Le Credit Suisse lance «L'art pour tous»
Actualités et histoires

Le Credit Suisse lance «L'art pour tous»

Le 1er avril, le Kunsthaus Zürich a organisé une journée portes ouvertes pour tous les amateurs d'art. Autour du thème «Art et intégration», le plus ancien musée de Suisse, qui abrite de nombreuses collections et accueille de multiples expositions, a souhaité cette année s'adresser à un large public aux situations et aux origines différentes. Partenaire de longue date du musée, le Credit Suisse a organisé des visites spéciales.

Partenaire du Kunsthaus Zürich, le Credit Suisse est présent chaque année lors de la journée portes ouvertes. Inspiré par le thème de cette année, il a proposé d'organiser pour la première fois deux visites guidées spéciales pour les personnes malentendantes et malvoyantes, en complément des visites prévues par le Kunsthaus. Cette idée est née d'une collaboration entre Sponsorship Switzerland et le Center of Accessibility (CoA), dont le travail est axé sur les besoins des clients et employés malvoyants, malentendants ou à mobilité réduite en ce qui concerne l'accès aux produits et aux services de la banque.

Début avril, près de 40 personnes sont venues pour assister à ces visites spéciales au Kunsthaus et ont été accueillies par Alireza Darvishy, responsable du Center of Accessibility. Le groupe était constitué à parts égales de personnes malvoyantes et malentendantes. L'événement s'adressait à un large public: des participants de régions et de tranches d'âge diverses avaient fait le déplacement jusqu'au Kunsthaus. Plusieurs associations caritatives comme la Fédération suisse des aveugles et malvoyants et l'Union suisse des aveugles ont apporté leur aide au Credit Suisse pour contacter les personnes souffrant de handicap visuel. Pour les invités malentendants, il a été fait appel à la Fédération suisse des sourds.

Voir avec les oreilles, regarder avec les mains

La visite spéciale réservée aux personnes malvoyantes avait pour mot d'ordre: «Voir avec les oreilles, regarder avec les mains». Madeleine Witzig, médiatrice d'art et animatrice du musée, a mené cette visite et prouvé qu'il était aussi possible de rendre l'art totalement accessible aux personnes malvoyantes.

Son enthousiasme a déteint sur son auditoire: «Elle nous décrivait de nombreux détails de manière très visuelle. En les associant, je pouvais obtenir une impression générale de l'œuvre», a déclaré l'un des visiteurs malvoyants. Il a particulièrement apprécié sa capacité à communiquer verbalement des formes d'expression visuelles.

Les visiteurs malvoyants se sont notamment vu décrire en détail l'œuvre «Nature Morte au homard» (vers 1645) d'Abraham van Beyeren.

Une invitée a trouvé fascinant que certains éléments de la toile aient été transposés dans le monde réel: en effleurant l'écorce irrégulière des citrons et en sentant l'odeur des fruits coupés, les visiteurs ont bénéficié d'une expérience artistique globale. Bien entendu, il leur aurait fallu pouvoir aussi toucher un homard pour que l'immersion dans la nature morte soit totale. La participante interrogée a exprimé un vœu très cher: elle aimerait un jour pouvoir toucher une sculpture de Giacometti. Et elle n'est pas la seule: d'autres visiteurs souhaiteraient eux aussi avoir la possibilité de palper des objets d'art.

Cette forme de découverte artistique était aussi une première pour Luciano Butera, responsable du service spécialisé Technologie & Innovation de la Fédération suisse des aveugles et malvoyants. Luciano Butera, lui aussi malvoyant, en a conclu qu'une expérience artistique ne dépend pas uniquement du regard mais aussi et surtout de la compétence de la personne qui l'encadre. Du fait de cette expérience positive, il projette d'assister prochainement à une nouvelle visite guidée dans un musée. Lors de cette visite, les personnes malvoyantes n'ont certes abordé que trois tableaux, mais elles ont ainsi pu avoir suffisamment de temps pour apprécier pleinement les œuvres. Selon Luciano Butera, ce choix a gommé en partie les différences entre les visiteurs voyants et malvoyants. Les informations de fond importantes comme la biographie du peintre, l'époque de création de l'œuvre ou encore le contexte politique et social ont ainsi été mieux assimilées.

L'art accessible à tous grâce à une interprète en langue des signes

Plusieurs représentants de la Fédération suisse des sourds se trouvaient parmi les visiteurs malentendants. Selon Roland Wagner, responsable du département Communication et Fundraising de la Fédération, pouvoir visiter l'exposition avec l'assistance d'une interprète en langue des signes a été une expérience nouvelle et fascinante pour la plupart des participants. «Grâce au Credit Suisse, de nombreuses personnes sourdes ont pu découvrir la collection d'œuvres du Kunsthaus Zürich pour la première fois de leur vie. La 'haute culture' est souvent étroitement liée à un niveau d'études avancé, et, comme le révèle une étude que publiera la Fédération suisse des sourds prochainement, la majorité des personnes sourdes en ont malheureusement été exclues au cours des dernières décennies dans le système éducatif suisse. Cette initiative n'en a que plus de valeur! Nous serions ravis de voir l'expérience renouvelée l'année prochaine!»

L'une des personnes sourdes présentes et Ronny Bäurle, responsable des finances de la Fédération, ont manifesté un enthousiasme non dissimulé à l'issue de la visite guidée. Ils ont apprécié de voir l'art mis à la portée de tous grâce aux explications de l'interprète en langue des signes sur diverses œuvres de van Gogh, Monet, etc.

Le Credit Suisse s'engage depuis plus de dix ans en faveur de l'accessibilité pour ses clients et ses collaborateurs, ce qui fait de lui l'un des pionniers de ce domaine. Avec l'initiative «L'art pour tous», la banque sort de nouveau des sentiers battus afin que l'accessibilité s'étende peu à peu au monde de l'art.

De nouvelles visites spéciales sont déjà prévues pour l'année prochaine.