Entreprise Press Release

Press Release

Indicateur export des PME 3e trimestre 2011: le franc fort freine la croissance des exportations

Le franc fort continue de mener la vie dure aux PME suisses. Elles restent néanmoins optimistes puisqu’elles tablent à nouveau sur une hausse de leurs exportations au 3e trimestre 2011, mais à un rythme moins soutenu, d’autant que les perspectives conjoncturelles à l’étranger se sont obscurcies. En outre, la grande majorité des PME voient leurs marges fondre. Voilà en substance ce que relève l’Indicateur export des PME du Credit Suisse et de l’Osec.

Le franc suisse s’est encore raffermi au cours du 2e trimestre 2011 par rapport aux monnaies de paiement en cours dans les principaux débouchés. Et cela laisse des traces: la fermeté du franc devrait ralentir la croissance de leurs exportations pour les deux tiers (67%) des entreprises suisses interrogées. Pour les deux trimestres précédents, elles étaient moins nombreuses à craindre une baisse de tonus: 2e trimestre 2011: 55%, 3e trimestre: 58%. Les branches les plus affectées sont l’industrie de précision (78%), la métallurgie (75%) et l’industrie chimique-pharma (74%). Les entreprises du tertiaire et l’industrie électrotechnique sont dans l’ensemble plus optimistes: elles ne sont plus que 57% à pronostiquer un ralentissement. Concernant les bénéfices, 78% des PME interrogées indiquent que le franc fort rogne leurs marges. Ce sont surtout l’industrie de précision (89%), l’industrie chimique-pharma (87%), la métallurgie (85%) et l’électrotechnique (83%) qui souffrent de cette érosion. Quant aux 22% de PME qui ne redoutent pas de pression sur les marges, elles invoquent le fait qu’elles peuvent augmenter leurs prix et se prémunir contre les fluctuations de change.

Les signes de l’expansion toujours au vert
Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de produits suisses, indique 0,4. Cette valeur signale certes un refroidissement du climat à l’export mais elle reste encore bien au-dessus de -1, le seuil de croissance. Les perspectives export des PME de l’Osec – basées sur un panel régulier de 200 PME – relèvent elles aussi un refroidissement du climat export: elles affichent actuellement 65,6 points, contre 69,7 pour le trimestre précédent. Cette valeur est calculée à partir du climat export ressenti par les PME pour le 3e trimestre 2011 et des exportations réalisées au trimestre précédent. Sur l’échelle de l’indice, de 0 à 100, les valeurs supérieures à 50 signalent une croissance des exportations.

Entrain dans l’industrie de précision
En ce qui concerne les prévisions par branches, le Credit Suisse et l’Osec parviennent aux mêmes conclusions: si l’ensemble des branches tablent toujours sur une hausse des exportations au prochain trimestre, la courbe de croissance s’aplatit néanmoins. Selon les perspectives export des PME de l’Osec, certaines branches envisagent le prochain trimestre avec confiance. C’est particulièrement vrai dans l’industrie de précision qui au début du 2e trimestre encore considérait l’avenir avec beaucoup plus de retenue. L’optimisme est de mise aussi dans la métallurgie, l’électrotechnique et la construction mécanique et dans une moindre mesure dans les biens de consommation et l’industrie du papier. Cet optimisme est surprenant dans le contexte du franc fort. Les entreprises qui tablent sur une hausse de leurs exportations l’attribuent à leurs propres efforts d’adaptation, notamment à l’innovation produits (49% des réponses fournies; il était possible de donner plusieurs réponses) et à un marketing renforcé (47%).

L’Amérique du Nord et l’Asie en progression
Selon le baromètre export du Credit Suisse, la dégradation des perspectives export est due à la médiocrité des perspectives conjoncturelles dans les principaux débouchés de la Suisse. Aux Etats-Unis, notamment, chez les poids lourds européens (France et Allemagne), de même qu’en Chine, il faudra compter sur un recul de la demande. A l’exception de la Chine, la demande attendue se situe cependant au-dessus de la moyenne des dernières années.

Selon l’Osec, les PME suisses ne pensent pas que le recul de la demande aux Etats-Unis a un effet majeur sur leurs exportations. Elles s’attendent, au contraire, à ce que l’Amérique du Nord gagne en attrait aux 3e et 4e trimestres: 42% des PME suisses interrogées pensent qu’elles exporteront dans cette région ces six prochains mois, contre 35% seulement au trimestre précédent (plusieurs réponses étaient possibles). En dépit des difficultés liées au franc fort et à la crise de l’euro, l’Europe reste de loin le premier débouché des exportations suisses. Parmi les PME suisses, 88% entendent exporter en Europe au cours des six prochains mois, contre 90% au trimestre précédent. Cinquante-sept pour cent des PME suisses disent vouloir exporter au cours des six prochains mois en Asie/Pacifique, 33% au Moyen-Orient et en Afrique et 25% vers l’Amérique du Sud.

Méthodologie Baromètre des exportations du Credit Suisse
Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. La valeur zéro correspond à la croissance moyenne à long terme des exportations suisses: 4,8% depuis 1985. Le seuil de croissance se situe en dessous, à -1.
Informations complémentaires: Credit Suisse (2009), «Commerce extérieur suisse – faits et tendances», Swiss Issues Branches, www.credit-suisse.com/research

Méthodologie Perspectives des PME de l’Osec
Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe de plus de 200 PME suisses issues des branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services. Les PME ont juste à indiquer si elles tablent pour le trimestre à venir sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations, par rapport au trimestre précédent. Les perspectives export des PME donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations. Les entreprises doivent livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME suisses.
Informations complémentaires: www.osec.ch/exportindikator