À qui profite l'essor des véhicules électriques?
Derniers Articles

À qui profite l'essor des véhicules électriques?

L'avenir sera électrique ou ne sera pas. La baisse du coût des batteries, le durcissement des normes en matière d'émissions et les mesures incitatives mises en œuvre par les autorités soutiennent la tendance en faveur des véhicules électriques.

Au cours des cinq prochaines années, la demande de véhicules électriques et de systèmes de stockage d'énergie (SSE) devrait enregistrer un taux moyen de croissance annuelle de 20% et 10%, respectivement.

Les progrès technologiques et le développement des batteries en tant que sources d'énergie viables ont donné lieu à de nouvelles exigences vis-à-vis des ressources naturelles. Le lithium, le cobalt, le graphite, le nickel, l'aluminium et le cuivre bénéficieront très probablement de l'accroissement de la demande de batteries.

L'essor des batteries, pourquoi maintenant?

La baisse du coût des batteries, le durcissement des normes d'émissions et les mesures incitatives mises en œuvre par les autorités (exonérations fiscales et subventions) soutiennent la tendance en faveur des véhicules électriques. Les objectifs de l'UE (95 g/km d'ici à 2020), des États-Unis (93 g/km d'ici à 2025), du Japon (105 g/km d'ici à 2020) et de la Chine (117 g/km d'ici à 2020) concernant les émissions des véhicules de tourisme sont quasiment impossibles à atteindre sans l'ajout de nouveaux véhicules électriques à tous les parcs automobiles, dont les émissions actuelles représentent environ 200 g/km. Parallèlement, les progrès technologiques réalisés ces dix dernières années ont permis une nette augmentation de la densité énergétique des batteries ainsi qu'une forte diminution des coûts. En 2008, une batterie coûtait environ 1000 dollars par kilowattheure. En 2015, l'Agence internationale de l'énergie a estimé ce coût à environ 250 dollars et prévoit une baisse à 150 dollars d'ici à 2022. Le secteur devrait par conséquent moins dépendre des mesures incitatives. La production d'électricité fait également l'objet d'un changement radical et les énergies renouvelables devraient contribuer à près de la moitié de la production d'électricité mondiale supplémentaire d'ici à 2035. Elles posent néanmoins la question du stockage, et les batteries au lithium sont utilisées pour résoudre les problèmes de charge et de fréquence. La capacité de stockage mondiale s'établit actuellement à environ 250 MW et devrait atteindre 14000 MW d'ici à 2023. 

Les voitures électriques dopent la demande de carbonate de lithium

Les voitures électriques dopent la demande de carbonate de lithium

Source: Credit Suisse Investment Banking Research

Les batteries au lithium, ce composant mineur

Lorsqu'on lui a demandé s'il craignait que l'essor des véhicules électriques n'entraîne un tarissement de l'offre de lithium, Elon Musk, le fondateur et CEO de Tesla a dit ... qu'il s'agissait seulement d'un composant mineur («salt on the salad»).  Nos cellules devraient s'appeler nickel graphite». Sa déclaration, qui visait à apaiser les craintes au sujet de la forte dépendance vis-à-vis du lithium, dévoile en fait un risque de pression sur les prix pour le nickel et le graphite. La technologie des batteries destinées aux véhicules électriques et au stockage d'énergie a clairement évolué et est axée sur une série de technologies de cathodes de lithium. Les cathodes composent environ 30% d'une batterie et requièrent du lithium, du nickel et du cobalt. Selon l'équipe Global Equity and Credit Research du Credit Suisse, la demande de carbonate de lithium devrait passer d'environ 200 kilotonnes (kt) actuellement à plus de 500 kt en 2025. Par ailleurs, une batterie compte environ 8% d'anodes, qui requièrent du graphite sphérique. Or la demande actuelle de graphite représente environ 90 kt et devrait atteindre 400 kt d'ici à 2020.

Comment s'exposer à ce thème

L'offre de matières premières nécessaires à la production de batteries est inférieure à la demande et, par conséquent, les prix ont commencé à monter. Ce déséquilibre entre l'offre et la demande risque de s'accentuer avec la construction de douze nouvelles méga-usines de batteries, qui devraient permettre de tripler la capacité de production d'ici à 2020. Compte tenu de l'ascension fulgurante de la demande de batteries, nous anticipons une pénurie de l'offre de lithium, de graphite et de cobalt. Cependant, le cuivre et l'aluminium devraient également bénéficier de la tendance. Les véhicules électriques comprennent jusqu'à trois fois plus de cuivre que les véhicules à combustion interne, tandis que l'alumine (aluminium) est utilisée pour alléger le poids des véhicules (et accroître leur autonomie) et pour servir de séparateur dans les batteries des véhicules électriques. Outre les sociétés d'extraction minière, les fabricants de batteries devraient également tirer parti de la situation. Par ailleurs, les fournisseurs automobiles (notamment ceux qui disposent de solutions de gestion de l'énergie) offrant les produits adéquats et affichant une exposition limitée aux véhicules traditionnels devraient bénéficier de la transition accélérée en faveur des véhicules électriques. Enfin, malgré un stade encore peu avancé, les sociétés investissant dans les infrastructures de rechargement (stations de rechargement) devraient profiter de la forte progression des véhicules électriques