financement-des-entreprises-des-solutions-modernes-au-dela-du-credit-entreprises

Financement moderne des PME. Croissance et innovation.

Le Credit Suisse explore de nouvelles options de financement des entreprises en misant sur l’innovation et la croissance. Andreas Gerber, responsable PME au Credit Suisse, explique pourquoi le crédit entreprises simple est aussi important que des solutions complexes.

Quelle est l’importance du crédit entreprises classique dans le financement des entreprises?

Andreas Gerber: 90% des financements d’entreprise sont des crédits, hypothèques, crédits en compte courant et contrats de leasing traditionnels. Un crédit, c’est de la souplesse et un bon équilibre prix-utilité. Mais 10% des entreprises ont des besoins spécifiques. Les solutions sur mesure comme le Mid-Market Lending ou un financement ABS sont plus à même d’y répondre. Il s'agit de nouvelles formes de financement modernes pour des besoins spécifiques.

Plusieurs nouvelles solutions de financement sont apparues ces dernières années au Credit Suisse. Pourquoi déployer autant d’efforts pour une niche?

C’est ce qui nous distingue de la concurrence: un conseil global et une plus grande proximité. Nos solutions de financement flexibles sont très bien accueillies. Nous sommes la banque des entrepreneurs, et ce ne sont pas que des mots. Nous couvrons tous les besoins.

À qui s’adressent les nouvelles solutions de financement?

Souvent à des entreprises en transformation ou en expansion, qui cherchent des capitaux pour des opérations stratégiques. Les entreprises qui investissent beaucoup ou qui exportent ont de facto d’importants besoins de financement. Mais même pour les PME qui restent sur le marché suisse, les crédits habituels sont parfois insuffisants. Récemment, nous avons ainsi réfléchi à un financement de 3 millions de francs pour la succession d’une entreprise sanitaire.

financement-dentreprise-moderne

Le financement d’une entreprise dépend de la situation

Le besoin de crédits entreprises croît avec le temps. Les besoins d’une jeune entreprise n’ont rien à voir avec ceux d’une grande entreprise en expansion.

Le financement d’entreprise moderne du Credit Suisse

Au Credit Suisse, le crédit entreprises n’est qu’une forme de financement parmi d’autres. Découvrez les crédits proposés aux entreprises.

En savoir plus

Early-Stage Equity

Capital-risque pour les start-ups et les PME sous forme de participation minoritaire ou de prêt avec participation aux résultats: SVC – SA pour le capital-risque des PME, société affiliée du Credit Suisse, a plus de 130 millions de francs de capital-risque (30 millions pour les FinTech).

Mid-Market Lending

Capital-risque pour les entreprises solides: le Credit Suisse propose des limites de crédit spécifiques jusqu’à 250 millions de francs pour financer la croissance, l’expansion et les acquisitions.

Corporate Leasing

Louer au lieu d’acheter: la banque achète les biens d’investissement à la demande du client (voitures, camions, machines, installations, etc.) et lui en confie la jouissance contre une redevance régulière. Le leasing préserve les liquidités du client, qui peut ainsi s’équiper des dernières technologies.

Financement structuré

Besoins de financement élevés: quand un client demande un crédit important, pour racheter une entreprise par exemple, le Credit Suisse structure un crédit sur mesure, organise le consortium bancaire et réalise le crédit au nom du client.

Asset Backed Securitization

Financement avec des fonds de tiers: une opération ABS vise notamment à obtenir un financement moins onéreux qu’un crédit. L’idée ici est de convertir des actifs illiquides comme des créances de débiteurs en titres à revenu fixe. Le Credit Suisse se charge alors, par exemple, de proposer ces titres à des investisseurs institutionnels.

 

Certains financements spécifiques sont plutôt coûteux. Pourquoi les entreprises paient-elles un tel prix?

Pour les entreprises, les financements modernes sont intéressants: une solution sur mesure, c’est plus de possibilités et de marges de manœuvre. C’est pour cela qu’elles sont prêtes à payer plus cher. Il ne faut pas oublier que ces financements comportent aussi plus de risques pour la banque, qui doit les prendre en compte. Exemple: les solutions avec un consortium. Nous ne pouvons assumer seuls le financement des très grandes entreprises et créons donc un consortium avec d’autres banques. La coordination représente une charge supplémentaire, mais tout est transparent pour le client.

Les PME qui empruntent beaucoup ne prennent-elles pas un risque?

Avant d’être approuvé, chaque crédit est soigneusement étudié par plusieurs services internes, qui évaluent notamment la solvabilité (bilan, compte de résultats) et l’honorabilité (gestion, produits, modèle commercial). Le client a besoin du crédit pour assurer sa compétitivité et financer sa croissance et son innovation.

Les crédits entreprises sont également risqués pour la banque. Pourquoi prend-elle ces risques?

Prendre des risques a toujours été dans l’ADN des banques. Nous facturons des intérêts, une prime de risque, pour les risques que nous prenons. Le crédit fait partie des produits et services essentiels d’une banque universelle et nous rapproche de nos clients comme partenaire et «banque maison».

Les financements modernes offrent plus de possibilités et marges de manœuvre aux entreprises

Andreas Gerber, responsable Affaires PME Suisse au Credit Suisse

Est-il sain de financer sa croissance avec des fonds étrangers?

Cela dépend de plusieurs éléments. Bien entendu, la solvabilité de l’entreprise est essentielle. Nous n’accordons aucun crédit à un client qui ne peut pas assumer ou rembourser ses dettes. L’investissement doit aussi nous sembler pertinent et le management doit être compétent.

Les start-ups ont souvent besoin de fonds de tiers. Quand le Credit Suisse leur accorde-t-il un crédit entreprises?

Nous sommes conservateurs dans nos octrois de crédits aux start-ups. Un plan d’exploitation ne suffit pas. Pour un crédit entreprises, nous demandons des produits et services concrets, une maturité commerciale et un chiffre d'affaires. Une start-up doit donc prouver sa capacité à gagner de l’argent. En même temps, nous pensons que les fonds propres doivent être le principal outil de financement des start-ups. Le CS met ses clients en relation avec des investisseurs potentiels. Nous jouissons d’un bon réseau, notamment en private equity, sans oublier SVC – SA pour le capital-risque des PME, capable de financer des entreprises en création et en croissance.

Un crédit pour entreprise vous intéresse?

Contactez-nous This link target opens in a new window