Entreprise Press Release

Press Release

Indicateur export des PME au 4e trimestre 2011: le climat export plombé par l’évolution incertaine de la conjoncture et la cherté du franc

L’évolution incertaine de la conjoncture à l’étranger et la surévaluation du franc font régner la morosité parmi les PME suisses quant à leurs perspectives export. Si les signaux de la croissance des exportations étaient au vert jusqu’ici, ils indiquent clairement aujourd’hui un ralentissement, voire une stagnation pour le 4e trimestre 2011. La grande majorité des PME voient leurs marges fondre. Voilà en substance ce que révèle l’Indicateur export des PME du Credit Suisse et de l’Osec.

La cherté du franc continue de mener la vie dure aux PME suisses: près des trois quarts (73%) des entreprises interrogées par l’Osec pour établir ses Perspectives export tablent sur un ralentissement de leurs ventes à l’export au 4e trimestre en raison de la cherté du franc. Au trimestre précédent, elles étaient moins nombreuses (67%; 2e trimestre: 55%) à redouter cette baisse. Les branches les plus touchées sont la métallurgie, où 86% des entreprises craignent un impact négatif du franc fort sur leurs ventes étrangères, l’industrie de précision (81%) et la construction mécanique (82%). Les entreprises du tertiaire (56%) sont dans l’ensemble plus optimistes.

Sur le front des bénéfices, 83% des PME interrogées indiquent que le franc fort fait fondre leurs marges, la situation s’est aussi dégradée depuis le trimestre précédent (78%). La pres-sion sur les marges est particulièrement forte dans l’industrie chimique-pharma (92%), l’électrotechnique (89%) et l’industrie de précision (88%). L’enquête a été réalisée peu avant l’annonce du taux plancher de 1,2 CHF pour 1 EUR fixé par la Banque nationale suisse. Nous verrons ces prochains trimestres si cette mesure aura influencé le moral des PME.

Le refroidissement du climat conjoncturel global contamine le climat export
Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de produits suisses, indique -0.45. Cette valeur signale que les perspectives export des entreprises se sont encore réduites, même si elles restent positives. Le seuil de croissance se situe en effet à -1. Les perspectives export des PME de l’Osec relèvent elles aussi un refroidissement du climat export: elles affichent actuellement 49,7 points, contre 65,6 pour le trimestre précédent. Sur l’échelle de l’indice, de 0 à 100, les valeurs supérieures à 50 signalent une croissance des ex-portations. Toujours dans le cadre des Perspectives export des PME de l’Osec, 32% des entre-prises interrogées s’attendent à une hausse de leurs ventes étrangères au trimestre prochain (contre 45% à la mi-année).

Des perspectives à la baisse sur tous les fronts
En ce qui concerne les prévisions par branches, le baromètre export du Credit Suisse indi-que un nouveau ralentissement des exportations pour le 4e trimestre, même si la croissance des ventes étrangères reste globalement positive. L’horlogerie reste en marge car elle peut compter sur une demande mondiale soutenue. L’inquiétude est par contre beaucoup plus intense dans la construction mécanique car cette industrie est largement tributaire de la si-tuation conjoncturelle, notamment en Chine et en Allemagne.

Les perspectives export des PME de l’Osec indiquent de grandes variations d’une branche à l’autre: si l’industrie de précision, le secteur des services et l’industrie du papier tablent tou-jours sur une croissance de leurs exportations, les autres branches craignent un recul de leurs ventes. L’électrotechnique se montre particulièrement pessimiste. Les entreprises qui tablent sur une hausse de leurs exportations ces prochains mois l’attribuent à l’innovation produits (47% des réponses fournies; il était possible de donner plusieurs réponses) et à un marketing renforcé (45%). Un changement de politique des prix est invoqué par 28% des entreprises. Elles sont beaucoup plus nombreuses qu’au trimestre précédent à citer ce motif. Sans doute parce que le cours plancher fixé par la BNS leur permet de faire des calculs et des projections de prix plus fiables. Quant aux PME qui craignent un recul de leurs exporta-tions, elles invoquent majoritairement le repli conjoncturel comme première cause de leurs maux: 53% d’entre elles citent ce facteur négatif, contre 24% au trimestre précédent.

Peu de changement dans les destinations export
Selon le baromètre export du Credit Suisse, c’est l’évolution incertaine de la conjoncture qui influence le plus le panorama des marchés export de la Suisse. La croissance marque le pas un peu partout dans le monde, notamment dans la zone euro. Des mouvements de crois-sance sont enregistrés aux Etats-Unis, en Grande-Bretagne ainsi que dans quelques pays émergents. Mais dans l’ensemble, c’est plutôt un vent contraire qui attend les exportateurs sur le front conjoncturel.

En dépit des difficultés liées au franc fort et à la crise de l’euro, l’Europe reste de loin le pre-mier débouché des exportateurs suisses. Parmi les PME suisses interrogées par l’Osec, 91% entendent exporter en Europe au cours des six prochains mois, contre 88% au début du semestre précédent (plusieurs réponses étaient possibles). Quarante-neuf pour cent des PME suisses disent vouloir exporter au cours des six prochains mois en Asie/Pacifique, 38% des PME comptent exporter en Amérique du Nord, 27% au Proche-Orient et en Afrique et 25% vers l’Amérique du Sud.

Méthodologie Baromètre des exportations du Credit Suisse
Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exporta-tions condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. La valeur zéro correspond à la croissance moyenne à long terme des exportations suisses: 4,8% depuis 1985. Le seuil de croissance se situe en dessous, à -1.
Informations complémentaires: Credit Suisse (2009), «Commerce extérieur suisse – faits et tendan-ces», Swiss Issues Branches, www.credit-suisse.com/research

Méthodologie Perspectives des PME de l’Osec
Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe de plus de 200 PME suisses. Elles sont issues des branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services. Les PME doivent indiquer si elles tablent pour le trimestre à venir sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations. Pour donner son caractère prospectif à l’indicateur, le facteur «exporta-tions attendues» pour le trimestre à venir est pondéré à 60%, tandis que les «exportations réelles» du trimestre en cours pèsent 40%. Les perspectives export des PME donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations. Les entreprises livrent aussi des informations com-plémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME suisses.