Entreprise Press Release

Press Release

Le Credit Suisse accélère sa restructuration

Précision

Les chiffres des afflux NNA concernant la Swiss UB, IWM et APAC se réfèrent à nos projections actuelles pour l’entier du 1T16.

Tidjane Thiam, Chief Executive Officer du Credit Suisse, a déclaré:

«Notre récente performance a mis en lumière deux nouveaux défis pour le Credit Suisse:

- Notre base de coûts fixes, et
- La dimension de Global Markets dans les Amériques et en Europe.»

«Lors de la présentation de nos résultats du 4T15 le 4 février 2016, nous avons indiqué que nous développerions nos plans pour nous attaquer à ces défis. Aujourd’hui, nous présentons les résultats de notre évaluation et profitons de l’occasion pour vous communiquer des éléments sur notre performance du 1T16.»

«Depuis le mois d’octobre 2015, nous avons obtenu de bons résultats concernant la réduction de notre base de coûts fixes au sein de l’organisation et notre programme de réduction des coûts suit son rythme. Aujourd’hui, nous annonçons l’augmentation de notre objectif de réduction des coûts pour 2018, qui passe de 3,5 milliards de francs d’économies brutes à au moins 4,3 milliards de francs; notre base de coûts d’exploitation en termes absolus s’établira ainsi en dessous de 18 milliards de francs d’ici à 2018. Pour 2016, nous visons des réductions de coûts de 1,7 milliard de francs.»

«Concernant nos activités Global Markets, l’accumulation d’éléments défavorables – une base de coûts élevée et inflexible, l’exposition à des stocks non liquides de titres à revenu fixe, une activité clientèle à des niveaux historiquement bas et des conditions de marché difficiles – a conduit à des résultats financiers décevants. Dans ce contexte, nous avons pris immédiatement des mesures et réduit les positions surdimensionnées dans les activités non conformes à notre nouvelle stratégie et systématiquement diminué nos expositions. Les correctifs de valeur s’élevaient à 633 millions de dollars au 4T15 et sont inférieurs au 1T16, à 346 millions de dollars en date du 11 mars 2016. Les revenus sont restés faibles durant cette période, avec un levier opérationnel négatif.»

«Plus fondamentalement et en parallèle, nous avons réévalué notre portefeuille d’affaires dans ce nouveau contexte et sommes engagés dans une nouvelle restructuration de Global Markets.»

«La nouvelle configuration de nos activités Global Markets exigera moins de capital et permet de dégager des revenus plus stables grâce à un modèle axé sur la clientèle et reposant davantage sur les frais. Nous adaptons notre objectif d’actifs pondérés en fonction des risques de 83-85 milliards de dollars annoncé en octobre 2015 à 60 milliards de dollars et notre objectif d’endettement de 380 milliards de dollars à 290 milliards de dollars d’ici à fin 2016. À l’avenir, nos activités seront davantage alignées sur nos divisions Wealth Management et IBCM.»

«Nos divisions destinées à croître ont fait de bons progrès au 1T16 et nous avons enregistré des
afflux nets de nouveaux capitaux positifs pour APAC, IWM et Swiss UB de respectivement 3,6 milliards, 7,1 milliards et 4,5 milliards de francs depuis début 2016. Nous restons confiants quant au potentiel à long terme de croissance rentable sur nos marchés sélectionnés, ainsi que dans nos activités IBCM.»

«Notre capitalisation reste solide malgré des conditions de marché difficiles. La réduction des coûts suit son chemin et la poursuite de la restructuration de Global Markets contribuera à rendre notre capitalisation plus résistante. De plus, nous prévoyons la vente d’actifs et d’affaires pour plus de 1 milliard de francs en 2016. Nous allons également ajuster nos investissements de croissance, gardant à notre discrétion jusqu’à 1,0 milliard de francs sur le 1,5 milliard de francs de dépenses de croissance annoncées. Par ces mesures, nous prévoyons d’opérer avec un Look-through CET1 ratio entre 11% et 12% en 2016 dans des conditions difficiles1

«Nos efforts visent à permettre au Credit Suisse de générer du capital et de croître de manière rentable à moyen et long termes. Les mesures que nous prenons pour renforcer notre base de capital et réduire nos coûts d’exploitation amélioreront notre solidité et notre flexibilité à l’avenir. Nous sommes bien positionnés pour réaliser une croissance rentable sur nos marchés sélectionnés, car nos divisions géographiques – APAC, IWM et Swiss UB – sont prêtes à tirer profit avec le temps des investissements que nous réalisons et de la focalisation permanente de nos équipes.»

Accélération de la réduction des coûts:

  • Le Groupe a accéléré le rythme de la réduction des coûts au 1T16. À ce jour, nous avons annoncé la réduction de 6000 postes, dont 2800 ont déjà été supprimés depuis le début de l’année. Chaque division a contribué à la réduction des coûts et a réduit ses effectifs au cours du trimestre.
  • Aujourd’hui, nous sommes en mesure de fixer un objectif de réduction des coûts bruts de 1,7 milliard de francs pour 2016 ou de 1,4 milliard de francs sur une base nette, ce qui se traduira par une base de coûts d’exploitation de 19,8 milliards de francs en 2016.
  • Le Groupe augmente son objectif de réduction des coûts bruts pour 2018 de 3,5 milliards de francs à au moins 4,3 milliards de francs, et son objectif de réduction des coûts nets pour 2018 de 2,0 milliards de francs à au moins 3,0 milliards de francs, ce qui se traduira par une base de coûts d’exploitation en dessous de 18,0 milliards de francs d’ici à fin 2018. La base de coûts de Global Markets sera réduite et passera de 6,6 milliards de francs à fin 2015 à 5,4 milliards de francs d’ici à fin 2018.

Accélération de la restructuration de Global Markets:

  • Nous revoyons notre objectif d’actifs pondérés en fonction des risques, le faisant passer de 83-85 milliards de dollars à 60 milliards de dollars d’ici à fin 2016. L’objectif d’endettement pour 2016 a aussi été revu. Il passe de 380 milliards de dollars à 290 milliards de dollars.
  • Plusieurs actions sont en cours depuis notre Investor Day le 21 octobre 2015 afin de relever les défis que nous rencontrons dans les activités de Global Markets. La base de coûts élevée et inflexible a été accentuée par des conditions de marché volatiles et des volumes plus faibles au 4T15. Nous prenons des mesures pour diminuer la base de coûts de Global Markets en supprimant 2000 postes, ce qui permettra passer d’une base de coûts de 6,6 milliards de dollars à 5,4 milliards de dollars d’ici à 2018. De nouveaux correctifs de valeur sont attendus pour Global Markets au 1T16 (346 millions de dollars depuis le début de l’année contre 633 millions de dollars pour le 4T15), qui se traduiront par une perte pour le 1T16, quoique inférieure à celle du 4T15.
  • Nous avons réduit la taille des expositions qui ne sont pas alignées sur notre tolérance au risque. Nous avons activement géré la diminution de nos expositions héritées du passé depuis le 4T15. Dans les crédits en souffrance, nous avons réduit la taille de notre inventaire de 2,9 milliards de dollars à 2,1 milliards de dollars avec des correctifs de valeur bruts de 99 millions de dollars. Nous avons substantiellement réduit les positions en CLO américains, les ramenant de 800 millions de dollars à 300 millions de dollars, avec des correctifs de valeur bruts de 64 millions de dollars à ce jour. Au 1T16, les revenus du négoce devraient baisser de 40%-45% par rapport au 1T15.
  • Nous nous retirons d’activités qui ne sont pas en phase avec notre nouvelle stratégie. La future configuration de Global Markets comprendra des affaires d’Equities, des affaires de crédit restructurées et une plate-forme de solutions, ce qui consolidera nos capacités en matière de dérivés au niveau des produits et des marchés émergents. Nous nous retirons des affaires de crédit en souffrance, du négoce de produits titrisés européens et des financements illiquides à long terme, et nous réduisons l’allocation de capital à d’autres secteurs d’activité, notamment en consolidant les options et les liquidités FX au sein de nos opérations STS, qui font partie de Swiss UB. Equities reste un domaine essentiel de focalisation de la banque et nous continuerons à développer nos activités de premier plan dans les domaines liquidités, Prime et ECM.
  • Une fois la restructuration achevée, Global Markets réalisera de meilleurs rendements ajustés du risque grâce à un inventaire réduit et à un mix d’activités optimisé. Ses affaires devraient générer un rendement du capital réglementaire de 15% ou plus dans des conditions de marché similaires à celles de 2014. Les scénarios de perte trimestrielle maximale seront réduits d’environ 50% dans un scénario de stress.

Mesures pour assurer une capitalisation forte:

  • En termes de Look-through CET1 ratio, le Credit Suisse entend opérer dans une fourchette comprise entre 11% et 12%2 en 2016.
  • En plus de l’accélération de la réduction des coûts et de la restructuration de Global Markets, différentes mesures additionnelles – notamment la liquidation d’activités et d’actifs pour au moins 1 milliard de francs et un ciblage plus précis de nos investissements de croissance – nous aideront à protéger notre capitalisation sur des marchés difficiles.
  • L’IPO partielle de Swiss UB3 prévue pour 2017 suit son cours.

Asia Pacific (APAC)
Au 1T16, APAC a continué à enregistrer une bonne performance à Private Banking, avec un afflux net de nouveaux capitaux de 3,6 milliards de francs depuis le début de l’année, affichant une croissance et un dynamisme stables à Private Banking. Le recrutement de Relationship Managers reste positif, la plate-forme attirant des talents de la région. La collaboration étroite entre Private Banking et Investment Banking continue d’être une source de solidité pour notre division APAC. Les revenus d’Investment Banking sont en baisse au 1T16 jusqu’à aujourd’hui si on les compare aux chiffres exceptionnels du 1T15, et sont stables par rapport à la même période de 2014. Les affaires gardent le cap.

Swiss Universal Bank (Swiss UB)

Notre Swiss UB a bien performé depuis le début de l’année et nous nous attendons à un bénéfice avant impôts robuste au 1T16.

Private Banking a généré un afflux net de nouveaux capitaux positif de 4,5 milliards de francs depuis le début de l’année. La pénétration des mandats a bien progressé.

Les réductions de coûts pour la division depuis le début de l’année sont encourageantes.

L’IPO partielle (20-30%) de Swiss UB4 en 2017 suit son cours dans la mesure où les conditions de marché le permettent. En janvier 2016, la demande de licence bancaire a été déposée pour Credit Suisse (Schweiz) AG et l’entité juridique devrait être opérationnelle dans le courant du 3T16.

International Wealth Management (IWM)
IWM se concentre sur une croissance des affaires qui soit orientée sur la compliance. Nous avons annoncé le lancement d’une joint venture avec Palantir, adoptant une approche technologique et innovante en matière de compliance et de risque opérationnel, après le succès que nous avons connu dans l’amélioration de notre compliance à Investment Banking en travaillant en étroite collaboration avec Palantir.

IWM fait état de revenus robustes depuis le début de l’année dans les affaires Private Banking, du fait d’un très bon résultat des opérations d’intérêt et d’un fort afflux net de nouveaux capitaux de 7,1 milliards de francs depuis début 2016. De plus, la pénétration des prêts parmi les clients clés a progressé, avec des revenus sur transactions progressant bien sur le trimestre.

La division continue à progresser dans le recrutement de Relationship Managers.

Investment Banking and Capital Markets (IBCM)

Depuis le début de l’année, les revenus du Credit Suisse dans le domaine des fusions et acquisitions ont plus que doublé par comparaison avec la même période de 2015. Nous accroissons nos affaires avec les entreprises investment grade, qui représentent une part plus importante des commissions du secteur. La performance au 1T16 a cependant été affectée par une baisse de l’activité d’émission sur les marchés primaires. Les niveaux d’émission de la branche sont inférieurs dans ECM de 58% depuis le début 2016 par rapport à la même période en 2015 et le leverage finance est inférieur de 74%.

Les affaires IBCM ont contribué à un certain nombre de gains sur transactions notables à APAC pendant le trimestre, avec une collaboration mondiale étroite entre les équipes de la division. IBCM continue à procéder à des recrutements stratégiques de talents seniors et dispose d’un très bon pipeline pour le reste de l’année 2016.

Strategic Resolution Unit (SRU)
La SRU  se révèle une solution efficace pour la gestion des actifs abandonnés, séparément des affaires courantes. Nous prévoyons une baisse des coûts de 2,3 milliards de francs en 2015 à 1,6 milliard de francs en 2016 et à 1 milliard de francs en 2017. Nous anticipons une diminution des actifs pondérés en fonction des risques de 62 milliards de francs en 2015 à 45 milliards de francs d’ici à 2016 et 37 milliards de francs d’ici à 2017. Abstraction faite du risque opérationnel, ceci représentera une diminution de 60% sur la période.

Nous transférerons 10 milliards de dollars d’actifs pondérés en fonction des risques de Global Markets en lien avec les actions que nous avons annoncées aujourd’hui.

*.*.*

Nos affaires wealth management sous-jacentes ont enregistré une forte performance depuis le début de l’année et continuent de délivrer une croissance rentable pour le Groupe. Nous accélérons nos efforts en vue de réduire notre base de coûts fixes et de rendre ainsi nos bénéfices plus robustes. Nous prenons des mesures pour optimiser les activités de Global Markets en réduisant leur consommation de capital et en diminuant la volatilité de leurs profits à l’avenir.

Le Credit Suisse sortira nettement plus fort de cette série d’actions en 2017. Le Groupe opérera avec une base de coûts allégée. En outre, notre division Global Markets sera plus focalisée et ses risques réduits, et nos divisions APAC, IWM et Swiss UB seront bien positionnées pour enregistrer une croissance rentable suite aux investissements consentis en 2015 et en 2016.

Conférence téléphonique pour les analystes et questions-réponses pour les médias

Orateurs 
Tidjane Thiam, Chief Executive Officer of Credit Suisse Group
Timothy O’Hara, Chief Executive Officer of Global Markets
David Mathers, Chief Financial Officer of Credit Suisse Group

La présentation sera effectuée en anglais.

Conférence téléphonique pour les analystes
Début: 09h00 HEC / 08h00 GMT / 03h00 HNE
Fin: 10h25 HEC / 09h25 GMT / 04h25 HNE

Telephone Suisse: +41 44 580 40 01
Europe: +44 1452 565 510
États-Unis: +1 866 389 9771
Référence: «Credit Suisse Group Conference Call»; ID de la conférence «71660156»

 Webcast
Une transmission en direct sur Internet est disponible.

Nous vous recommandons de vous connecter au Webcast et de rejoindre la conférence téléphonique environ dix minutes avant le début des présentations.

Documentation
Les pages de présentation seront disponibles dès 06h30 HEC / 05h30 GMT / 00h30 HNE environ.

Informations pour les médias
Les représentants des médias pourront suivre la conférence pour les analystes par téléphone. Ils auront ensuite l’opportunité de participer à une session de questions-réponses séparée destinée aux médias après la conférence pour les analystes.
À noter: à l’issue de la conférence pour les analystes, les journalistes sont priés de rejoindre la conférence téléphonique séparée pour les médias.

Questions-réponses pour les médias
Début: 10h30 HEC / 09h30 GMT / 04h30 HNE
Fin: 10h55 HEC / 09h55 GMT / 04h55 HNE

Téléphone Suisse: +41 44 580 40 01
Europe: +44 1452 565 510
États-Unis: +1 866 389 9771
Référence: «Credit Suisse Group Conference Call»; ID de la conférence «75423630» 


Rediffusions Un enregistrement vidéo du Webcast sera disponible environ deux heures après l’événement.
Un enregistrement audio de la conférence téléphonique sera disponible environ deux heures après l’événement aux numéros +41 44 580 34 56 (Suisse), +44 1452 550 000 (Europe) et +1 866 247 4222 (États-Unis), ID de la conférence: 71660156#

Conférence téléphonique pour les médias Un enregistrement audio de la conférence téléphonique sera disponible environ deux heures après l’événement aux numéros +41 44 580 34 56 (Suisse), +44 1452 550 000 (Europe) et +1 866 247 4222 (États-Unis), ID de la conférence: 75423630#

1 Sans tenir compte des provisions pour les charges importantes pour litiges.
2 Sans tenir compte des provisions pour les charges importantes pour litiges.
3 Credit Suisse (Schweiz) AG
4 Credit Suisse (Schweiz) AG