Entreprise Press Release

Press Release

Investment Outlook 2019 du Credit Suisse: un cycle prolongé

Les actions devraient retrouver leur équilibre en 2019 à mesure que l'économie surmonte les différents risques et progresse; c'est ce qui ressort de la publication «Investment Outlook» du Credit Suisse

Le Credit Suisse a publié aujourd'hui ses perspectives de placement pour 2019, une année qui devrait être marquée par la poursuite de la croissance économique mondiale et un niveau modéré d'inflation en dépit d'un certain nombre de risques. Une attention particulière sera accordée aux actifs tirant profit des facteurs susceptibles de prolonger le cycle économique.

L'année écoulée a été marquée par un rééquilibrage dans plusieurs domaines. L'augmentation des taux d'intérêt américains a principalement affecté les actifs des marchés émergents (ME), tandis que les actions des pays développés se sont adaptées aux anticipations d'un aplatissement de la trajectoire des bénéfices. En outre, une série de risques politiques exercent une pression sur certains marchés.

En 2019, la croissance du PIB mondial devrait ralentir quelque peu à 3,1%, contre 3,3% en 2018, principalement en raison de la réduction des mesures de relance aux États-Unis et du durcissement de la politique monétaire dans les pays émergents hors Chine. Le Credit Suisse s'attend à ce que l'expansion économique de cette dernière reste solide à environ 6% étant donné que les mesures de relance compensent les répercussions des tensions commerciales. Il prévoit que l'inflation restera modérée, ce qui réduira le risque d'un durcissement excessif de la politique monétaire par la Réserve fédérale américaine (Fed). Cela laisse également penser que le dollar américain sera plus stable qu'en 2018 et soutiendra les efforts de rééquilibrage des ME.

«2019 devrait être une nouvelle année de croissance, même si le rythme sera légèrement inférieur à celui des dernières années, a déclaré Michael Strobaek, Global Chief Investment Officer du Credit Suisse. Compte tenu de l'expansion économique actuelle, de la normalisation de la politique monétaire dans les pays développés et de l'absence d'un risque immédiat de contraction, nous pensons que les actifs risqués tels que les actions ou encore les obligations des ME en monnaies fortes sont susceptibles de recouvrer leur équilibre en 2019.»

La nouvelle édition d'Investment Outlook met également l'accent sur le segment de la finance durable et des placements à impact, un marché en forte expansion, car les investisseurs cherchent des initiatives qui dégagent des rendements financiers tout en ayant un impact social et environnemental positif.

«Aujourd'hui, les investisseurs sont à la recherche de nouvelles approches de placement, a déclaré Nannette Hechler-Fayd'herbe, Global Head of Investment Strategy & Research du Credit Suisse. En 2017, nous avons lancé cinq Supertrends. Ces thèmes de placement en actions à long terme semblent avoir touché la corde sensible des investisseurs, avec une performance positive depuis le lancement.»

Principales prévisions exposées dans Investment Outlook 2019:

Perspectives économiques mondiales

  • Aux États-Unis, les solides dépenses d'investissement des entreprises, l'amélioration de l'emploi et la hausse des salaires devraient permettre à la croissance de rester supérieure à la tendance. L'augmentation de l'inflation sera probablement limitée, et une nouvelle appréciation de l'USD est peu probable. (Prévision de PIB pour 2019: +2,7% en glissement annuel)
  • Comme la politique monétaire s'inscrit toujours en soutien et que l'emploi progresse, la demande intérieure devrait continuer de croître dans la zone euro. L'appréciation de l'EUR devrait être au mieux modérée, car il est probable que la Banque centrale européenne (BCE) ne commencera à relever ses taux qu'au second semestre de 2019. (Prévision de PIB pour 2019: +1,8% en glissement annuel)
  • La Suisse devrait tirer profit de la poursuite de la croissance économique de ses principaux partenaires commerciaux. Comme la Banque nationale suisse se montrera probablement attentiste jusqu'à ce que la BCE commence à relever ses taux, le franc devrait perdre de sa vigueur. (Prévision de PIB pour 2019: +1,7% en glissement annuel)
  • La croissance en Chine est susceptible de fléchir légèrement en 2019, car le niveau élevé d'endettement lié à l'immobilier freine les dépenses de consommation. Le gouvernement va probablement se contenter de faire le strict nécessaire pour protéger l'économie de l'impact des droits de douane américains. (Prévision de PIB pour 2019: +6,2% en glissement annuel)
  • Les deux plus grandes économies d'Amérique du Sud, à savoir le Brésil et l'Argentine, devraient rester faibles en 2019. Néanmoins, comme le Brésil s'est doté d'un nouveau gouvernement et que l'Argentine a reçu un prêt du Fonds monétaire international (FMI), les deux pays ont commencé à s'attaquer à certains dysfonctionnements économiques et budgétaires profondément ancrés. (Prévision de PIB pour 2019 au Brésil: +2,3% en glissement annuel)

Perspectives des marchés financiers

  • Des événements politiques imprévus ont eu un impact considérable sur les marchés financiers en 2018, et pourraient également les influencer en 2019. Quoi qu'il en soit, le cycle économique en sera le principal moteur.
  • Dans une phase de prolongation du cycle, les actions continuent généralement à surperformer la plupart des classes d'actifs. Selon le scénario de base du Credit Suisse pour 2019, les actions des ME pourraient se ressaisir après leur accès de faiblesse de 2018, et l'innovation va probablement entretenir l'attrait des secteurs des technologies de l'information et de la santé. En outre, des thèmes à long terme comme nos Supertrends devraient susciter l'intérêt des investisseurs.
  • S'agissant du revenu fixe, le Credit Suisse estime que les rendements des principaux emprunts d'État vont augmenter modérément, tandis que les spreads des obligations d'entreprises se creuseront. À ce stade du cycle, les crédits d'investissement aux États-Unis, par exemple, semblent moins intéressants qu'un mix de bons du Trésor et d'obligations à haut rendement en USD. Pour ce qui est des obligations non libellées en USD, les emprunts des ME en monnaies locales et fortes devraient surperformer si notre scénario de base se réalise et si la pression au durcissement monétaire subie par la Fed s'allège. Quant aux obligations en monnaies fortes d'autres régions (Japon, zone euro, Suisse), une préférence pour les durations courtes reste de mise, car les rendements sont encore extrêmement faibles sur la plupart de ces marchés.
  • Dans le segment des matières premières, la demande devrait rester solide tant que notre scénario relativement modéré concernant les taux d'intérêt et le dollar américain se maintient et que la demande chinoise résiste.
  • En ce qui concerne les devises, les évolutions de l'année dernière ont abouti à une situation dans laquelle valorisation et portage se chevauchent dans le cas de plusieurs monnaies, en particulier dans les pays émergents. Les investisseurs pourraient donc dégager des rendements excédentaires en prenant des positions sur certaines monnaies des ME. Quant au dollar américain, les facteurs le soutenant et l'affaiblissant devraient plus ou moins s'équilibrer en 2019. À l'inverse, les risques menaçant le CNY laissent envisager une nouvelle dépréciation.

L’Investment Outlook 2018 et disponibles à l’adresse: https://www.credit-suisse.com/microsites/private-banking/investment-outlook/fr.html