Plate-forme pour les start-up suisses

Top 100 - Un tremplin et une scène pour les start-up suisses

Chaque année, les 100 start-up les plus prometteuses de Suisse sont honorées à l’occasion de la «Top 100 Swiss Startup Award Night». Figurer dans ce classement n’est pas encore un symbole de triomphe, mais la confirmation officielle d’un potentiel qui peut valoir des millions.

Business angels et bailleurs de fonds chinois

La Maag Halle de Zurich était comble en cette chaude soirée de septembre 2018, et la tension nerveuse palpable lorsque les organisateurs de venturelab ont donné le coup d’envoi de la cérémonie. Pour les start-up nominées, une place dans ce classement prestigieux vaut bien plus qu’un trophée exposé à côté de la machine à café.

Une start-up doit avoir cinq ans au plus si elle veut obtenir l’une des 100 places convoitées – en 2018, 47 entreprises ont rejoint la liste. Certains chiffres permettent d’illustrer la vitesse avec laquelle évolue la scène suisse des start-up: depuis 2011, 5197 emplois ont été créés par les start-up retenues; les six plus florissantes d’entre elles ont récolté ces douze derniers moins un total de 235 millions de francs de capital d’investissement. 

L’intermédiation entre start-up et investisseurs est ainsi au centre de toutes les attentions: outre des investisseurs suisses établis, les organisateurs permettent des contacts avec des bailleurs de fonds de la Silicon Valley et des personnes aisées, les «business angels». Des bailleurs de fonds chinois s’intéressent également de plus en plus aux start-up suisses. Pour preuve, pour la première fois, la publication de l’événement a été traduite en chinois.

Ava en route vers la Chine

Après une heure dans la Maag Halle, tous les regards se sont tournés vers Andreas Gerber: responsable des affaires PME du Credit Suisse et président du Swiss Venture Club, il représentait deux partenaires principaux de la manifestation. C’est lui qui a eu l’honneur d’annoncer le nom de l’entreprise lauréate: «Le Top100 Startup Award 2018 est attribué à... Ava!», s’est-il exclamé avant de féliciter les heureux lauréats, déjà habitués à triompher puisque c’est leur deuxième sacre en deux ans. Une demi-heure plus tard, Pascal Koenig, CEO d’Ava, rayonnait: «Nous sommes comblés». Un peu auparavant, avec son équipe, il avait fait rire le public en résumant en deux mots ce que fait cette start-up: «Des bébés.» L’entreprise de technique médicale fabrique en effet un bracelet qui indique aux femmes leurs jours de fertilité. D’autres fonctions devraient bientôt être ajoutées. Pascal Koenig explique: «Ce classement dans le Top 100 rassure les investisseurs, à la manière d’un label de qualité. Notre victoire de l’an dernier a sans doute bien contribué à notre tour de financement tout juste conclu de 30 millions.»

D’ici peu, Ava va utiliser le cadeau offert au vainqueur par le Credit Suisse: un voyage d’entrepreneurs en Chine. «À nos yeux, c’est bien plus qu’un simple voyage. Nous avons ouvert un bureau à Hong Kong: ce pays offre un potentiel énorme. Nous attendons de ce voyage qu’il nous permette de converser avec des interlocuteurs qui comprennent le système économique chinois. Nous souhaitons rencontrer des personnes clés et apprendre des erreurs des autres. Et avec les récompenses de 2017 et 2018, nous avons désormais la chance d’avoir deux invitations», sourit le CEO.

Branches, régions et sexe

Bestmile, une entreprise lausannoise qui a développé un logiciel pour la gestion de flotte de véhicules autonomes, s’est classée deuxième de ce Top100. Une autre entreprise de Lausanne complète le podium: Lunaphore, une start-up qui se consacre à la médecine personnalisée. Concrètement, elle développe des tests qui veulent rendre plus efficaces les analyses de tissus. Le podium est bien représentatif des régions qui comptent le plus de start-up suisses: les cantons de Vaud (24 entreprises actuellement) et Zurich (46). En termes de branches, les logiciels, la biotechnologie, l’ingénierie et la technique médicale dominent avec 67 start-up classées dans le Top100. Sur la liste de 2018, les femmes ont en outre le vent en poupe: 28 start-up ont été fondées par une femme ou comptent une femme dans leur direction. Pour les mois à venir, les organisateurs du «Top100 Startup Award» prévoient des records d’investissement. De quoi attendre l’édition 2019 du «Top 100» avec impatience.

Vous avez des questions à ce sujet?

Contactez-nous This link target opens in a new window