Exportations suisses: les risques politiques et leur impact sur les exportations vers les marchés mûrs.

Exporter vers les marchés mûrs: impact des risques politiques et protection des PME suisses.

Le contexte politique est de plus en plus imprévisible. Des risques tels que les barrières commerciales ou le Brexit pèsent sur les exportations suisses. À quels autres risques politiques les PME sont-elles exposées lorsqu’elles exportent vers les marchés mûrs?

Risques politiques et leur impact sur les exportations vers les marchés mûrs

Les entreprises qui exportent vers les marchés mûrs ne s’attendent guère à des risques politiques. Les guerres, révolutions, troubles civils, embargos ou nationalisations menacent surtout celles qui exportent vers les pays émergents. Mais les risques politiques sont omniprésents, même sur les marchés mûrs. «Le contexte politique et réglementaire devient de plus en plus imprévisible», indique Andreas Gerber, responsable Affaires PME du Credit Suisse en Suisse. «Cette tendance se poursuivra dans les années à venir.»

Le conflit commercial qui sévit actuellement entre les États-Unis et la Chine en est une parfaite illustration. Même s’il touche principalement les deux grandes puissances, d’autres pays en subissent les conséquences économiques causées directement par les pénalités financières sur l’aluminium et l’acier et indirectement par l’incertitude économique. Outre l’augmentation des droits de douane, des sanctions ou un boycott peuvent également rendre les exportations suisses difficiles, voire impossibles. Cependant, de telles mesures ne devraient pas dissuader les entreprises d’exporter vers les marchés mûrs.

Exporter vers la Grande-Bretagne

Selon les modalités du Brexit, celui-ci aura des répercussions directes et indirectes sur les exportations de la Suisse. L’accord commercial bilatéral signé en février 2019 avec la Grande-Bretagne simplifie les exportations. Il reprend en grande partie l’accord commercial existant avec l’UE, mais il présente encore des lacunes, notamment en ce qui concerne l’industrie mécanique et le secteur vétérinaire. De même, la question du dédouanement, des exportations en transit et des organismes de contrôle reste sans réponse. Les exportateurs suisses devraient prendre des dispositions pour se préparer à l’évolution de la demande, car la Grande-Bretagne est tout de même le sixième débouché pour les produits suisses.

Les réglementations compliquent les exportations de la Suisse

Les entreprises exportatrices ne devraient pas non plus sous-estimer les conditions réglementaires. Elles varient d’un pays à l’autre et sont particulièrement strictes dans le pays où tout est possible. «Je connais très peu d’entreprises ayant pénétré le marché américain qui s’en sont tirées à bon compte au début», a déclaré Andreas Gerber. Les questions juridiques concernant la responsabilité des produits sont particulièrement délicates.

Il est donc important de se pencher sur les règlementations locales, or elles peuvent changer avec le temps. Selon le produit et le pays, il peut être intéressant de travailler avec des partenaires locaux, qui sont plus près du terrain et peuvent réagir plus rapidement aux nouvelles conditions réglementaires que les entrepreneurs basés en Suisse.

Grèves et risques conjoncturels peuvent peser sur les exportations de la Suisse

Il n’arrive plus guère que des grèves paralysent un pays tout entier sur les marchés mûrs, et c’est heureux. Néanmoins, les employés des compagnies aériennes, le personnel ferroviaire et les chauffeurs de poids lourds se mettent parfois en grève. Ces grèves peuvent entraver les exportations suisses et se traduire par des retards de livraison ou des pénuries de matières premières dans la production. Tout ceci est contrariant, perturbe le déroulement des opérations et peut entraîner des pertes financières.

Les grèves, tout comme l’évolution conjoncturelle, sont imprévisibles. Ces deux facteurs dépendent de la politique du pays. Une politique de relance économique peut stimuler la demande, tandis que des incertitudes la freinent. Cela montre que même si les risques politiques sont moins prononcés sur les marchés mûrs que dans les économies en développement, les entrepreneurs qui exportent vers les marchés mûrs restent dépendants de la politique des marchés d’exportation. «Contrairement aux risques de change, il est impossible de couvrir les risques politiques», souligne Andreas Gerber. L’internationalisation reste malgré tout une grande chance pour les PME.

Souhaitez-vous une assistance à l’exportation vers les marchés mûrs?

Prendre rendez-vous This link target opens in a new window
Nous nous ferons un plaisir de vous aider. Appelez-nous au +41 (0)800 88 88 71.