Exportations suisses: les répercussions du protectionnisme sur les PME suisses

«Les PME suisses doivent apprendre à faire face au protectionnisme»

La notion de protectionnisme est omniprésente, dans les activités professionnelles quotidiennes et dans les médias. Le protectionnisme n'est cependant pas une nouveauté, rappelle Alfonso Orlando, Head of ExportHelp auprès de S-GE. Dans un entretien, il évoque les exportations suisses et dévoile comment les PME suisses peuvent affronter les obstacles.

Le protectionnisme: un défi pour les PME suisses

45% des exportations suisses proviennent de PME. Même si une grande partie de celles-ci se disent certes satisfaites de leurs affaires à l'exportation, ces dernières années, l'augmentation des barrières commerciales et douanières a cependant compliqué la situation. Principal coupable: le protectionnisme mondial.

Depuis 2009, plus de 1000 mesures protectionnistes ont été introduites. C'est ce que révèlent les dernières données du rapport Global Trade Alert de l'Université de St-Gall, qui recense chaque année l'évolution du commerce mondial. «Les mesures protectionnistes permettent aux États de protéger leurs marchés et de renforcer leurs économies et productions nationales», explique Alfonso Orlando. En sa qualité de Head of ExportHelp auprès de Switzerland Global Enterprise, il puise dans le rapport Global Trade Alert des informations importantes pour son travail quotidien.

Le protectionnisme: un phénomène largement répandu

Qui sont les auteurs du protectionnisme et qui en sont les principales victimes? Ce n'est pas la Suisse. Malgré tout, la Suisse aussi applique des mesures de distorsion des échanges à l'égard d'autres États. Découvrez sur notre carte interactive les pays responsables et victimes des obstacles au commerce.

Alfonso Orlando évoque le protectionnisme et les exportations suisses

Monsieur Orlando, comment expliquez-vous la montée du protectionnisme?

Alfonso Orlando*: Le protectionnisme a toujours existé. Ce n'est pas une nouveauté. Mais depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis, il fait régulièrement la une des médias. D'où l'impression qu'il s'agit d'un phénomène nouveau. Les entreprises suisses doivent apprendre à faire face à de telles mesures, ce qu'elles ont déjà fait par le passé.

D'après le rapport Global Trade Alert, aussi bien les États-Unis que l'Allemagne appliquent, plus que d'autres, des mesures de distorsions des échanges. Les PME suisses en ressentent-elles les effets?

L'étude «Perspectives export des PME» a révélé à ce propos au printemps des données très intéressantes. 31% des entreprises interrogées disent ressentir les conséquences de l'augmentation des barrières commerciales américaines, 21% celles de la Chine. La Russie, le Brésil et l'Allemagne sont également cités à plusieurs reprises, de même que la Turquie. Environ 10% des entreprises ont signalé une complication des échanges avec la Turquie. Il n'est toutefois pas possible de généraliser. La situation varie en fonction de la branche et du produit.

Dans quelle mesure les accords de libre-échange de la Suisse peuvent-ils faciliter les exportations vers ces pays?

L'objectif des accords de libre-échange est de permettre un accès aussi libre que possible aux marchés internationaux: ils visent donc à réduire les droits de douane et les autres barrières commerciales. Ils s'opposent ainsi efficacement aux tendances protectionnistes. Outre les conventions AELE et l’Accord de libre-échange avec l’Union européenne, la Suisse s’inscrit actuellement au sein d’un réseau de 30 accords de libre-échange avec 40 partenaires en dehors de l’Union européenne. De nouveaux accords sont continuellement négociés. La Suisse est notamment en discussion actuellement avec les États-Unis et les négociations pour un accord avec les États du Mercosur se sont, pour l'essentiel, achevées récemment.

ExportHelp de S-GE est le premier interlocuteur des PME suisses pour les questions administratives à l'exportation. Comment votre équipe peut-elle aider les PME?

En ce qui concerne les restrictions ou les formalités à l'importation, une bonne préparation est indispensable pour ne pas avoir de mauvaises surprises à la douane. Pour ce faire, nous mettons à la disposition des PME suisses un outil en ligne gratuit. Cette banque de données offre aux PME une vue d'ensemble, par exemple, des tarifs douaniers sur les différents marchés d'exportation. Les PME profitent en outre de notre réseau mondial. Nous pouvons ainsi répondre aux questions et préoccupations des PME en matière d'exportation. Nous les renseignons en outre sur les récentes évolutions ou modifications législatives par des lettres d'information ou sur les médias sociaux.

Il est important que les PME soient suffisamment au fait de la situation sur les différents marchés.

Alfonso Orlando

Comment les PME suisses peuvent-elles se protéger contre les barrières commerciales et le protectionnisme?

D'une manière générale, une entreprise ne peut pas se protéger contre les barrières commerciales. Les PME peuvent apprendre à y faire face. L'important est de connaître la situation sur les différents marchés et de savoir ce qui vous y attend. Les décisions reposent sur ces connaissances. Est-ce que je suis prêt à aborder le marché avec tous ses avantages, mais aussi ses inconvénients? C'est aussi une question de disposition à assumer des risques.

Y a-t-il quelques lueurs d'espoir? Par exemple des marchés offrant de nouvelles opportunités pour les PME suisses?

Bien sûr, il y a des marchés intéressants. Il s'agit notamment des marchés traditionnels tels que l'Europe, les États-Unis et la Chine. L'accord de libre-échange entre la Suisse et la Chine est entré en vigueur le 1er juillet 2014. La classe moyenne chinoise est en outre en plein essor. D'autres marchés sont également intéressants, par exemple l'Indonésie et surtout le continent africain. L'Afrique possède un potentiel polyvalent, qui se concrétise dans de nouveaux projets dans les domaines de l'infrastructure, de la santé ou des biens de consommation. Des opportunités se présentent par exemple au Nigeria, qui est la plus forte puissance économique d'Afrique. Les PME ne devraient pas les négliger.

Vous souhaitez venir à bout des barrières commerciales et protéger votre entreprise contre les fluctuations des cours?

Convenir d’un entretien de conseil This link target opens in a new window