Philanthropie dans l'éducation: une tendance en plein essor
News & Stories

Philanthropie dans l'éducation: une tendance en plein essor

De plus en plus de philanthropes reconnaissent le rôle clé de l'éducation, pour leur propre réussite, mais aussi pour les générations futures. L'éducation constitue un objectif fondamental dans leurs actions philanthropiques.

L'éducation joue un rôle clé dans la croissance économique et le développement. C'est aussi le principal moteur d'impact social à long terme. Le développement rapide de l'Asie ainsi que la place centrale de l'éducation dans les cultures asiatiques ont permis à la région d'enregistrer des taux de croissance économique supérieurs à la moyenne mondiale ces 50 dernières années. Il n'est donc pas surprenant que l'éducation soit le secteur dans lequel les philanthropes de la région investissent le plus en termes de valeur. Nombre d'Asiatiques fortunés cherchent à redonner à la société le patrimoine qu'ils se sont constitué pour créer des changements favorables à long terme. Ils considèrent les placements dans le système éducatif comme un moyen d'aider les autres à sortir de la pauvreté. «Pour la génération de philanthropes du ‹millénaire›, l'impact transformationnel de l'éducation ne concerne pas seulement leur propre réussite, mais aussi les générations à venir», explique Francesco de Ferrari, responsable Private Banking Asia Pacific et CEO Southeast Asia au Credit Suisse, lors de son discours d'ouverture du forum annuel de la philanthropie de la banque à Singapour.

L'évaluation de l'impact de la philanthropie dans le domaine de l'éducation mise en avant

Les activités philanthropiques sont en pleine mutation. Les aides aux établissements d'enseignement supérieur comme les universités en lien avec les donateurs, ou le financement de bourses d'études diminuent au profit de projets éducatifs qui visent les communautés marginalisées et défavorisées. «Dans cette période de transition de la philanthropie, j'espère que nous ne perdrons pas de vue l'esprit du don, qui vise à donner à chacun les mêmes chances de réussir dans la vie», a déclaré le ministre singapourien de l'Éducation, Ng Chee Meng lors du forum. Les philanthropes s'intéressent davantage à des domaines plus vastes que les infrastructures physiques comme les bibliothèques universitaires ou les laboratoires scientifiques, et participent à la formation des enseignants, à la consolidation des aptitudes professionnelles des étudiants défavorisés voire à l'élaboration des programmes. Les jeunes donateurs à l'aise avec les nouvelles technologies incitent aussi à utiliser des indicateurs clés de performance (ICP) pour améliorer l'efficacité et accroître les rendements quantifiables des projets qu'ils sponsorisent. La fondation ChickenSoup, qui soutient les enfants à risque de Hong Kong, utilise par exemple des ICP pour mesurer l'absentéisme parmi les étudiants qui bénéficient de son aide.

Étroite collaboration avec l'État et les ONG

L'éducation étant généralement contrôlée par l'État, les philanthropes dans ce domaine travaillent en principe aux côtés des gouvernements. Les donateurs se concentrent souvent sur les besoins non satisfaits comme l'éducation de la petite enfance ou les infrastructures. En Chine, la fondation Chen Yet-Sen Family lutte par exemple contre l'illettrisme en construisant des bibliothèques. James Chen, co-président de cette fondation et Président de Wahum Group Holdings, a déclaré lors du forum du Credit Suisse sur la philanthropie: «Pour ma famille, la clé pour cette fondation était de devenir experts des secteurs que nous finançons... l'alphabétisation des jeunes enfants et les lectures culturelles dans les écoles. Les enfants étaient avides de ces livres, et ça a été une révélation, nous étions face à un enjeu national sur lequel nous pouvions agir.» Les philanthropes dans l'éducation collaborent en outre souvent avec des ONG, des communautés locales et d'autres fondations afin de tirer profit de leur expertise, de leurs expériences et de leurs ressources.

De bonnes perspectives de développement dans les placements à impact

L'objectif principal des placements à impact est d'avoir un impact social ou environnemental tout en générant des rendements financiers. Dans le domaine de l'éducation, les placements à impact peuvent aider des étudiants défavorisés et talentueux de pays à faibles revenus à obtenir des prêts pour suivre des études supérieures. Le Credit Suisse a lancé la toute première obligation portant sur l'enseignement supérieur, le Higher Education Note, avec Prodigy Finance en 2014. Ce produit financier offre à des étudiants talentueux du monde entier un accès à l'enseignement supérieur, tout en générant de solides rendements financiers et sociaux pour les investisseurs. Deux nouvelles obligations ont été émises depuis et leur impact est significatif. Ces trois obligations ont permis à plus de 2500 étudiants défavorisés de plus de 70 pays d'accéder à de grandes universités. «Les placements à impact ne représentant actuellement qu'une partie inférieure à 1% du financement de l'éducation dans le monde, nous pensons que les possibilités de développement sont considérables», conclut Francesco de Ferrari.