Entreprise Press Release

Press Release

Résultats du Credit Suisse Group au 3T13:

Les résultats du Credit Suisse Group au 3T13 reflètent la rentabilité robuste de Private Banking & Wealth Management, les revenus soutenus dans le domaine des actions et la poursuite des progrès dans les mesures de coûts et de capital, des résultats qui ont atténué l’impact de la baisse des affaires clientèle dans le domaine des titres à revenu fixe

Résultats du 3T13:
- Sur une base ajustée*: bénéfice avant impôts (résultats de base) de 930 millions de francs, bénéfice net distribuable aux actionnaires de 698 millions de francs et rendement des fonds propres de 7%
- Sur une base déclarée: bénéfice avant impôts (résultats de base) de 685 millions de francs, bénéfice net distribuable aux actionnaires de 454 millions de francs et rendement des fonds propres de 4%

Résultats des neuf premiers mois de 2013 (9M13):
- Sur une base ajustée*: bénéfice avant impôts (résultats de base) de 4473 millions de francs, en hausse par rapport aux 3797 millions de francs des 9M12; bénéfice net distribuable aux actionnaires de 3201 millions de francs et rendement des fonds propres de 11%
- Sur une base déclarée: bénéfice avant impôts (résultats de base) de 4017 millions de francs, bénéfice net distribuable aux actionnaires de 2802 millions de francs et rendement des fonds propres de 9%

Poursuite de la réalisation du plan de capital, nouvelle réduction de l'exposition à l'endettement avec, à la fin du 3T13:
- Amélioration du ratio des fonds propres de base futur selon les exigences suisses (Look-through Swiss Core Capital Ratio) à 11,4%; le Look-through Basel III CET1 ratio a augmenté à 10,2%; ratio futur (look-through) de fonds propres CET1 plus un capital à seuil de déclenchement élevé de 13,2% sur une base adaptée, satisfaisant les exigences suisses de 13% fixées pour 2019; les ratios incluent une charge pour la reprise du paiement d’un dividende en espèces aux 9M13
- Réduction de l'exposition à l'endettement selon les normes suisses de 16% depuis le 3T12, à 1184 milliards de francs, dépassant l’objectif fixé pour fin 2013; le Look-through Swiss Total Capital leverage ratio s’est amélioré et a atteint 3,5% sur une base adaptée

Résultats du 3T13 par division:
- Private Banking & Wealth Management: bénéfice avant impôts déclaré de 1018 millions de francs; amélioration de la rentabilité, les progrès réalisés dans la gestion des coûts ayant compensé l'impact continu des faibles taux d'intérêt et le ralentissement saisonnier de l’activité liée aux transactions; afflux net de nouveaux capitaux de 8,1 milliards de francs, avec de forts afflux dans les produits Asset Management à marge élevée, sur les marchés émergents et dans le segment de clientèle Ultra-High Net Worth Individuals
- Investment Banking: bénéfice avant impôts de 229 millions de francs; la forte performance du domaine des actions, reflétant le maintien de notre position de leader sur le marché, a été plus que neutralisée par les conditions difficiles du marché des titres à revenu fixe; discipline poursuivie en matière de capital et de dépenses, avec des actifs pondérés en fonction des risques (RWA) conformément à Bâle III en baisse de 31 milliards de dollars par rapport au 3T12; baisse des dépenses totales de 14% par rapport au 3T12; bénéfice avant impôts aux 9M13 de 2283 millions de francs, soit une progression de 34% par rapport aux 9M12; rendement robuste des fonds propres alloués selon Bâle III après impôts de 13% aux 9M13, contre 9% aux 9M12

Etablissement d'une unité non stratégique au sein de chaque division afin de transférer des ressources de façon à mettre l’accent sur la croissance dans les activités à haut rendement:
- Nouvelle accélération de la réduction du capital et des coûts actuellement liés à des actifs non stratégiques
- Séparation claire des opérations non stratégiques afin de libérer du temps de gestion pour se focaliser sur les affaires en cours et sur les initiatives de croissance
- Rééquilibrage important du capital afin de réduire le pourcentage d’actifs pondérés en fonction des risques détenu par IB à environ 50% du total du Groupe et de libérer du capital pour la croissance future au sein de PB&WM; objectif d’actifs pondérés en fonction des risques à long terme du Groupe révisé et porté à environ 250 milliards de francs, sur une base future (look-through) et neutre en termes d’effets de change
- L’unité non stratégique d’IB inclura les activités de liquidation existantes liées aux affaires de titres à revenu fixe ainsi que l’impact de la restructuration significative des affaires de taux et des frais de litiges liés à des affaires héritées du passé
- Etablissement d'une fonction similaire au sein de PB&WM afin d’inclure la restructuration de l’ancienne division AM, des frais de liquidation et des frais de litige pour des affaires transfrontalières héritées du passé, principalement des Etats-Unis, et l’initiative petits marchés

Progrès réalisés dans les initiatives de réduction des coûts:
- Achèvement des réductions de coûts annualisées de 3,0 milliards de francs aux 9M13, ce qui place la banque en bonne voie pour atteindre l’objectif de réduction des coûts de plus de 4,5 milliards de francs d’ici à fin 2015, par rapport au taux de frais annualisé adapté* des six premiers mois de 2011 (6M11). L’objectif de réduction des coûts a été relevé par rapport à son niveau précédent de 4,4 milliards de francs

Le Credit Suisse Group publie les résultats du troisième trimestre 2013 et des neufs premiers mois de 2013.

Brady W. Dougan, Chief Executive Officer, a déclaré: «Au troisième trimestre 2013, la poursuite de notre contrôle strict des coûts et de notre gestion efficace du capital a atténué l’impact des conditions de marché difficiles, caractérisées par de faibles niveaux des affaires clientèle dans beaucoup de nos segments.»

Il a ajouté: «Au cours des deux dernières années, nous avons pris des mesures importantes pour développer notre modèle commercial conformément au marché et à l'environnement réglementaire en mutation. Depuis janvier 2013, nous opérons dans le cadre réglementaire de Bâle III. Durant le troisième trimestre, nous avons continué d'améliorer notre ratio des fonds propres de base futur (Look-through Swiss Core Capital Ratio), qui est passé de 10,4% à 11,4%, et avons diminué notre exposition à l'endettement selon les normes suisses de 74 milliards de francs, la portant à 1184 milliards de francs. A la fin du troisième trimestre, nous avons atteint les exigences de fonds propres CET1 plus une réserve de capital à seuil de déclenchement élevé de 13% applicables en 2019, en affichant 13,2% sur une base future (look-through) et adaptée.»

Il a encore ajouté: «Afin de nous assurer que nous continuons à progresser dans cette direction et générons de la croissance dans les activités à fort rendement, en particulier au sein de Private Banking & Wealth Management, nous accélérons notre stratégie de liquidation existante et optimisons la qualité des informations que nous donnons en créant une unité non stratégique dans chacune de nos deux divisions. La séparation claire des unités non stratégiques libérera du temps de gestion et des ressources pour nous focaliser sur nos affaires en cours et sur nos initiatives de croissance. De nouvelles réductions de l’endettement et des actifs pondérés en fonction des risques libéreront du capital pour la croissance future de Private Banking & Wealth Management et fourniront un soutien supplémentaire pour réaliser notre objectif de redistribution importante du capital à nos actionnaires. Il s’agit là d’une étape essentielle pour parvenir à une allocation de fonds propres plus équilibrée entre nos divisions.»

A propos des résultats de la division Private Banking & Wealth Management, il a déclaré: «Alors que nous réalisons de bons progrès concernant nos objectifs de réduction de coûts annoncés précédemment, nos résultats ont été affectés par un environnement de taux toujours bas et des affaires clientèle faibles. Nous avons continué d’assister à un fort afflux net de nouveaux capitaux de 8,1 milliards de francs durant le trimestre. Cet afflux résulte des produits d'Asset Management à marge élevée et de nos activités dans les domaines des marchés émergents et de la clientèle Ultra-High Net Worth Individuals, et a été partiellement neutralisé par des sorties dans les activités transfrontalières en Europe de l'Ouest. Tandis que nous recentrons notre empreinte régionale dans certains marchés de taille plus petite, nous réaffectons des ressources aux secteurs en croissance. En particulier, nous comptons accroître notre présence sur des marchés émergents clés en Asie et en Amérique latine, mais aussi dans certaines régions du Moyen-Orient et d'Europe de l'Est et nous attacherons à renforcer notre part de marché dans le segment de clientèle Ultra-High Net Worth Individuals. Nous investirons également dans le développement de notre interface clientèle numérique, afin d’intégrer une plus large gamme de produits, des analytiques de portefeuilles, des services de recherches et de transactions, en particulier en Asie. Dans le même temps, nous restons positionnés pour bénéficier d'une consolidation attendue du marché.»

Commentant les résultats de la division Investment Banking, il a ajouté: «A Investment Banking, notre forte performance dans les domaines des actions et du montage de prêts ainsi que la poursuite de notre discipline en matière de coûts et de capital ont atténué l’impact des conditions difficiles du marché des titres à revenu fixe. Au cours du trimestre sous revue, les rémunérations et indemnités ont baissé de 24% par rapport au troisième trimestre 2012. Les charges d’exploitation totales ont baissé de 14% par rapport au même trimestre de l’année précédente et nous avons, en plus, constitué des provisions supplémentaires de 128 millions de francs pour certains litiges au troisième trimestre 2013. Depuis le troisième trimestre 2012, nous avons continué de diminuer les actifs pondérés en fonction des risques de 31 milliards de dollars à 169 milliards de dollars, dépassant notre objectif pour fin 2013 avant la date prévue. Pour les neuf premiers mois, le rendement après impôts des fonds propres alloués selon Bâle III d'Investment Banking était de 13%, contre 9% pour la même période de l'an passé, en raison d'une réorientation permanente du capital vers les activités à grandes parts de marché et celles à rendements élevés ainsi que d'une efficacité accrue en termes de coûts. Dans le cadre de cette réorientation, nous restructurons et simplifions nos affaires de taux afin d'augmenter les rendements, de nous adapter à l'environnement réglementaire en mutation et d’anticiper l’évolution de la structure du marché.»

Au 3T13, Private Banking & Wealth Management a enregistré des produits nets de 3320 millions de francs et un bénéfice avant impôts de 1018 millions de francs.
- Les produits nets ont été stables par rapport au 3T12, les gains provenant de ventes stratégiques ayant été neutralisés par une baisse du résultat net des opérations d'intérêts
- Private Banking & Wealth Management affiche un afflux net de nouveaux capitaux de 8,1 milliards de francs au 3T13, avec des contributions toujours soutenues des produits Asset Management à marge élevée, des marchés émergents et du segment de clientèle Ultra-High Net Worth Individuals, qui ont été partiellement neutralisées par des sorties de capitaux transfrontalières en Europe de l'Ouest
- De bons progrès ont été enregistrés concernant la réalisation de l'objectif de réduction des coûts annoncé précédemment de 950 millions de francs d'ici à fin 2015 par rapport au taux de frais annualisé adapté* des 6M11, avec une réduction effective du taux de frais de 350 millions de francs à la fin du 3T13, en progression par rapport aux 200 millions de francs à la fin du 2T13
- Ratio coûts/revenus de 68%, en amélioration par rapport aux 69% du 2T13, abstraction faite de la charge liée à l’accord sur l'imposition à la source avec le Royaume-Uni
- La marge brute de Wealth Management Clients s'est établie à 105 points de base, soit une baisse par rapport aux 110 points de base du 3T12 qui s'explique par la poursuite de l'impact défavorable de l'environnement de taux bas
- Rendement robuste des fonds propres alloués selon Bâle III après impôts de 26% aux 9M13, en raison d’une amélioration des coûts et de revenus stables

Investment Banking a enregistré des produits nets de 2552 millions de francs et un bénéfice avant impôts de 229 millions de francs au 3T13
- Les produits nets ont enregistré un recul par rapport au 3T12, ce qui reflète la vigueur persistante de nos affaires liées aux actions et la robustesse de notre activité de montage de prêts, plus que neutralisés par des conditions de marché difficiles, notamment dans le segment des titres à revenu fixe
- Accent toujours mis sur l'efficience des coûts, avec une baisse de 14% des dépenses totales par rapport au 3T12; provisions supplémentaires de 128 millions de francs constituées pour certains litiges
- Amélioration significative de l’efficience du capital, avec des actifs pondérés en fonction des risques en baisse de 31 milliards de dollars par rapport au 3T12 et s’établissant à 169 milliards de dollars
- Le rendement des fonds propres alloués selon Bâle III après impôts des 9M13 a été robuste, s'élevant à 13%, contre 9% aux 9M12

Création d'unités non stratégiques au sein des divisions
Aujourd’hui, le Credit Suisse a annoncé qu’il crée une unité non stratégique au sein de chacune de ses deux divisions, afin d’accélérer les réductions de capital et de coûts associées aux activités non stratégiques et de transférer des ressources afin de mettre l’accent sur nos affaires en cours et nos initiatives de croissance. Lesdites unités auront un management séparé au sein de chaque division et apparaîtront pour la première fois dans les rapports du Credit Suisse du 4T13.

A Investment Banking, le Credit Suisse transfère dans l’unité non stratégique son portefeuille de liquidation existant relatif aux affaires de titres à revenu fixe, des parties des affaires de taux restructurées, principalement des instruments de capital hérités du passé qui ne sont pas conformes à Bâle III et des positions structurées exigeantes en capital, certains frais de litiges liés à des affaires héritées du passé et d’autres petites positions non stratégiques.
A Private Banking & Wealth Management, le Credit Suisse établit une fonction similaire afin d’inclure des positions relatives à la restructuration de l’ancienne division Asset Management. L’unité non stratégique comprendra aussi des opérations relatives à une initiative petits marchés, des frais de liquidation et des frais de litiges liés à des affaires transfrontalières héritées du passé, principalement des Etats-Unis, ainsi que l’impact de la restructuration des activités onshore en Allemagne.

Le Credit Suisse a décidé de conserver ces unités non stratégiques au sein des divisions plutôt que d’établir une unité non stratégique séparée, de façon à bénéficier de l'expertise du Senior Management. Les résultats seront présentés séparément au sein des résultats des divisions pour une transparence accrue, et il est prévu de définir la gouvernance de sorte à accélérer les réductions de positions et de dépenses. En conséquence, le Credit Suisse s’attend à ce que l’établissement de ces unités non stratégiques amène davantage de réductions dans l’endettement et dans les actifs pondérés en fonction des risques. Elle devrait également libérer du capital pour la croissance future de Private Banking & Wealth Management et permettre de redistribuer du capital aux actionnaires. Le Credit Suisse estime qu’il s’agit là d’une étape essentielle pour parvenir à une allocation de fonds propres plus équilibrée entre ses deux divisions.

Changements structurels dans les affaires de taux
Le Credit Suisse restructure et simplifie ses affaires de taux afin d'augmenter les rendements. Les développements récents tels que l’attention réglementaire accrue portée sur l'endettement et sur l'évolution de la structure du marché vers le négoce électronique nous incitent à la prudence et donc à une adaptation de notre modèle commercial en matière de taux. Dans les produits de trésorerie, le Credit Suisse se concentre sur un négoce électronique à volume élevé et à forte liquidité. Dans les produits dérivés, il fait évoluer son modèle commercial vers des produits simplifiés et compensés (cleared), tout en veillant à répondre aux besoins de la clientèle financière et entreprises dans ses affaires de taux. Cette restructuration devrait libérer des ressources importantes et se traduira par une réduction de 60 milliards de dollars de l’exposition à l’endettement selon les normes suisses et de 7 milliards de dollars des actifs pondérés en fonction des risques.

Information actualisée sur les réductions de coûts
A la fin du 3T13, le Credit Suisse a réalisé 3,0 milliards de francs de réductions des coûts par rapport au taux de frais annualisé adapté* des 6M11. Il met aujourd’hui à jour son objectif de réduction totale du taux de frais pour fin 2015, le faisant passer de 4,4 milliards de francs précédemment à plus de 4,5 milliards de francs désormais, ce qui reflète l’impact du plan d’unités non stratégiques. Au 3T13, les coûts pour le réalignement des activités, comptabilisés au sein du Corporate Center, se sont élevés à 38 millions de francs.

Fonds propres et financement
A la fin du 3T13, le ratio d’endettement du Credit Suisse selon les normes suisses (Look-through Swiss Core Capital ratio) s'est établi à 11,4%. Le calcul de ce ratio comprend une charge au prorata pour la reprise du paiement d’un dividende en espèces pour ce qui concerne l’exercice 2013. A la fin du 3T13, le Credit Suisse a déclaré un Look-through Basel III common equity tier (CET1) ratio de 10,2%, en progression par rapport aux 9,3% du 2T13. Le ratio du noyau des fonds propres de base selon Bâle III (CET1) à la fin du 3T13 était de 16,3%, en hausse de 1,0 point de pourcentage par rapport au 2T13, reflétant une réduction des actifs pondérés en fonction des risques. A la fin du 3T13, le ratio de fonds propres du Credit Suisse conformément aux exigences de fonds propres de base durs (CET1) plus un capital à seuil de déclenchement élevé se situait à 13,2% sur une base future (look-through) et adaptée, satisfaisant donc les exigences suisses de 13% applicables en 2019.
Tenant compte de l'impact de l'établissement des unités non stratégiques au sein des divisions, le Credit Suisse met à jour son objectif de réduction de l’exposition à l'endettement selon les normes suisses pour fin 2013, qui passe à 1070 milliards de francs, par rapport à l'objectif annoncé précédemment de 1190 milliards de francs. A la fin du 3T13, l'exposition à l'endettement selon les normes suisses du Credit Suisse s'élevait à 1184 milliards de francs, en baisse par rapport aux 1258 milliards de francs à la fin du 2T13. Le Look-through Swiss Total Capital leverage ratio s’est amélioré pour atteindre 3,5%, sur une base adaptée, contre 2,7% à la fin du 2T13.

Le Credit Suisse met aussi à jour son objectif futur (look-through) de réduction des actifs pondérés en fonction des risques à long terme pour fin 2015, sur une base neutre en termes d’effets de change, de 285 milliards de francs tel qu’annoncé précédemment à environ 250 milliards de francs désormais, suite à la création des unités non stratégiques au sein des divisions. A la fin du 3T13, les actifs pondérés en fonction des risques futurs (look-through) du Groupe se chiffraient à 261 milliards de francs.

Le Credit Suisse continue à gérer ses liquidités de manière conservatrice, affichant un net stable funding ratio (NSFR) estimé à long terme dépassant 100% sur la base du cadre actuel de la FINMA et des liquidités à court terme conformément à la législation suisse dépassant les exigences à la fin du 3T13.

Avantages de la banque intégrée
Au 3T13, le Credit Suisse a généré 1097 millions de francs de produits provenant des activités inter-divisions dans le cadre de la banque intégrée, ce qui correspond à 20% des produits nets du Groupe au 3T13.

Au 3T13, Private Banking & Wealth Management a enregistré des produits nets de 3320 millions de francs et un bénéfice avant impôts de 1018 millions de francs.
- Les produits nets ont été stables par rapport au 3T12, les gains provenant de ventes stratégiques ayant été neutralisés par une baisse du résultat net des opérations d'intérêts
- Private Banking & Wealth Management affiche un afflux net de nouveaux capitaux de 8,1 milliards de francs au 3T13, avec des contributions toujours soutenues des produits Asset Management à marge élevée, des marchés émergents et du segment de clientèle Ultra-High Net Worth Individuals, qui ont été partiellement neutralisées par des sorties de capitaux transfrontalières en Europe de l'Ouest
- De bons progrès ont été enregistrés concernant la réalisation de l'objectif de réduction des coûts annoncé précédemment de 950 millions de francs d'ici à fin 2015 par rapport au taux de frais annualisé adapté* des 6M11, avec une réduction effective du taux de frais de 350 millions de francs à la fin du 3T13, en progression par rapport aux 200 millions de francs à la fin du 2T13
- Ratio coûts/revenus de 68%, en amélioration par rapport aux 69% du 2T13, abstraction faite de la charge liée à l’accord sur l'imposition à la source avec le Royaume-Uni
- La marge brute de Wealth Management Clients s'est établie à 105 points de base, soit une baisse par rapport aux 110 points de base du 3T12 qui s'explique par la poursuite de l'impact défavorable de l'environnement de taux bas
- Rendement robuste des fonds propres alloués selon Bâle III après impôts de 26% aux 9M13, en raison d’une amélioration des coûts et de revenus stables

Investment Banking a enregistré des produits nets de 2552 millions de francs et un bénéfice avant impôts de 229 millions de francs au 3T13
- Les produits nets ont enregistré un recul par rapport au 3T12, ce qui reflète la vigueur persistante de nos affaires liées aux actions et la robustesse de notre activité de montage de prêts, plus que neutralisés par des conditions de marché difficiles, notamment dans le segment des titres à revenu fixe
- Accent toujours mis sur l'efficience des coûts, avec une baisse de 14% des dépenses totales par rapport au 3T12; provisions supplémentaires de 128 millions de francs constituées pour certains litiges
- Amélioration significative de l’efficience du capital, avec des actifs pondérés en fonction des risques en baisse de 31 milliards de dollars par rapport au 3T12 et s’établissant à 169 milliards de dollars
- Le rendement des fonds propres alloués selon Bâle III après impôts des 9M13 a été robuste, s'élevant à 13%, contre 9% aux 9M12
Création d'unités non stratégiques au sein des divisions
Aujourd’hui, le Credit Suisse a annoncé qu’il crée une unité non stratégique au sein de chacune de ses deux divisions, afin d’accélérer les réductions de capital et de coûts associées aux activités non stratégiques et de transférer des ressources afin de mettre l’accent sur nos affaires en cours et nos initiatives de croissance. Lesdites unités auront un management séparé au sein de chaque division et apparaîtront pour la première fois dans les rapports du Credit Suisse du 4T13.

A Investment Banking, le Credit Suisse transfère dans l’unité non stratégique son portefeuille de liquidation existant relatif aux affaires de titres à revenu fixe, des parties des affaires de taux restructurées, principalement des instruments de capital hérités du passé qui ne sont pas conformes à Bâle III et des positions structurées exigeantes en capital, certains frais de litiges liés à des affaires héritées du passé et d’autres petites positions non stratégiques.
A Private Banking & Wealth Management, le Credit Suisse établit une fonction similaire afin d’inclure des positions relatives à la restructuration de l’ancienne division Asset Management. L’unité non stratégique comprendra aussi des opérations relatives à une initiative petits marchés, des frais de liquidation et des frais de litiges liés à des affaires transfrontalières héritées du passé, principalement des Etats-Unis, ainsi que l’impact de la restructuration des activités onshore en Allemagne.

Le Credit Suisse a décidé de conserver ces unités non stratégiques au sein des divisions plutôt que d’établir une unité non stratégique séparée, de façon à bénéficier de l'expertise du Senior Management. Les résultats seront présentés séparément au sein des résultats des divisions pour une transparence accrue, et il est prévu de définir la gouvernance de sorte à accélérer les réductions de positions et de dépenses. En conséquence, le Credit Suisse s’attend à ce que l’établissement de ces unités non stratégiques amène davantage de réductions dans l’endettement et dans les actifs pondérés en fonction des risques. Elle devrait également libérer du capital pour la croissance future de Private Banking & Wealth Management et permettre de redistribuer du capital aux actionnaires. Le Credit Suisse estime qu’il s’agit là d’une étape essentielle pour parvenir à une allocation de fonds propres plus équilibrée entre ses deux divisions.

Changements structurels dans les affaires de taux
Le Credit Suisse restructure et simplifie ses affaires de taux afin d'augmenter les rendements. Les développements récents tels que l’attention réglementaire accrue portée sur l'endettement et sur l'évolution de la structure du marché vers le négoce électronique nous incitent à la prudence et donc à une adaptation de notre modèle commercial en matière de taux. Dans les produits de trésorerie, le Credit Suisse se concentre sur un négoce électronique à volume élevé et à forte liquidité. Dans les produits dérivés, il fait évoluer son modèle commercial vers des produits simplifiés et compensés (cleared), tout en veillant à répondre aux besoins de la clientèle financière et entreprises dans ses affaires de taux. Cette restructuration devrait libérer des ressources importantes et se traduira par une réduction de 60 milliards de dollars de l’exposition à l’endettement selon les normes suisses et de 7 milliards de dollars des actifs pondérés en fonction des risques.

Information actualisée sur les réductions de coûts
A la fin du 3T13, le Credit Suisse a réalisé 3,0 milliards de francs de réductions des coûts par rapport au taux de frais annualisé adapté* des 6M11. Il met aujourd’hui à jour son objectif de réduction totale du taux de frais pour fin 2015, le faisant passer de 4,4 milliards de francs précédemment à plus de 4,5 milliards de francs désormais, ce qui reflète l’impact du plan d’unités non stratégiques. Au 3T13, les coûts pour le réalignement des activités, comptabilisés au sein du Corporate Center, se sont élevés à 38 millions de francs.

Fonds propres et financement
A la fin du 3T13, le ratio d’endettement du Credit Suisse selon les normes suisses (Look-through Swiss Core Capital ratio) s'est établi à 11,4%. Le calcul de ce ratio comprend une charge au prorata pour la reprise du paiement d’un dividende en espèces pour ce qui concerne l’exercice 2013. A la fin du 3T13, le Credit Suisse a déclaré un Look-through Basel III common equity tier (CET1) ratio de 10,2%, en progression par rapport aux 9,3% du 2T13. Le ratio du noyau des fonds propres de base selon Bâle III (CET1) à la fin du 3T13 était de 16,3%, en hausse de 1,0 point de pourcentage par rapport au 2T13, reflétant une réduction des actifs pondérés en fonction des risques. A la fin du 3T13, le ratio de fonds propres du Credit Suisse conformément aux exigences de fonds propres de base durs (CET1) plus un capital à seuil de déclenchement élevé se situait à 13,2% sur une base future (look-through) et adaptée, satisfaisant donc les exigences suisses de 13% applicables en 2019.
Tenant compte de l'impact de l'établissement des unités non stratégiques au sein des divisions, le Credit Suisse met à jour son objectif de réduction de l’exposition à l'endettement selon les normes suisses pour fin 2013, qui passe à 1070 milliards de francs, par rapport à l'objectif annoncé précédemment de 1190 milliards de francs. A la fin du 3T13, l'exposition à l'endettement selon les normes suisses du Credit Suisse s'élevait à 1184 milliards de francs, en baisse par rapport aux 1258 milliards de francs à la fin du 2T13. Le Look-through Swiss Total Capital leverage ratio s’est amélioré pour atteindre 3,5%, sur une base adaptée, contre 2,7% à la fin du 2T13.

Le Credit Suisse met aussi à jour son objectif futur (look-through) de réduction des actifs pondérés en fonction des risques à long terme pour fin 2015, sur une base neutre en termes d’effets de change, de 285 milliards de francs tel qu’annoncé précédemment à environ 250 milliards de francs désormais, suite à la création des unités non stratégiques au sein des divisions. A la fin du 3T13, les actifs pondérés en fonction des risques futurs (look-through) du Groupe se chiffraient à 261 milliards de francs.

Le Credit Suisse continue à gérer ses liquidités de manière conservatrice, affichant un net stable funding ratio (NSFR) estimé à long terme dépassant 100% sur la base du cadre actuel de la FINMA et des liquidités à court terme conformément à la législation suisse dépassant les exigences à la fin du 3T13.

Avantages de la banque intégrée
Au 3T13, le Credit Suisse a généré 1097 millions de francs de produits provenant des activités inter-divisions dans le cadre de la banque intégrée, ce qui correspond à 20% des produits nets du Groupe au 3T13.