Entreprise Press Release

Press Release

Indicateur export des PME: 2e trimestre 2014 optimiste malgré des revers en Asie

La demande étrangère de produits suisses est en léger recul par rapport au dernier trimestre. Les perspectives export sur les marchés asiatiques, notamment, se sont assombries. Pourtant, l’optimisme des PME helvétiques reste intact. Les exportateurs ne s’étaient plus montrés aussi confiants depuis l’été 2011, et toutes les branches d’activité tablent sur une hausse des exportations. La croissance aux USA et en Grande-Bretagne, et la reprise dans la zone euro émettent des signaux positifs en direction des exportateurs. Tels sont les principales tendances qui se dégagent du dernier Indicateur export des PME du Credit Suisse et de Switzerland Global Enterprise.

Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de produits suisses, indique 1,17 (contre 1,36 au trimestre précédent), freinant ainsi légèrement la tendance à la hausse que l’on observe depuis 18 mois. Il n’empêche que les opérateurs tablent toujours sur une hausse de leurs exportations et que leur pronostic se maintient au-dessus du seuil de croissance et de la moyenne à long terme, située aux alentours de 1.

Comme l’attestent les perspectives export des PME établies par Switzerland Global Enterprise (S GE), l’optimisme des PME suisses est intact. Actuellement, les perspectives export des PME atteignent 69,5 points, soit le maximum enregistré depuis le 2e trimestre 2011. Cette valeur est calculée à partir du climat export auquel s’attendent les PME pour le 2e trimestre 2014 et sur la base des exportations effectivement réalisées au 1er trimestre. L’indice s’échelonne de 0 à 100 et les valeurs supérieures à 50 indiquent des exportations en hausse. 53% des PME tablent sur une croissance de leurs exportations au prochain trimestre, contre 42% seulement au trimestre précédent, 41% s’attendent à une stagnation de leurs ventes étrangères, contre 47% au début du 1er trimestre 2014. Et elles ne sont plus que 6% à craindre une baisse de leurs performances à l’export, contre 11% au trimestre précédent.

Confiance de rigueur dans tous les secteurs
Selon les perspectives export des PME de S-GE, toutes les branches se disent optimistes pour le prochain trimestre. Et ce sont les entreprises de la branche des machines, de l’électronique et des services qui sont les plus enjouées.

Interrogées sur les raisons les motivant à tabler sur une augmentation, 50% des PME invoquent un marketing renforcé, ainsi que l’innovation produit (plusieurs réponses étant possibles). L’intensification des actions de marketing est une mesure privilégiée dans les services, ainsi que dans la chimie/pharma. Les branches de l’électrotechnique, de la construction mécanique et des biens de consommation, elles, visent plutôt l’innovation produit. Le segment des petites et moyennes entreprises de grande taille (employant de 50 à 249 collaborateurs) mise plutôt sur l’innovation produit, tandis que les PME plus petites préfèrent renforcer le marketing.

Déboires sur les marchés asiatiques
D’après le baromètre des exportations du Credit Suisse, les perspectives à l’export sur les marchés asiatiques se sont assombries. C’est en particulier le recul de la production en Chine qui met à mal les perspectives commerciales en Suisse. En revanche, d’importants rebonds de croissance à l’export sont attendus en provenance de Grande-Bretagne et des Etats-Unis. La reprise gagne du terrain dans la zone euro. Globalement, l’export à destination des pays voisins jouit des perspectives les plus favorables depuis trois ans. Et c’est encore une fois en Allemagne que les ventes devraient être les plus dynamiques.

Le bémol relevé sur les marchés d’Asie apparaît aussi dans les perspectives export de S-GE: la proportion de PME prévoyant d’exporter en Asie a baissé, passant de 58% au trimestre précédent à 51% aujourd’hui. L’Inde est moins convoitée: il n’y a plus que 19% des entreprises qui ont l’intention d’y exporter, contre 26% il y a trois mois. Il en va de même pour la Chine où seules 31% d’entreprises veulent encore y vendre, contre 35% il y a trois mois. Les intentions d’exporter au Japon ont aussi reculé de 23 à 22%. L’Europe reste clairement la destination-phare: 91% des entreprises comptent y exporter des biens ou des services, contre 92% précédemment. Le premier marché export est l’Allemagne, avec 77% d’intentions d’exporter (75% il y a trois mois). Viennent ensuite la France avec 52% (54%), puis l’Autriche avec 46% (47%) et l’Italie avec 40% (41%). Quant à l’Amérique du Nord, 44% des PME comptent y exporter ces six prochains mois (44%), 25% visent le Proche-Orient et l’Afrique (32%) et 21% l’Amérique du Sud (22%).

Pas d’inflation en perspective en 2014
Les PME interrogées dans le cadre des perspectives export tablent à nouveau sur une inflation nulle ou quasi-nulle en Suisse en 2014. Seules 5% d’entre elles s’attendent à une inflation négative et 45% pensent que le taux sera proche de 0%. 38% tablent sur une inflation comprise en 0 et 0,5% et 12% sur un taux de renchérissement un peu plus élevé.


Baromètre des exportations du Credit Suisse: méthodologie
Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. Le seuil de croissance est égal à 0. La croissance moyenne à long terme (presque 5%) correspond à la valeur +1.

Informations complémentaires: Credit Suisse (2009), «Commerce extérieur suisse – faits et tendances», Swiss Issues Branches, www.credit-suisse.com/research

Perspectives des PME de Switzerland Global Enterprise: méthodologie
Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe de plus de 200 PME suisses. Elles sont issues des branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services. Les PME ont juste à indiquer si elles tablent pour le trimestre en cours et le trimestre à venir sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations. Pour donner son caractère prospectif à l’indicateur, le facteur «exportations attendues» pour le trimestre à venir est pondéré à 60%, tandis que les «exportations réelles» du trimestre en cours pèsent 40%. Les perspectives export des PME donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations. Les entreprises doivent livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME KMU.