 200 milliards EUR en Europe et à 1900 milliards USD aux États-Unis.

Consommation d'énergie par catégorie finale

Consommation d'énergie par catégorie finale

Sources: Agence internationale de l'énergie, Credit Suisse Research

Transports: un marché gigantesque en expansion

Le secteur des transports a dominé la consommation d'énergie ces 40 dernières années, avec le plus fort taux moyen de croissance annuelle par rapport au bâtiment et à l'industrie. «En 40 ans, la consommation totale a doublé en raison de la croissance des transports», explique Eugène Klerk. Les voitures et les camions dominent la demande énergétique du secteur, trois fois plus importante que celle des transports aériens, ferroviaires et maritimes combinés. La croissance du secteur est soutenue par le pouvoir d'achat en hausse des marchés émergents. La pénétration automobile supplémentaire sur ces marchés est une bonne chose. «Hisser chaque économie émergente au niveau moyen de consommation d'énergie des transports des pays développés entraînerait une hausse de la consommation énergétique totale des transports de ces pays de 4,5 fois le total actuel de l'Europe de l'Ouest, des États-Unis et du Japon combinés d'ici à 2050», souligne-t-il. Les investissements dans les normes d'économie de carburant constituent le principal moteur d'efficacité à court terme. Le renforcement de ces normes devrait augmenter l'économie moyenne de carburant à un niveau compris entre 3,9 et 6,7 litres d'essence pour 100 km. «Les normes donnent le feu vert aux marchés pour développer des technologies efficaces ces 20 prochaines années», a déclaré l'AIE.

Fort potentiel de pénétration automobile supplémentaire dans les marchés émergents (pour 1000 habitants)

Fort potentiel de pénétration automobile supplémentaire dans les marchés émergents (pour 1000 habitants)

Source: Credit Suisse Research

Demande d'énergie de l'industrie

L'intensité énergétique industrielle – une mesure de l'efficacité énergétique calculée en unité d'énergie par unité du PIB – a progressé d'environ 2% par an entre 1995 et 2010 au sein de l'OCDE. La Chine, dont les industries en plein essor ont stimulé la demande énergétique ces 25 dernières années, a réussi à améliorer deux fois plus son efficacité énergétique. «Les prévisions indiquent une progression de 40% de l'intensité énergétique industrielle mondiale d'ici à 2040 par rapport à 2010», précise le rapport d'ExxonMobil «The Outlook for Energy: A View to 2040». Autrement dit, «l'amélioration de l'efficacité énergétique par rapport aux niveaux actuels réduira les factures de gaz et de pétrole des cinq principales régions importatrices d'énergie de près de 1000 milliards USD en 2040», selon les prévisions de l'AIE. Cette amélioration ne résoudra pas le problème mondial, mais elle fait partie de la solution.