Credit Suisse Youth Barometer 2015: Facts and Figures

Baromètre de la jeunesse du Credit Suisse 2015 : faits et chiffres

Les «Digital Natives» sous la loupe: le Baromètre de la jeunesse Credit Suisse 2015 se penche sur le monde des jeunes de 16 à 25 ans en Suisse, aux Etats-Unis, au Brésil et à Singapour.

Que pensent les jeunes en 2015? Qu'est-ce qui compte vraiment pour eux dans la vie, comment envisagent-ils leur avenir? Ce ne sont que quelques-unes des questions que l'institut de recherche gfs.bern, sur mandat du Credit Suisse, a posées à près d'un millier de jeunes dans les quatre pays étudiés.

Voici les dix principaux enseignements du Baromètre de la jeunesse 2015 en bref:

1. Monde numérique: le rôle important, voire indispensable, d'Internet exprimé par 85% des jeunes est surtout visible dans la durée d'utilisation: à l'exception de la Suisse, la majorité des jeunes surfent plus de deux heures par jour sur le Web à des fins privées, c'est-à-dire en plus des heures déjà passées en ligne à l'école ou au travail.

2. Protection des données: plus de 75% des jeunes sont conscients qu'ils doivent se protéger sur Internet. À noter toutefois que 69% souhaitent également que l'État s'investisse davantage à cet égard.

3. Facebook: ce réseau social joue un rôle central pour tous les thèmes numériques. Plus de la moitié des jeunes interrogés pensent que Facebook change le monde. Mais contre toute attente, ce n'est plus cette plate-forme de communication qui est en tête: elle est désormais largement dominée par WhatsApp (sauf aux États-Unis). Le réseau remplit aujourd'hui d'autres fonctions: pour 27% des jeunes interrogés à Singapour, 22% aux États-Unis, 17% au Brésil et 5% en Suisse, Facebook sert de source d'informations principale. Pour cette génération, Facebook est un média d'information plus important que les applications d'actualités, la radio, la télévision ou les journaux.

Switzerland the most important results

4. Utilisation des médias: la baisse du nombre de lecteurs de journaux payants a été très facilement détectable dans le Baromètre de la jeunesse. Désormais, il semblerait que la télévision soit sur le point de connaître le même sort: pour la première fois, le petit écran ne fait plus partie des trois médias les plus branchés aux États-Unis, pourtant le pays de la télévision. En Suisse, la popularité de la télévision a chuté de 80% à 62% en l'espace de cinq ans. En parallèle, la plate-forme vidéo YouTube, qualifiée de « tendance » dans les quatre pays analysés, monte en puissance. Par ailleurs, la radio conserve un niveau constant, du moins en Suisse.

5. Out: les drogues, les cigarettes, les partis politiques et les religions ne sont pas bien perçus dans les quatre pays. Par ailleurs, les plates-formes désuètes telles que Myspace et Orkut (qui n'est désormais plus en service) ne sont pas populaires auprès des jeunes.

6. Finances: entre 20% et 30% des jeunes aux États-Unis et au Brésil ont des dettes; ils sont nettement moins à Singapour et surtout en Suisse (environ 12% et 3% respectivement), des chiffres à peu près stables depuis plusieurs années.

7. Objectifs: cette génération désire un peu de tout. Les jeunes recherchent à la fois l'épanouissement personnel et un travail enrichissant qui fait appel à leurs talents. Ils aspirent à un bon équilibre entre vie professionnelle et vie privée, et souhaitent multiplier les expériences. C'est seulement ensuite qu'ils citent ce que leurs parents souhaiteraient peut-être entendre: faire carrière et avoir une meilleure situation que leurs propres parents. Ces deux derniers points sont d'ailleurs avant tout mentionnés dans le pays affichant le plus faible revenu par habitant, à savoir le Brésil. À l'inverse, ces objectifs passent au second plan du côté des jeunes Suisses.

General infographic on goals & problems

8. Carrière/travail: quels secteurs attirent le plus la jeunesse ? 1. les médias, 2. le tourisme, 3. l'éducation, 4. les télécommunications, 5. la santé, 6. les banques. Il convient de noter qu'un grand nombre des sondés dans tous les pays ont constaté par eux-mêmes que la main-d'œuvre féminine était défavorisée. Et c'est en Suisse que ce constat est le plus fort (57%).

9. Avenir: les jeunes interrogés, nés entre 1990 et 1999, voient l'avenir sereinement. En Suisse, la confiance n'a cessé de progresser chaque année depuis 2010 : 64% des jeunes suisses se déclarent aujourd'hui optimistes pour l'avenir. Il s'agit de la plus grande proportion parmi les quatre pays analysés. Traditionnellement, les résultats du Baromètre de la jeunesse révèlent également un très fort optimisme chez les Brésiliens, mais ces dernières années difficiles et les sombres prévisions économiques du pays ont eu raison de ce sentiment. Et ils ne sont aujourd'hui plus que 58% à exprimer leur confiance en l'avenir (soit une baisse de 15 points de pourcentage depuis 2012). Aux États-Unis (57%) et à Singapour (47%), les jeunes âgés de 16 à 25 ans abordent désormais l'avenir avec davantage d'optimisme que ces trois dernières années.

10. Préoccupations: le pessimisme des jeunes Brésiliens (cf. point 9) est directement lié aux problèmes du pays : trois quarts d'entre eux considèrent que leur pays est rongé par la corruption. Aucun autre problème n'est dénoncé avec une telle unanimité dans tous les pays examinés. Le chômage fait également toujours partie des préoccupations des Brésiliens (59%). Une inquiétude partagée par les jeunes à Singapour (33%) et aux États-Unis (50%). La question des étrangers est au premier plan des préoccupations en Suisse (51%).