«Environ 30% des actifs sont gérés de manière durable»
Derniers Articles

«Environ 30% des actifs sont gérés de manière durable»

Béatrice Fischer, responsable Communications & Marketing Swiss Universal Bank, est également en charge de l'offre dans le domaine Philanthrophy & Sustainable Investments pour nos clients. Elle voit un fort potentiel dans le segment de la durabilité.

Ursula Nötzli Breinlinger : La durabilité est sur toutes les lèvres. Comment les investisseurs doivent-ils voir l'«investissement durable»?

Béatrice Fischer : L'investissement durable vise à générer des revenus financiers tout en ayant une influence positive sur l'environnement et la société. L'investisseur cherche à avoir une vision globale en tenant compte de facteurs non financiers. Ses décisions de placement intègrent également des aspects de durabilité: facteurs sociaux, gouvernance d'entreprise des sociétés concernées et aspects environnementaux, ou critères ESG: environnementaux, sociaux et de gouvernance.

Où en est le marché des placements durables en Suisse?

Environ 30% des actifs gérés par des professionnels le sont de manière durable aujourd'hui dans le monde, et la tendance est en forte hausse. Le volume du marché est encore relativement faible en Suisse avec quelque 192 milliards de francs, mais la croissance est impressionnante.

Quelle est la position du Credit Suisse sur ce marché?

Nous sommes engagés dans le domaine des placements durables depuis 15 ans déjà. Le Credit Suisse détient près de 12% de parts de marché en Suisse, ce qui nous place en deuxième position. La cofondation de responsAbility est une étape importante du développement de notre offre de durabilité. responsAbility est aujourd'hui le premier fournisseur de placements à impact et reste un partenaire de choix pour nous.

Nous sommes engagés dans le domaine des placements durables depuis 15 ans déjà.

Certains groupes de clients affichent-ils un intérêt particulier pour ce sujet?

Nous observons que l'intérêt est en forte hausse dans tous les groupes de clients, qu'ils soient privés ou institutionnels. Nous voyons un potentiel auprès des clients particulièrement sensibles à ce thème, comme la génération Y, les investisseurs femmes et les entrepreneurs. Ces derniers sont souvent confrontés aux aspects de durabilité dans la gestion de leur entreprise et développent donc un intérêt. Sans oublier les 13'000 fondations d'utilité publique de Suisse, encouragées par le Swiss Foundation Code 2015 à tenir compte de leur but et de critères de durabilité dans leurs placements. Les caisses de pension font aussi de plus en plus face aux souhaits des assurés de voir leurs avoirs investis durablement. Au vu des seuls actifs sous gestion, ce marché offre des opportunités intéressantes.

Comment le Credit Suisse aborde-t-il les placements durables pour attirer au maximum ces groupes de clients?

Nous proposons aux clients des solutions de portefeuille et des produits individuels durables. Les placements à impact et l'immobilier durable sont nos deux propositions phares. L'investissement à impact cible des secteurs comme la microfinance, les entreprises à vocation sociale, l'agriculture durable, le commerce équitable et la formation supérieure dans les pays émergents et en développement. L'immobilier durable propose des produits innovants qui investissent dans des immeubles climatiquement neutres en Suisse et en Europe. Le potentiel des immeubles durables est énorme: l'immobilier représente 30% des émissions mondiales de CO2.

Première entreprise climatiquement neutre de Suisse, le Credit Suisse est une banque climatiquement neutre dans le monde entier depuis 2010.

Le Credit Suisse s'engage également pour le développement durable par le biais de plusieurs initiatives. Comment intégrez-vous cette expertise et cette expérience au développement de produits/solutions pour les clients?

En tant que groupe, nous nous engageons principalement pour la microfinance, la formation et la protection de la nature. Première entreprise climatiquement neutre de Suisse, le Credit Suisse est une banque climatiquement neutre dans le monde entier depuis 2010. En collaboration avec Siemens et Wincasa, nous réduisons nos émissions de CO2 dans la quasi-totalité de nos 1200 bâtiments. Nous intégrons ensuite cette expérience dans le développement des produits: nous avons lancé le premier fonds immobilier durable de Suisse et le premier fonds immobilier climatiquement neutre d'Europe. Le Credit Suisse est également précurseur dans le financement de la protection de la nature. Nous travaillons avec des ONG et des fondations pour développer des produits innovants dans ce domaine. Bien entendu, nous cherchons également à impliquer nos collaborateurs et à leur proposer de s'engager dans des projets de durabilité.

Le «durable» reste réputé cher et peu performant. Qu'en pensez-vous?

Le Credit Suisse estime que les placements durables ne génèrent pas de sous-performance structurelle. Certaines études montrent un impact positif des critères ESG sur le profil rendement/risque. Grâce à l'intégration de placements à impact ou d'actifs immobiliers, la diversification est renforcée par des placements peu ou pas corrélés avec le marché financier traditionnel. Mais la motivation est importante aussi pour les investissements durables: certains investisseurs veulent tenir compte de leurs valeurs personnelles. Ce sont principalement les clients institutionnels qui utilisent ces critères non matériels de manière ciblée pour limiter les risques, qui pourraient avoir des conséquences financières importantes.