Credit Suisse Sports Awards 2016: «Tous me souhaitent la victoire»
Actualités et histoires

Credit Suisse Sports Awards 2016: «Tous me souhaitent la victoire»

Grison Armon Orlik, 21 ans, a été le premier lutteur à recevoir le titre de Newcomer de l'année lors des Credit Suisse Sports Awards.

Armon Orlik, vous avez été élu Newcomer de l'année. Cela vous a-t-il surpris?

Un peu, oui. La situation initiale était passionnante. Compte tenu de leurs performances passées, les trois candidats en lice pouvaient prétendre au titre: la joueuse de tennis Viktorija Golubic tout comme Nina Christen, la tireuse olympique. Cette victoire est d'autant plus belle.

Aviez-vous préparé le discours de remerciement devant les personnalités sportives réunies dans le studio de télévision et les innombrables téléspectateurs?

C'était indispensable. J'ai m'étais imaginé cette situation auparavant et je savais que ce ne serait pas simple. J'ai répété mentalement mon discours plusieurs fois afin qu'il soit au point et bien ciblé. Finalement, tout s'est relativement bien passé, heureusement.

Quelle a été votre impression de la soirée dans son ensemble?

Les Credit Suisse Sports Awards étaient quelque chose de nouveau pour moi. J'ai trouvé cette soirée très intéressante. J'ai rencontré des sportifs que je n'avais jamais vus, pas même à la télévision. J'ai pu les saluer, leur serrer la main. C'est ainsi que j'ai parlé avec Ariella Käslin, l'ex-sportive de l'année, peu avant l'émission. Mais je ne savais pas encore à ce moment-là qu'elle me remettrait le prix. Notre conversation a été très naturelle, drôle et agréable.

Parmi tous les sportifs récompensés, vous êtes celui que les médias ont interviewé le plus longtemps. Comment expliquez-vous cet intérêt?

Peut-être parce que j'étais le plus lent, tout simplement. Non, sérieusement, j'ai été moi-même surpris qu'on me pose autant de questions si longtemps.

Que s'est-il passé après l'émission en direct?

Tout d'abord, il y a eu une séance de photos pour le Schweizer Illustrierte. Ensuite, j'ai rejoint les invités. J'ai pu alors profiter de la soirée avec mon entraîneur, Reto Attenhofer, autour de quelques canapés et d'un verre.

Quelles personnes en particulier vous ont félicité?

Daniela Ryf, la championne de triathlon à Hawaï et sportive de l'année 2015. Cela m'a fait très plaisir. Ariella Käslin m'a de nouveau félicité, presque en privé. Et depuis, j'ai reçu de nombreux messages chaleureux de mon entourage, de connaissances et d'amis. Tous me souhaitent la victoire. Par SMS la plupart du temps. Tout cela m'encourage à me motive à aller de l'avant.

Une analyse plus précise des résultats révèle quelque chose d'étonnant en ce qui vous concerne et au sujet de votre consécration: dans les médias, vous avez reçu environ deux fois moins de voix que la championne de tennis Viktorjia Golubic. Pourtant, les voix du public vous ont permis de vous imposer. Comment expliquez-vous que près de 14 000 spectateurs vous aient choisi?

C'est difficile à dire. Ce qui est certain, c'est que les fans m'ont bien soutenu. Et cela me fait chaud au cœur. J'ai pu convaincre beaucoup de gens. Je suis heureux d'avoir été choisi et encouragé par autant de personnes.

Que retenez-vous de la soirée et de cette distinction?

Je me suis beaucoup investi dans l'entraînement et les résultats sont payants: nous avons réussi. En d'autres termes, mon entraîneur et moi-même pouvons poursuivre dans la voie empruntée, il n'y a pas grand-chose à changer. Et personne ne peut me prendre l'Award. J'en suis heureux. Je vais le placer à un endroit qui le met en valeur et où je peux le voir. Il me rappellera la soirée et les succès. Il va me motiver et renforcer ma volonté.

On vous prédit un grand avenir dans la lutte. Quelles sont les prochaines étapes sur le plan sportif?

Je me trouve actuelle dans une phase importante. Il faut que j'exploite bien les 15 à 18 heures d'entraînement hebdomadaire: au niveau de la force, de la condition et sur le plan technique. Je pose maintenant les bases pour l'année prochaine. Je dois rester en bonne santé et ne pas me blesser. Si j'y parviens, je pourrai de nouveau me mesurer aux meilleurs l'année prochaine.