Garantie de change: comment les entreprises couvrent le risque de change
Go Back

Les entreprises suisses sont exposées au risque de change et la majorité d’entre elles se couvre.

Comment les taux de change évolueront-ils en 2019 et à quels risques l’économie mondiale sera-t-elle exposée? Ces questions sont abordées dans l’étude du Credit Suisse sur l’évolution du cours des devises. Au cœur de cette étude, une grande enquête menée auprès de 766 entreprises sur le thème de la gestion des monnaies.

Les entreprises se protègent des fluctuations de cours au moyen de la garantie de change

La plupart des entreprises suisses ont des relations étroites avec l’étranger. Les fluctuations de cours de l’euro, du dollar des États-Unis, mais également d’autres devises les touchent directement. L’enquête du Credit Suisse auprès de la clientèle entreprises montre que seul un sixième des entreprises interrogées exercent leurs activités exclusivement en Suisse. C’est pourquoi la majorité d’entre elles couvre tout ou partie du risque de change.

Chez Walter Matter SA, par exemple, se couvrir contre toute éventualité est la devise. Ce négociant en matières premières, dont le siège est à Genève, achète et vend du café et du cacao. «C’est important, car nous signons des contrats jusqu’à deux ans avant leur date d’exécution», explique le directeur financier, Roger Fry. Il est l’un des trois entrepreneurs interrogés en détail dans le cadre de l’étude.

Attentes par rapport aux cours de change

L’étude montre également que près d’un tiers des entreprises ne couvrent pas les transactions en euros, et un quart, les transactions en dollars des États-Unis. Elles sont donc pleinement exposées au risque de change. Pour 2019, les entreprises interrogées s’attendent à des fluctuations modérées des cours de change. Selon elles, il n’y aura pas de forte reprise en Europe ni de résurgence de l’euro.

Selon les résultats de l’enquête, le taux de change EUR-CHF devrait s’établir à 1.15 en moyenne à la fin de l’année 2019. Les économistes du Credit Suisse tablent sur 1.20. Les entreprises attendent également peu de changement pour l’USD et la GBP. Elles prévoient un taux de change USD-CHF de 0.99 (prévisions du Credit Suisse à 1.00) ainsi qu’un taux de change GBP-CHF de 1.26 (prévisions du Credit Suisse à 1.40).

l-évolution-des-cours-de-change-montre-un-risque-de-change

Scepticisme des clients concernant la paire EUR/CHF

Pronostics de taux de change et cours de change effectifs pour la fin de l’année (moyenne de décembre)

Source: enquêtes 2016-2018 auprès de la clientèle entreprises, Credit Suisse

Risque de change du franc suisse fort

Les participants à l’étude se montrent prudemment optimistes quant à l’économie suisse. Plus de la moitié d’entre eux s’attend à une croissance économique similaire à celle de l’année précédente. Les autres tablent sur un ralentissement plutôt qu’une accélération de la croissance, ce qui coïncide avec les estimations de la Credit Suisse House View.

Selon les entreprises interrogées, c’est la politique monétaire des banques centrales étrangères telles que la Banque centrale européenne (BCE) ou la Réserve fédérale américaine (Fed) qui devrait avoir la plus forte influence sur l’évolution du franc suisse. En revanche, un peu moins de la moitié seulement attend une première mesure de la Banque nationale suisse (BNS) sur les taux d’intérêt avant fin 2019. Les risques politiques pourraient également exercer une pression à la hausse sur le franc suisse. L’endettement des ménages en Italie est considéré comme le risque le plus important.

risque-de-change-du-franc-suisse-fort

La politique monétaire et les risques de l’UE influencent le franc suisse

«Quelle est la probabilité que les aspects suivants influencent le franc suisse?», valeurs moyennes

Source: enquête Credit Suisse 2018 auprès de la clientèle entreprises

De nombreuses PME suisses couvrent le risque de change

Albert Angehrn, responsable Large Swiss Corporates au Credit Suisse, cite également les incertitudes dans la zone euro et les budgets des États européens qui continuent de ne pas respecter les critères de l’UE comme le principal risque de marché pour le franc suisse. Dans les entretiens de l’étude, il explique également, avec deux autres responsables de secteur d’activité, les grands défis auxquels leurs clients sont actuellement confrontés, pourquoi en Suisse même les PME doivent couvrir le risque de change et pourquoi l’USD devrait rester la monnaie dominante encore longtemps.