Les seniors contre le vieillissement
Article Archive

Les seniors contre le vieillissement

Les impacts sociétaux de l'allongement de la vie ne sont pas toujours bien perçus, notamment par les seniors. La prévoyance vieillesse préoccupe le plus les Suisses, dont le principal objectif politique est de la garantir.

En Suisse comme dans la plupart des pays industrialisés, la population vieillit: en 1900, les plus de 65 ans étaient moins de 200 000, contre presque 1 500 000 aujourd'hui. Cette tranche d'âge a donc plus que septuplé en un peu moins de 120 ans, tandis que la population totale a seulement un peu plus que doublé sur la même période.

Une telle évolution de la pyramide des âges implique une adaptation des institutions de prévoyance et redéfinit le vivre-ensemble. Cette année, le Baromètre des préoccupations posait la question suivante: «Que pensez-vous des impacts sociétaux de l'allongement de la vie?» Sans grande surprise, la vaste majorité des répondants (68% d'approbation) se réjouissent de ces impacts (au sens large), même si un quart d'entre eux n'accueillent pas favorablement voire pas du tout favorablement ces changements.

Avis sur le thème du vieillissement

Les Robots sont les bienvenus

Les résultats par tranche d'âge sont encore plus surprenants: avec plus de 67% d'approbation, les moins de 70 ans sont tout à fait favorables aux impacts sociétaux de l'allongement de la vie. Si seulement 55% des plus de 70 ans s'en réjouissent, notons que 35% d'entre eux n'accueillent pas favorablement voire pas du tout favorablement ces changements. Comment l'expliquer? Peut-être les seniors pensent-ils que la société ne s'est pas suffisamment adaptée à leurs besoins? Sont-ils plus réservés sur l'allongement de la vie lui-même que leurs cadets, qui en auraient une image (trop) reluisante?

Les autres questions du sondage apportent des réponses intéressantes: par exemple, 62% des personnes interrogées estiment que la couverture financière des seniors est insuffisante en Suisse. Cela fait écho à un autre résultat du Baromètre des préoccupations, selon lequel l'AVS est la réforme la plus urgente. Une étude de l'OCDE conclut également que le revenu d'un grand nombre de retraités en Suisse est relativement faible par rapport à celui des autres pays européens – ce qui d'ailleurs est lié aux versements en capital du 2e pilier.

Aujourd'hui en Suisse, les soins aux personnes âgées font l'objet d'une couverture facultative. Selon le Baromètre, 48% des Suisses sont pour l'instauration d'une assurance obligatoire pour les soins aux personnes âgées. Dans la mesure où 8% des sondés n'ont pas d'opinion à ce sujet, une telle initiative aurait toutes ses chances dans les urnes.

Une perspective optimiste pour finir: 57% des sondés sont convaincus que la vie des personnes âgées est plus agréable grâce aux robots et à l'automatisation.