Entreprise Press Release

Press Release

Indicateur export des PME: le climat export s’améliore au 1er trimestre 2011 mais les incertitudes liées au franc fort subsistent

Malgré le ralentissement passager de ces derniers mois, les PME suisses ont retrouvé un certain dynamisme à l’export. C’est ce qui ressort de l’Indicateur export des PME du Credit Suisse et de l’Osec. La demande étrangère devrait se maintenir à la hausse au cours du premier trimestre 2011 et les PME de toutes branches tablent sur une augmentation de leurs exportations. Des inquiétudes subsistent toutefois en raison du coût élevé du franc suisse.

Le baromètre des exportations du Credit Suisse, qui mesure la demande étrangère de produits suisses, reflète à nouveau une légère hausse par rapport au quatrième trimestre 2010. Il affiche une valeur de 0,6, bien au-dessus du seuil de croissance de -1 et même de la valeur zéro qui signale une normalisation. Toutefois, cette valeur reste inférieure à celle du troisième trimestre 2010. Le baromètre amorce clairement une période de croissance, la demande étrangère de produits suisses devrait donc être à la hausse ces prochains mois.

Grâce à une demande étrangère plutôt forte, les PME suisses se montrent à nouveau enclines à exporter au premier trimestre 2011 malgré le climat morose du trimestre précédent. C’est ce que révèlent les perspectives export des PME de l’Osec, qui reposent sur un sondage réalisé auprès d’un panel de plus de 200 entreprises suisses. Elles affichent 70,6 points sur un total de 100 au premier trimestre 2011 contre 47 points au début du quatrième trimestre 2010. Sur l’échelle, qui va de 0 à 100, les valeurs supérieures à 50 signalent une croissance des exportations.

Exportations en hausse dans toutes les branches
Selon les perspectives export des PME, toutes les branches devraient accroître leurs ventes étrangères au 1er trimestre 2011. La croissance la plus forte est attendue dans les services, la chimie/pharma et les biens de consommation. Les entreprises de l’électronique, de la construction mécanique et de la métallurgie estiment qu’elles pourront également profiter d’une amélioration. La croissance la plus faible est attendue dans l’industrie du papier et de la précision. Le repli attendu est particulièrement frappant dans les services, secteur qui dès le début du dernier trimestre 2010 prévoyait déjà un recul de 6%.

Le baromètre des exportations du Credit Suisse indique aussi que la demande étrangère restera intacte dans les principales branches exportatrices suisses. La situation de la demande s’améliore surtout pour la métallurgie étant donné que ses débouchés principaux (de grands pays européens solides sur le plan conjoncturel, Allemagne en tête) ont un effet dopant. Pour l’électrotechnique, les perspectives étrangères sont aussi relativement favorables, alors que pour la construction mécanique, elles se situent dans la moyenne des exportations suisses.

Exportations européennes en léger repli
Les destinations export des PME suisses ne changeront guère: l’Europe continue de perdre un peu de terrain en raison de la faiblesse de l’euro, l’Asie/Pacifique marque également un léger repli alors que l’Amérique du Nord reste stable. Selon les perspectives export des PME de l’Osec, 77% des entreprises suisses exporteront vers l’Europe au cours des six prochains mois (1er et 2e trimestre 2011) - elles étaient 85% à le prévoir il y a six mois. Le principal marché export européen reste l’Allemagne, où 67% des PME suisses comptent vendre des produits et services, suivie de l’Autriche (43%), de la France (42%) et de l’Italie (38%). Quarante-six pourcent exporteront dans les six mois en Asie/Pacifique (trimestre précédent 51%), notamment en Chine (27%), en Inde (19%) et en Australie (17%). Trente-six pourcent devraient exporter en Amérique du Nord, 25% vers le Moyen-Orient et l’Afrique et 14% vers l’Amérique du Sud.

Le baromètre export du Credit Suisse montre que c’est toujours l’Allemagne, le plus gros débouché, qui pèse le plus lourd. Les incertitudes liées à l’évolution de la monnaie ternissent quelque peu les attentes des exportateurs suisses. Pourtant, l’Allemagne n’est pas le seul marché important, la France et la Chine présentent également une forte demande. Les Etats-Unis se maintiennent à un niveau positif qui reste toutefois assez faible. En revanche, la demande étrangère a perdu de son élan dans d’autres régions du monde, comme en Italie ou en Espagne, et accuse notamment une baisse au Japon.

Conséquences de l’appréciation du franc
Cinquante-huit pourcent des PME suisses interrogées par l’Osec estiment que leurs exportations diminueront en raison de la cherté du franc suisse. L’industrie de précision (75%), la chimie/parma (72%) et la construction mécanique (70%) sont particulièrement affectées par les variations de change. A l’inverse, les services (36%) résistent relativement bien. Pour 41% des PME, l’appréciation du franc n’a pas eu de conséquences sur leurs activités export.

Informations complémentaires: www.osec.ch/exportindikator

Méthodologie Baromètre des exportations du Credit Suisse
Le baromètre des exportations du Credit Suisse explore le rapport entre les exportations suisses et la demande des marchés étrangers. Le baromètre se compose d’importants indicateurs avancés dans 28 débouchés de la Suisse. Ces indicateurs donnent généralement des prévisions à 1 ou 2 trimestres. Ces valeurs sont ensuite pondérées avec la part export de chaque pays. Le baromètre des exportations condense ces informations en un indicateur unique. Puisqu’il s’agit de données standardisées, le baromètre indique des moyennes standardisées. La valeur zéro correspond à la croissance moyenne à long terme des exportations suisses: 4,8% depuis 1985. Le seuil de croissance se situe en dessous, à -1. L’illustration à la première page souligne le caractère prospectif du baromètre des exportations du Credit Suisse: la corrélation entre la croissance de l’export (moyenne pondérée sur 6 mois) et le baromètre avec une prospective à un trimestre se monte à un bon 0,82. Outre le pronostic pour l’ensemble des exportations, le baromètre permet aussi de faire des prévisions pour certaines branches ou régions.

Informations complémentaires: Credit Suisse, Série de publications Suisse Issues Branches – «Commerce extérieur suisse – faits et tendances» mars 2009, www.credit-suisse.com/research

Perspectives des PME de l’Osec
Le concept à la base de cet indicateur des perspectives export des PME est très simple: les PME ont juste à indiquer si elles tablent pour le trimestre en cours sur une hausse, une stagnation ou une baisse de leurs exportations, par rapport au trimestre précédent. Pour donner son caractère prospectif à l’indicateur, le facteur «exportations attendues» pour le trimestre à venir est pondéré à 60%, tandis que les «exportations réelles» du trimestre en cours pèsent 40%. Les perspectives export des PME donnent des valeurs entre 0 et 100; les valeurs comprises entre 0 et 50 indiquant un recul attendu des exportations, les valeurs entre 50 et 100 une prévision de croissance des exportations. Les perspectives export des PME sont tirées de sondages trimestriels réalisés auprès d’un panel fixe de plus de 200 PME suisses. Elles sont issues des branches pharma/chimie, construction mécanique, biens de consommation, métallurgie, papier, électrotechnique, industrie de précision et services. Les entreprises doivent livrer des informations complémentaires comme les raisons du changement de volume à l’export, les marchés où elles exportent, etc. Ces données permettent d’obtenir un tableau représentatif des activités exportatrices des PME suisses.