Publications et abonnements Cours de change: quelle stratégie adopter en 2018?

Cours de change: quelle stratégie adopter en 2018?

La couverture des risques de change et la sécurité en matière de planification sont deux facteurs de préoccupation pour les PME suisses. Malgré les perspectives économiques favorables, le risque de fluctuations monétaires ne diminuera pas durablement. Vous découvrirez dans notre publication les différentes stratégies à la disposition des entreprises.

Comment les PME suisses parviennent-elles à se concentrer sur leur cœur de métier malgré les risques de change? Le Credit Suisse a interrogé plus de 300 clients entreprises suisses sur leurs attentes en ce qui concerne l’économie suisse et les cours de change pour l’année en 2018. Avec la forte croissance des principaux pays acheteurs et la diminution des risques politiques en Europe, les PME suisses s’attendent à moins de turbulences monétaires que l’année dernière. Selon l’étude, la plupart des entreprises estiment que l’économie suisse enregistrera cette année une croissance au moins aussi dynamique qu’en 2017, même si leur avis est moins optimiste que celui de nombreux économistes et analystes financiers.

La Suisse compte parmi les rares pays où même les petites entreprises sont exposées à des risques de change considérables. En effet, la majorité des PME interrogées est étroitement liée aux marchés étrangers: 70% d’entre elles interviennent principalement en tant qu’exportateurs ou importateurs, tandis que 30% seulement – le plus souvent dans le secteur des services – opèrent exclusivement en Suisse. Cependant, l’expérience a montré que même ces dernières ne sont pas épargnées par les fluctuations monétaires, lesquelles ont donc une grande influence sur la marche des affaires des PME suisses. La fréquence à laquelle les contrats d’achat et de vente sont libellés en monnaie étrangère illustre bien cette dépendance. Pourtant, près d’un tiers des PME interrogées ne se couvrent pas contre les risques de change et assument donc elles-mêmes ces risques. En revanche, une entreprise sur quatre couvre entièrement ses risques de change et 44% d’entre elles le font parfois.

Mais comment les PME se couvrent-t-elles concrètement contre le risque de change? Et de quelles stratégies disposent-elles en la matière? Dans le cadre de l’étude, quatre représentants de PME de différents secteurs et de différentes régions ont été interrogés sur leurs expériences: l’exportateur de lunettes de soleil Swiss Eyewear Group AG, l’agence de voyages Ernst Marti AG, le développeur de logiciels Abacus Research AG et l’importateur de produits informatiques Linard Distribution SA. Or malgré leurs différences, les entreprises interrogées ont toutes un point en commun: elles veulent moins d’incertitudes et plus de sécurité en matière de planification.